Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Couleurs exaltées et sublimées
Publié dans Albayane le 21 - 03 - 2017

L'évolution de l'œuvre singulière de Mansouri Idrissi semble résister à un classement définitif. Les approches sont diverses : néo impressionnisme, hyper impressionnisme, impressionnisme contemporain, lyrisme, onirisme, mysticisme, spiritualité,... L'absence du consensus critique montre que cette œuvre comporte des éléments constitutifs d'une «nouvelle démarche plastique».
Libérée de tout appui ou référence extérieure, l'œuvre tient par elle même. Tout cela évidemment est conforme au principe de Vassily Kandinsky sur l'abstraction plastique. Mais le travail de Mansouri Idrissi explore avec force cette voie.
A travers une recherche chromatique intensive, il traite la couleur de manière paroxystique, exaltée et sublimée. La couleur devient signifiant, signifié et référent. Elle est au service d'elle même. Elle constitue la «centralité» et le «cœur» de l'œuvre. Une exubérance de couleurs agencées, ordonnées d'une manière éblouissante. Une rare maitrise des nuances et des teintes. Une fragmentation infinie et fascinante des tons et des carnations.
La technique picturale de Mansouri Idrissi donne l'impression que la «matière » posée sur la toile est une «émanation» vaporeuse et éthérée. La couleur semblant flotter ou planer à «quelques millimètres» au dessus de la toile, comme en état de « grâce». A chaque regard porté sur le tableau, on perçoit une résonance autre, constamment renouvelée.
Son œuvre pourrait être abordée, avant tout, comme une «équation chromatique». Mais elle comporte d'autres dimensions qui viennent après cette équation fondatrice. Elle porte aussi les signes d'une «équation spirituelle» issue de l'«équation chromatique» première.
Face à la beauté des couleurs, Vassily Kandisky a employé la notion de «friandise». Paul Klee a complété par un autre énoncé célèbre «friandise chromatique ». Le travail de Mansouri Idrissi autorise d'employer la formule «friandise spirituelle»...suscitant chez le spectateur allégresse de l'âme, méditation et résonances spirituelles. Cette expérience pose d'abord la question essentielle du «mystère de la lumière et des couleurs» ... et ensuite la question du « mystère de la vie, de la spiritualité et des origines».
Mansouri est né au cœur de la vieille ville de Rabat. Son père était imam de la mosquée Al Fallah, une des plus anciennes de la médina. On peut l'imaginer, encore enfant, montant plusieurs fois par jour au haut du minaret (et il l'a confirmé) pour contempler le fascinant panorama coloré, enluminé et changeant de la vallée de Bouregreg.
Lors de sa prime jeunesse, son imaginaire s'est déjà définitivement imprégné de ce rapport entre «couleurs» (celles de la vallée) et «spiritualité» (émanant du lieu d'observation). Une vision offerte du haut d'une construction dédiée au culte et non pas d'un banal édifice.
L'œuvre est aussi reconnaissable par ces formes, ces silhouettes qui survolent sur la toile. Probablement des émanations de mémoire, des réapparitions d'êtres ou d'entités enfouis dans les tréfonds de l'imaginaire de l'artiste. Happées vers le haut, ces formes évoquent aussi élévation et transcendance.
Ces multiples imprégnations ont généré une immense accumulation esthétique. Un capital de créativité affiné par une solide formation académique en arts plastiques. Face à la toile, son imaginaire est d'une telle amplitude qu'il lui suffit de faire remonter les lumières et couleurs de ses origines – en une sorte de transe mystique créative – pour saisir l'idée initiale de la composition.
C'est pour cela que l'acte de peindre chez Mansouri Idrissi relève de l'«évidence». Il n'est pas dans la recherche esthétique «douloureuse». Il a déjà mille tableaux dans l'esprit. L'acte de création chez Mansouri Idrissi est surtout une question d'émergence d'éléments esthétiques et spirituels qui sont déjà là dans sa mémoire et travaillés par son imaginaire.
Il peut très bien faire sienne cette formule de Paul Klee : «La couleur me possède. Point n'est besoin de chercher à la saisir. Elle me possède, je le sais. Voilà le sens du moment heureux : la couleur et moi sommes un. Je suis peintre».
Azzeddine Hachimi Idrissi
(Artiste peintre, chercheur)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.