Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raïs Omar Ouahrouch, une vie au chant instrumentalisé du Souss
Publié dans Albayane le 05 - 07 - 2017

Raïs Omar Ouahrouch est parmi les grands Raïs «d'amargue» qui ont consacré toute leur vie au chant instrumentalisé du Souss. En effet, l'artiste est considéré comme l'un des éléments représentatifs des porte-flambeaux, après le Raïs Lhaj Belâid.
Qui est le Raïs Omar Ouahrouch ?
Son nom complet est Omar ben Hmad ben Omar Ouahrouch El Hsaïni. Il naquit vers 1926 dans la tribu de Mzouda, à Douar Tihouna Imziln, situé dans le commandement du cercle d'«Imi n'Tanout», province de Chichaoua. Il fut influencé, dès son enfance, par son père le Raïs Ahmed, humoriste de son art; ce qui se traduit littéralement en tamazight par «baqchich».
Le jeune Omar, qui habitait avec sa famille à Marrakech à l'époque, fréquentait souvent la place de Jamaâ Lfna où son père se produisait dans la «halqa». C'est dans ce climat qu'Omar a appris l'éloquence et l'art de faire passer des messages cryptés qui étaient caractérisés par le symbolisme pour ne pas attirer l'attention des autorités coloniales que les Marocains, chacun à sa manière, ont toujours combattues.
Ayant maitrisé les notes de son «Ribab» et appris un grand répertoire de chants et de compositions, en plus de ses propres poésies et proses, le jeune Raïs a formé sa propre troupe artistique pour se lancer à la quête de l'aventure à travers le pays. Il était un grand musicien, chanteur et militant qui n'a jamais admis que ses compatriotes soient maltraités par les autorités françaises; ce qui l'a poussé à chanter «Dabit» (L'officier) où il a exposé et dénudé les pratiques de l'autorité militaire française contre les habitants de sa région. Cette chanson l'a conduit, en 1952, du temps du caïd Mohamed Lmzoudi, à la prison d'Imi n'Tanout pour trois mois fermes. Durant son incarcération et suite aux tortures auxquelles il était exposé, il perdit ses paupières et fut contraint de porter des lunettes de soleil pour le restant de sa vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.