Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raïs Omar Ouahrouch, une vie au chant instrumentalisé du Souss
Publié dans Albayane le 05 - 07 - 2017

Raïs Omar Ouahrouch est parmi les grands Raïs «d'amargue» qui ont consacré toute leur vie au chant instrumentalisé du Souss. En effet, l'artiste est considéré comme l'un des éléments représentatifs des porte-flambeaux, après le Raïs Lhaj Belâid.
Qui est le Raïs Omar Ouahrouch ?
Son nom complet est Omar ben Hmad ben Omar Ouahrouch El Hsaïni. Il naquit vers 1926 dans la tribu de Mzouda, à Douar Tihouna Imziln, situé dans le commandement du cercle d'«Imi n'Tanout», province de Chichaoua. Il fut influencé, dès son enfance, par son père le Raïs Ahmed, humoriste de son art; ce qui se traduit littéralement en tamazight par «baqchich».
Le jeune Omar, qui habitait avec sa famille à Marrakech à l'époque, fréquentait souvent la place de Jamaâ Lfna où son père se produisait dans la «halqa». C'est dans ce climat qu'Omar a appris l'éloquence et l'art de faire passer des messages cryptés qui étaient caractérisés par le symbolisme pour ne pas attirer l'attention des autorités coloniales que les Marocains, chacun à sa manière, ont toujours combattues.
Ayant maitrisé les notes de son «Ribab» et appris un grand répertoire de chants et de compositions, en plus de ses propres poésies et proses, le jeune Raïs a formé sa propre troupe artistique pour se lancer à la quête de l'aventure à travers le pays. Il était un grand musicien, chanteur et militant qui n'a jamais admis que ses compatriotes soient maltraités par les autorités françaises; ce qui l'a poussé à chanter «Dabit» (L'officier) où il a exposé et dénudé les pratiques de l'autorité militaire française contre les habitants de sa région. Cette chanson l'a conduit, en 1952, du temps du caïd Mohamed Lmzoudi, à la prison d'Imi n'Tanout pour trois mois fermes. Durant son incarcération et suite aux tortures auxquelles il était exposé, il perdit ses paupières et fut contraint de porter des lunettes de soleil pour le restant de sa vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.