FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Covid-19: Plus de 644.000 personnes ont reçu la 3ème dose    Parc automobile de l'Etat: un vrai gouffre financier    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Défense des intérêts suprêmes du pays: une question prioritaire pour le Gouvernement et la Nation. [Par Mehdi Hijaouy]    Covid-19 : Le Maroc reçoit 270.000 doses du vaccin Pfizer    Syrie: deux soldats turcs tués dans le nord-ouest    Le Polisario tente la carte du « White Savior » pour faire croire à sa guerre    L'Algérie se nourrit de la haine du Maroc : Karim Douichi    Rabat-Salé: Suspension temporaire du service du Tramway entre Pont Hassan II et Place 16 novembre    Kénitra: Pas de lotissements réalisés sur le foncier de la Maâmora    Financement: que cache la contre-performance des crédits à l'équipement ?    Guerre du Rif : Un Parti catalan appelle le gouvernement espagnol à présenter des excuses    L'Académie royale Mansour vise à fournir de la main-d'œuvre aux hôtels de luxe du Roi Mohammed VI    Classement FIFA : Le Maroc 3ème africain et 29ème mondial dès la semaine prochaine !    L'OCS, section football : M. Anouar Dbira Tlemsani présente sa démission    Afghanistan: L'EI revendique l'attentat contre la mosquée de Kandahar    Bali : Au moins trois morts et sept blessés dans un séisme    Coupe de la CAF : Ce samedi les FAR et la RSB jouent pour une place au tour additionnel barrage    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Recherche et innovation énergétique: Une marocaine distinguée en Italie    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colloque en marge du FCAK: «Nous sommes des Africains déformés par le temps!»
Publié dans Albayane le 15 - 09 - 2017

Chaque édition du festival du cinéma africain de Khouribga, qui fête cette année son quarantième anniversaire, donne l'impression d'être une victoire à l'arrachée. Tant il est inscrit dans les aléas de la vie africaine formant une sorte de destin tragique comme pour un héros d'un film de Souleiman Cissé, d'Idrissa Ouedraogo ou de feu Bouanani... Et pourtant, on continue à tirer des salves...saluant un avenir certainement plus prometteur.
Le contexte se prête à l'optimisme, le choix de l'africanité étant aujourd'hui sanctionné par un engouement qui n'a d'égal que celui du fils qui revient chez lui. Le cérémonial multidimensionnel de la cérémonie d'ouverture offre cette lecture d'espoir. Une cérémonie dont le maître d'œuvre artistique a été le cinéaste et chorégraphe Lahcen Zinoun qui lui a donné une touche puisant dans les racines culturelles du pays et dans les acquis d'une écriture scénographique moderne. Un moment marqué par l'intelligence des propos et l'émotion des hommages. Les interventions de M. Saïl et M. Laabi ont été d'une grande teneur intellectuelle. M. Laabi, prolongeant la réflexion et M. Saïl restituant les 40 ans de Khouribga en un montage d'images fortes, retenues par sa garde mémoire de cinéphile aguerri.
Le colloque international organisé le lendemain de l'ouverture a confirmé cette tendance cinéphilique et intellectuelle. Organisé autour de la problématique de l'identité dans le cinéma africain, il a réuni un plateau des plus prestigieux. Modéré par le président et fondateur du festival Nour Eddine Saïl, il a vu des contributions de l'un des ainés du cinéma africain le burkinabé Gaston Kaboré, du cinéaste et critique de cinéma tunisien Férid Boughedir et du poète sénégalais Mamadou Lamine Sall.
Dans un style qui lui est propre, M. Saïl a souligné que nous sommes devant un thème complexe, l'identité. «Un thème lourd qui se prête à tous les dérapages» ce qui est parfois utile, «se perdre pour se retrouver» souligne-t-il. M. Kaboré a placé la problématique dans une perspective humaniste ; il a rappelé au préalable que l'identité «n'est pas un lieu statique auquel on va revenir, ni un moment du passé à retrouver». L'identité en outre n'est pas ce qui nous permet d'être certains de nous-mêmes. «Ce n'est pas un logiciel qui nous permet de nous retrouver». Les films africains sont en effet traversés de questionnement sur qui nous sommes ; d'où la prégnance des scénarios portés par la dynamique de la quête. Le cinéma s'avère alors un vecteur qui relie les différents fragments et segments d'une vie parcellaire.
Le grand poète Lamine Sall a commencé son intervention par rendre un vibrant hommage au Maroc et à ses rois. Ancien compagnon et disciple intellectuel de Léopold S. Senghor, il a pu ainsi côtoyer le défunt roi Hassan 2. Il a également salué l'existence du festival du film africain à Khouribga, un lieu de mémoire et de vie». Abordant la question de l'identité, il a rappelé qu'aujourd'hui avec la mondialisation le monde se tribalise, une des conséquences est que nous «Les africains nous devenons déformés par le temps». Deux missions sont assignées aux intellectuels africains aujourd'hui : le devoir d'être nous-mêmes et le droit d'accéder à l'universel.
Férid Boughedir a restitué au débat sa dimension cinéphilique et cinématographique en rappelant le rôle des pionniers qui ont proposé les premières images faites par des africains pour des Africains. Cela n'a pas été évident, les cinéastes ayant été eux-mêmes marqués par ce que Frantz Fanon avait décrit comme la conscience malheureuse des intellectuels africains. Une conscience forgée à travers un cheminement qui est passé par trois étapes. Celle de l'assimilation où l'intellectuel (cinéaste) cherchait à imiter l'autre à s'approprier ses modes d'expression. Cela a abouti à l'échec. Ensuite la phase de retour aux sources ; un retour au passé de façon aveugle versant dans une mythographie des origines. Et enfin une phase critique celle de la quête d'une synthèse faite de distanciation et d'esprit critique.
Au cinéma, cette démarche est rendue difficile par la nature des rapports de forces au sein du marché des images ; un marché déjà dominé est balisé par l'autre. Le cinéma africain est né dans un environnement économique colonisé. L'une des issues qui reste à un cinéma africain de recherche et en l'absence d'un marché intérieur viable est ce que Boughedir a appelé «l'international cinéphilique» dont l'une des expressions est le festival de Khouribga.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.