L'CLUB : Le Wydad rate le rendez vous du mondialito    Banque mondiale: un prêt de 202 millions de dollars pour Casablanca    Reportage sur Achraf Hakimi dans l'émission du Real Madrid TV Campo de Estrellas    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    Un amical contre le Cameroun le 6 janvier en préparation du CHAN    Statut d'Al-Qods: Un sommet du monde musulman à Istanbul    Disney rachète des actifs de 21st Century Fox    L'Atlantique, une opportunité pour le futur africain    Habitat: Une nouvelle approche pour combler le déficit    BM: prêt de 1,9 milliard de DH pour Casablanca    Quotas de réfugiés: polémique entre les institutions européennes    Quel remède aux maux de l'Afrique?    Mise en place de commissions provinciales pour lutter contre la vague de froid    Le français Echo Mobiles s'installe au Maroc    «Spend» à l'espace Kulte Gallery Editions    Un colloque franco marocain co-organisé par l'UMT et la CFDT sur l'avenir des relations sociales    La casquette de Nabila    L'agence Al Qods appelle les pays à honorer leurs engagements    Sener : Une rencontre sous le thème «Valorisation énergétique des déchets : défi de la prochaine décennie»    Education nationale : Les mesures du ministère pour la rentrée scolaire 2018-2019    Coupe du monde des clubs : Le Wydad termine à la 6ème place    Botola Maroc Telecom D1 : Le Raja renverse la vapeur face au DHJ    La Compagnie Marocaine des Œuvres et Objets d'Art organise une vente aux enchères    « L'Oriental marocain: Des siècles d'art culinaire juif », le nouveau livre sur la cuisine juive de l'Oriental marocain    ONSSA : 345 tonnes de produits alimentaires détruites en novembre    Projet de loi sur le CNDH : Les députés doivent accélérer la cadence    Casablanca abrite FUTUR.E.S in Africa    Climate Finance Day : Les acteurs s'engagent à accélérer le verdissement de la finance    M. El Aaraj : Le ministère de l'Education s'est engagé dans une nouvelle approche pour la préparation de la rentrée scolaire    Rabat, nouveau siège de l'Unité de coordination régionale de la lutte contre la désertification en Afrique    9e session du Comité central du PPS    C'est parti pour la Charte de Chicago sur le climat    Un nouvel outil pour mesurer les risques climatiques    Dixième    Somalie: Au moins 13 morts et 15 blessés un attentat-suicide contre une école de police    Réforme du système éducatif : Le projet de loi-cadre marquera un ‘'tournant décisif''    Le rapport annuel de l'UE favorable au Maroc    La communauté humanitaire au Soudan du Sud a lancé mercredi un appel de 1,72 milliard de dollars pour fournir une assistance vitale à 6 millions de personnes.    METEO: JUSQU'À -5 DEGRES DANS CERTAINES REGIONS DU MAROC CE JEUDI    CASABLANCA: LES CHAUFFE-EAU À GAZ FONT DE NOUVELLES VICTIMES    GOUVERNEMENT: EL OTHMANI À LA RECHERCHE DU PROFIL IDEAL POUR LES AFFAIRES AFRICAINES    BIDODANE RENAIT DE SES CENDRES    DES DEMAIN ET JUSQU'AU 17,KENITRA ABRITERA LA 1° EDITION DU CHAMPIONNAT D'AFRIQUE DE MUAY-THAI    LES FAR DANS LA TOURMENTE:LA BASSESSE    Patrimoine géologique et archéologique Protection Unesco: Mode d'emploi    Nadia Chellaoui au Faubourg Saint-Honoré    La Princesse Lalla Salma a présidé une cérémonie d'hommage à la mémoire de l'artiste Mohamed Amine Demnati    Peintre et Saltimbanque de Latifa Serghini    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cour des comptes/Administration: Les recommandations antisyndicales
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2017

Voilà un nouveau rapport sur la fonction publique qui va faire grincer des dents ! Le document, préparé par la Cour des comptes, vient rappeler les maux de l'Administration. Mais au-delà des défaillances relevées, pour la plupart connues de tous, le rapport de Driss Jettou comporte des recommandations à même de susciter l'ire des fonctionnaires et des centrales syndicales.
C'est le cas de la proposition concernant la refonte du système de rémunération. Au moment où les syndicats réclament la hausse des salaires, la Cour considère que le niveau de rémunérations reste élevé, entrainant par conséquent la rigidité des dépenses salariales. Pour convaincre, la Cour des comptes établie une comparaison du salaire net moyen appliqué au Maroc (7.700 DH en 2016) à celui d'autres pays. Il représente au Maroc environ 3 fois le PIB par habitat contre 1,2 en France et 1 fois en Espagne.
En réalité, le ratio élevé du salaire moyen au Maroc s'explique, certes, par la faiblesse du PIB marocain comparativement à ceux des pays cités en référence, mais également, par les multiples revalorisations des salaires décidées dans le cadre du dialogue social. Pour l'équipe de Jettou, «le Maroc s'offre une fonction publique qui dépasse les moyens de son économie et que l'amélioration substantielle des revenus des fonctionnaires ne se traduit pas par une amélioration de la perception de l'Administration chez le citoyen».
La Cour semble toutefois être consciente de la difficulté de revoir à la baisse la grille de rémunérations dans la fonction publique. Pour cela, elle propose comme alternative la maitrise des effectifs. Cela revient en fait à limiter les recrutements au strict nécessaire avec une amnistie pour les départements en besoin pressant. L'impact d'une telle mesure reste toutefois amoindri par l'effet des promotions de grade et d'échelons qui ont mobilisé pas moins de 3,56 milliards de DH en 2015. Une chose est sure : son application conduira à une relation encore plus tendue entre le mouvement syndicat et le gouvernement.
L'autre recommandation qui ne manquera pas de susciter la colère des fonctionnaires porte sur l'augmentation de la durée de travail. La Cour suggère la mise en place de moyens à même de s'assurer que la durée effective de travail corresponde à la durée réglementaire. L'idée est de combattre le phénomène des fonctionnaires fantômes. «À missions inchangées, une augmentation de la durée effective du travail pourrait dégager un potentiel équivalent en jours/hommes et atténuer les besoins en personnel découlant des départs à la retraite pour maintenir les recrutements à un niveau supportable», explique-t-on.
Et d'ajouter que les mesures instaurées récemment pour limiter ce phénomène ne concernent actuellement que les situations extrêmes d'absence totale se révèlent peu efficaces. A titre d'exemple, pour le personnel de l'Education nationale, l'ampleur des absences fait perdre au secteur un potentiel important de ses ressources humaines. En effet, selon les chiffres communiqués par le Département de l'Education, les absences enregistrées en 2016, par exemple, avaient atteint un total de 406 890 jours.
En outre, une part importante d'enseignants (90% des enseignants du cycle secondaire qualifiant et 74% du cycle secondaire collégial) n'assument pas la charge horaire qui leur est impartie à cause de l'inadéquation entre le déploiement des enseignants et la taille des structures scolaires. Dans les autres administrations publiques, la durée de travail, fixée à 37,5 heures par semaine, n'est en général pas observée rigoureusement. Il en résulte des marges pour l'optimisation de ce temps. Même pour le temps de travail réglementaire, sa durée hebdomadaire reste, relativement, en deçà de ce qui est pratiqué dans d'autres pays.
Hajar Benezha

Les fonctionnaires mal répartis
En 2016, le secteur public employait un effectif de personnel d'environ 860 253 dont 583 071 fonctionnaires civils de l'Etat, 147 637 fonctionnaires dans les collectivités territoriales et 129 545 agents des établissements publics. Comparé à la population total, l'effectif des fonctionnaires civils n'est pas excessif, comparativement à d'autres pays. Toutefois, la répartition territoriale du personnel connait des disparités entre les régions. En dehors de la région de Rabat-Salé-Kénitra qui connaît un taux d'administration de 27,8% en raison notamment de la présence des services centraux à Rabat, certaines régions se situent sensiblement au-dessus de la moyenne nationale, comme celle de Drâa-Tafilalet qui affiche un taux de 18,3%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.