Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Said Abarnous, la promotion par le biais de l'interculturalité
Publié dans Albayane le 17 - 01 - 2018

Dramaturge et poète d'expression Amazighe, Said Abarnous fonde son travail sur l'interculturalité, que cela soit entre les multiples genres littéraires et expressions artistiques ou entre les différentes cultures ayant influencé le peuple marocain à travers l'étendue de son histoire millénaire.
Parmi les œuvres théâtrales qui ont consacré la renommée de ce dramaturge d'Al Hoceima, il convient de citer, entre autres, «Taslit n wz'r'u» (Primé au festival national du théâtre à Casablanca en 2009, Prix de la culture amazigh de l'IRCAM, catégorie «Création littéraire» en 2011), « Tut nin Zu» (Grand prix au festival national du théâtre amazigh d'Agadir, 2011) et «Wi g iskemden tfuyt» (Prix du meilleur texte théâtral au festival national du théâtre à Tétouan, 2016).
Il est également l'auteur de deux recueils de poème («Abrid ar ujenna», édité par l'IRCAM en 2011, et «Tizlatin n yennayer», en cours d'édition).
Toutefois, son plus grand succès, comme il le confie lui-même à la MAP, reste la traduction en Amazigh de la pièce de théâtre «Sophonisbe» écrite par Voltaire.
Dans son œuvre théâtrale, Voltaire, le célèbre philosophe des Lumières, s'est inspiré de l'espace culturel et historique amazigh pour mettre en lumière de grandes valeurs comme la dignité, l'orgueil et l'honneur, souligne Said Abarnous. Ces valeurs sont d'autant plus intéressantes qu'elles sont conjuguées au féminin et incarnées par Sophonisbe, une reine amazighe antique au sort tragique.
En traduisant cette œuvre théâtrale, Said Abarnous voulait relever un défi: celui de mettre en avant la richesse de la langue amazighe, notamment en termes d'imaginaire, d'oralité et de diversité dialectale. Rude tâche. Puisqu'il s'agissait de traduire une pièce de théâtre en vers rédigée dans un français classique vers l'amazigh, une langue dont les aspects linguistiques demeurent «fortement influencés par l'oralité», comme il a tenu à souligner.
Il s'agissait donc de concilier deux systèmes linguistiques foncièrement différents, mais aussi de prospecter un imaginaire culturel particulier, la finalité étant de «réduire l'écart du sens et de concilier les différences entre les deux systèmes linguistiques français et amazigh» dans tous les aspects ayant trait aux références culturelles, aux figures de style, aux expressions figées et aux proverbes.
Comme le texte voltairien est rédigé en vers, il s'agissait aussi de travailler les aspects métriques de la traduction amazighe, tout en évitant de nuire aux caractéristiques syntaxiques, lexicales et poétiques amazighes. Cet effort a été reconnu et récompensé, puisque cette version amazighe de la pièce voltairienne a décroché le Prix de la culture amazighe au titre de l'année 2016 dans la catégorie «Traduction vers l'amazigh en tifinagh», délivré par l'IRCAM.
Said Abarnous explique que son intérêt pour la traduction trouve ses germes dans une réflexion sur le théâtre amazigh et une ambition de réaliser un projet de traduction qui vise l'ouverture de la langue amazighe sur les traditions scripturales dans d'autres langues.
Selon lui, cette ouverture est à même de permettre aux dramaturges amazighs de «diversifier leurs entrées vers l'écriture théâtrale» tout en découvrant d'autres approches, styles et méthodes de dramaturgie. Elle sert également à prouver que la langue amazighe est capable de saisir et de transmettre toute sorte de création littéraire.
La création littéraire amazighe commence à porter ses fruits en révélant des écrivains, poètes et dramaturges talentueux, pense cet écrivain de 41 ans. Il juge à cet égard que les résultats sont encourageants, tout en soulignant qu'il reste encore un long chemin à parcourir.
Said Abarnous met l'accent sur la «très riche» matière de création à exploiter, citant à cet égard la culture populaire, le patrimoine immatériel, les arts de vivre, outre la diversité culturelle et linguistique dont jouit le Royaume. Il lance ainsi un appel aux artistes et écrivains marocains afin de se saisir davantage de cette matière abondante et féconde et de la mettre en valeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.