Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le SIEL: une vraie fête populaire….
Publié dans Albayane le 19 - 02 - 2018

Le Salon international de l'Edition et du Livre de Casablanca (SIEL) a baissé les rideaux dimanche 18 février. L'événement livresque a drainé durant dix jours les férus du livre de tous âges, ainsi qu'un public bigarré.
Acheter un livre, parcourir les titres dans les différents stands, assister à un débat ou tout juste prendre une photo avec un écrivain...chacun y venait pour son compte. Les allées et artères de la foire d'exposition ont été prises d'assaut, surtout le week-end, par les amoureux du livre et les passionnés de littérature, des lettres et des sciences.
Habitués des livres, écrivains et éditeurs ont également saisi l'opportunité du SIEL. Plusieurs éditeurs du continent ont profité du salon pour présenter leurs récentes publications au public. Les Egyptiens, invités d'honneur de ce 24e rendez-vous, ont participé à différents évènements, marquant de leur empreinte le salon. A côté de l'Egypte, plusieurs pays africains ont participé à ce salon, entre autres l'Algérie qui a exposé 900 titres représentés par 16 éditeurs dans tous les domaines y compris la littérature, l'histoire, le livre en langue amazighe. «Nous n'avons ramené avec nous que les publications récentes des deux dernières années. Cette année, nous avons constaté que le livre amazigh est très demandé par le public marocain. Je pense qu'il est à la mode cette année comme en Algérie.
Il y a eu plusieurs publications en amazigh parce que la langue est enseignée sur l'ensemble du territoire», nous explique Kamel Yahiaoui, directeur des éditions Enag. Les auteurs et éditeurs tunisiens ont par ailleurs honoré le SIEL de leur présence. Le ministère des affaires culturelles du pays a participé au salon avec un stand, de même que l'Union des éditeurs tunisiens. Dans le stand du ministère, ce sont environ 300 titres qui ont été exposés pour faire connaître la culture et la civilisation du pays, a affirmé Morad Khlifa, représentant du Ministère des affaires culturelles de la Tunisie. «Certains éditeurs sont venus à titre personnel au salon pour s'ouvrir au marché et découvrir l'expérience marocaine dans ce domaine», a-t-il ajouté.
Hôtes du salon, les éditeurs marocains étaient présents en force au Salon. Selon Rachid Chraïbi, des éditions Marsam, chaque année, ils déploient des efforts considérables pour donner une image prestigieuse du livre marocain. «Les éditeurs marocains font de leur mieux pour booster le secteur de l'édition au Maroc. Certains sont engagés et ne ménagent aucun effort pour faire avancer ce secteur», a-t-il souligné. «Les stands marocains que j'ai visités sont très beaux et présentent des nouveautés. Nous nous investissons pour ce salon pour lui donner la place qu'il mérite», a t-il ajouté. Malheureusement, le public marocain ne suit pas, il préfère acheter un livre de 10 dh, piraté ou mal fait, déplore l'éditeur.
Après dix jours de fête livresque, le SIEL s'est clôturé dimanche, donnant rendez-vous aux férus du livre pour une 25e édition l'année prochaine. A notre qu'au cours du Salon qui s'est déroulé du 9 au 18 février, ce sont 125 000 titres qui ont été exposés par 709 exposants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.