Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migration Afrique-Europe: Un véritable casse-tête pour le Maroc
Publié dans Albayane le 28 - 08 - 2018

La dernière décision du gouvernement espagnol de renvoyer vers le Maroc, vendredi dernier, 116 migrants africains dès le lendemain de leur entrée en force dans le préside occupé de Sebta, décision durement critiquée par Podemos et les ONG de défense des droits des migrants, remet sur le devant de la scène politique et médiatique la question de gestion du flux migratoire de l'Afrique vers l'Europe et la responsabilité des partenaires des deux rives, Rabat et Bruxelles.
En effet, le Maroc s'est retrouvé dans une situation embarrassante, terre de transit et d'accueil, depuis la fermeture de la route des Balkans, qu'empruntaient les migrants pour entrer dans le vieux continent à travers la Turquie et le sud-est de l'Europe.
La fermeture de cet axe a automatiquement rendu la voie nord-africaine plus convoitée par les migrants, exposant les autorités compétentes marocaines à plus de vigilance, à de coûteuses prises en charge, à des mises en œuvre d'innombrables moyens logistiques et sécuritaires, pesant lourdement sur le budget de l'Etat. Face à cette situation, les partenaires européens exercent encore des pressions sur le royaume pour jouer un grand rôle dans la gestion de ce flux, sans pour autant honorer leur engagement en la matière. En effet, alors que le Maroc déploie ses propres moyens pour lutter contre l'immigration clandestine de l'Afrique vers les rives européennes, Bruxelles peine à verser à Rabat l'aide nécessaire pour faire face à cette pression migratoire.
Dernièrement, la commission européenne a justifié le retard de versement au Maroc de l'aide en question par l'insuffisance des ressources du Fonds fiduciaire de l'Union européenne pour l'Afrique du Nord, alors que cette fameuse subvention n'est que de l'ordre de trente millions d'euros. Ceci au moment où l'Union européenne finance des programmes dans le même domaine en collaboration avec la Turquie avec une enveloppe de 3000 millions d'euros. Une politique de deux poids deux mesures.
Et en l'absence d'une véritable collaboration entre les deux partenaires, Rabat et Bruxelles, notamment avec la mise en place de politiques ciblant l'origine du fléau, ce flux migratoire ne cessera de croitre, mettant à rude épreuve les forces de sécurité marocaines qui ne pourraient plus jouer le rôle de gendarme en vue de protéger l'UE. Au niveau du discours, les responsables européens reconnaissent les efforts déployés par le royaume dans ce domaine.
En juillet dernier, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, et le président français, Emmanuel Macron, ont plaidé pour le renforcement de l'appui et la coopération de l'Union européenne (UE) avec les pays d'origine, de transit et de destination, notamment le Maroc, pour faire face au défi migratoire. L'Espagne et la France considèrent que la problématique migratoire constitue «un défi global qui exige des réponses européennes», basées sur les principes de «solidarité et de respect des droits de l'Homme» et visant à apporter «une réponse efficace à l'arrivée en Europe de réfugiés et de migrants». Cependant, force est de constater que dans les faits, les partenaires européens ferment les yeux sur les sacrifices consentis par le royaume dans la gestion de cette épineuse problématique.
Ainsi, au lieu de soutenir la politique migratoire du Maroc, l'Europe investit sur l'autre axe, pourtant fermé. Et pourtant, le Maroc a mis en place une véritable politique migratoire, préservant la dignité des migrants, leur assurant un accueil dans le respect des droits humains, un suivi social et juridique et une vision pour la gestion de la question au niveau du continent africain.
A ce propos, le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a cité comme exemple l'Observatoire africain des migrations et du développement, proposé par SM le Roi Mohammed VI en sa qualité de leader de l'Union africaine (UA).
En effet, le texte du Pacte, endossé, en début de ce mois, à New York par l'assemblée générale de l'ONU, insiste sur la création et le renforcement des observatoires de migration, en se référant à l'Observatoire proposé par SM le Roi Mohammed VI. «Aujourd'hui, une nouvelle vision s'impose : il s'agit de faire de l'immigration un sujet de débat apaisé et d'échange constructif», avait affirmé SM le Roi Mohammed VI dans un message adressé au cinquième sommet Union africaine-Union européenne, tenu novembre 2017 à Abidjan.
C'est dans cet esprit que devra s'inscrire la coopération fortement sollicitée en matière de gestion du flux migratoire entre les deux rives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.