Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19 : De nouvelles mesures prises par l'ONEE    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Coronavirus : Décès de Fadel Sekkat, président de Maghreb Steel    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migration Afrique-Europe: Un véritable casse-tête pour le Maroc
Publié dans Albayane le 28 - 08 - 2018

La dernière décision du gouvernement espagnol de renvoyer vers le Maroc, vendredi dernier, 116 migrants africains dès le lendemain de leur entrée en force dans le préside occupé de Sebta, décision durement critiquée par Podemos et les ONG de défense des droits des migrants, remet sur le devant de la scène politique et médiatique la question de gestion du flux migratoire de l'Afrique vers l'Europe et la responsabilité des partenaires des deux rives, Rabat et Bruxelles.
En effet, le Maroc s'est retrouvé dans une situation embarrassante, terre de transit et d'accueil, depuis la fermeture de la route des Balkans, qu'empruntaient les migrants pour entrer dans le vieux continent à travers la Turquie et le sud-est de l'Europe.
La fermeture de cet axe a automatiquement rendu la voie nord-africaine plus convoitée par les migrants, exposant les autorités compétentes marocaines à plus de vigilance, à de coûteuses prises en charge, à des mises en œuvre d'innombrables moyens logistiques et sécuritaires, pesant lourdement sur le budget de l'Etat. Face à cette situation, les partenaires européens exercent encore des pressions sur le royaume pour jouer un grand rôle dans la gestion de ce flux, sans pour autant honorer leur engagement en la matière. En effet, alors que le Maroc déploie ses propres moyens pour lutter contre l'immigration clandestine de l'Afrique vers les rives européennes, Bruxelles peine à verser à Rabat l'aide nécessaire pour faire face à cette pression migratoire.
Dernièrement, la commission européenne a justifié le retard de versement au Maroc de l'aide en question par l'insuffisance des ressources du Fonds fiduciaire de l'Union européenne pour l'Afrique du Nord, alors que cette fameuse subvention n'est que de l'ordre de trente millions d'euros. Ceci au moment où l'Union européenne finance des programmes dans le même domaine en collaboration avec la Turquie avec une enveloppe de 3000 millions d'euros. Une politique de deux poids deux mesures.
Et en l'absence d'une véritable collaboration entre les deux partenaires, Rabat et Bruxelles, notamment avec la mise en place de politiques ciblant l'origine du fléau, ce flux migratoire ne cessera de croitre, mettant à rude épreuve les forces de sécurité marocaines qui ne pourraient plus jouer le rôle de gendarme en vue de protéger l'UE. Au niveau du discours, les responsables européens reconnaissent les efforts déployés par le royaume dans ce domaine.
En juillet dernier, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, et le président français, Emmanuel Macron, ont plaidé pour le renforcement de l'appui et la coopération de l'Union européenne (UE) avec les pays d'origine, de transit et de destination, notamment le Maroc, pour faire face au défi migratoire. L'Espagne et la France considèrent que la problématique migratoire constitue «un défi global qui exige des réponses européennes», basées sur les principes de «solidarité et de respect des droits de l'Homme» et visant à apporter «une réponse efficace à l'arrivée en Europe de réfugiés et de migrants». Cependant, force est de constater que dans les faits, les partenaires européens ferment les yeux sur les sacrifices consentis par le royaume dans la gestion de cette épineuse problématique.
Ainsi, au lieu de soutenir la politique migratoire du Maroc, l'Europe investit sur l'autre axe, pourtant fermé. Et pourtant, le Maroc a mis en place une véritable politique migratoire, préservant la dignité des migrants, leur assurant un accueil dans le respect des droits humains, un suivi social et juridique et une vision pour la gestion de la question au niveau du continent africain.
A ce propos, le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a cité comme exemple l'Observatoire africain des migrations et du développement, proposé par SM le Roi Mohammed VI en sa qualité de leader de l'Union africaine (UA).
En effet, le texte du Pacte, endossé, en début de ce mois, à New York par l'assemblée générale de l'ONU, insiste sur la création et le renforcement des observatoires de migration, en se référant à l'Observatoire proposé par SM le Roi Mohammed VI. «Aujourd'hui, une nouvelle vision s'impose : il s'agit de faire de l'immigration un sujet de débat apaisé et d'échange constructif», avait affirmé SM le Roi Mohammed VI dans un message adressé au cinquième sommet Union africaine-Union européenne, tenu novembre 2017 à Abidjan.
C'est dans cet esprit que devra s'inscrire la coopération fortement sollicitée en matière de gestion du flux migratoire entre les deux rives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.