De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc réaffirme l'importance des consultations avec l'Envoyé personnel de l'ONU
Publié dans Albayane le 04 - 11 - 2018

Le Maroc réaffirme l'importance des consultations avec l'Envoyé Personnel dans le cadre d'une bonne préparation de la Table ronde initiale de Genève, conformément aux termes de la résolution 2440 du Conseil de Sécurité, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Nasser Bourita.
Le Royaume du Maroc, conformément aux Très Hautes Orientations de SM le Roi Mohammed VI maintiendra son adhésion à la dynamique de relance du processus politique, lancée par le Secrétaire Général de l'ONU, en collaboration avec son Envoyé Personnel, dans le cadre des fondamentaux définis dans le Discours Royal prononcé à l'occasion du 42e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, a souligné M. Bourita, lors d'une rencontre avec la presse tenue au lendemain de l'adoption par le Conseil de Sécurité de la résolution 2440 relative à la question du Sahara.
Cette résolution, a précisé le ministre, a préservé tous les acquis du Maroc consolidés dans les résolutions précédentes, à savoir ; la prééminence de l'initiative marocaine d'autonomie, le caractère sérieux et crédible des efforts du Maroc et l'appel à l'enregistrement des réfugiés, ajoutant que cette résolution présente également deux éléments importants. Le premier est relatif au processus politique et le deuxième concerne le statut de la zone à l'Est et au Sud du Dispositif de défense, ainsi qu'aux conditions de surveillance du cessez-le-feu.
S'agissant du processus politique, a expliqué M. Bourita, trois nouveaux paragraphes ont été insérés dans la résolution qui précisent «le tour de table» de la réunion de Genève, prévue les 5 et 6 décembre 2018, et déterminent, clairement, les responsabilités des acteurs du différend régional autour du Sahara marocain.
Ainsi, le Conseil de sécurité se réfère aux invitations adressées par l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU au Maroc, à l'Algérie, à la Mauritanie et au «polisario» pour participer à la table ronde de Genève.
Dans cet esprit, a-t-il poursuivi, la résolution encourage les participants à la table ronde, notamment l'Algérie, à «participer sans préconditions et de bonne foi», et à « œuvrer de manière constructive avec l'envoyé personnel, dans un esprit de compromis, durant toute la durée du processus, pour parvenir à des résultats positifs ».
De la sorte, le Conseil de sécurité opère une « évolution importante » dans le processus tel qu'il a été conduit jusqu'à présent dans le cadre du cycle de Manhasset, a-t-il dit, faisant observer que « l'Algérie est, effectivement, appelée à s'engager pleinement et tout au long du processus conformément à sa responsabilité politique, historique et juridique dans le différend».
Le Conseil a, en outre, réitéré que la finalité du processus politique est de «parvenir à une solution réaliste, pragmatique et durable basée sur le compromis»; des termes qui s'identifient clairement à l'initiative marocaine d'autonomie, a rappelé M. Bourita.
Concernant le statut à l'Est et au sud du dispositif de défense et les conditions de surveillance du cessez-le-feu, le ministre a souligné que la résolution a consacré deux nouveaux paragraphes appelant le «polisario» à «respecter ses engagements de retraits de Guergarate et de non recours à des actes de déstabilisation à Bir Lahlou».
A rappeler que dans le cadre de sa «propagande fallacieuse», le «polsiario» – encouragé par l'Algérie – avait auto-proclamé cette zone comme «territoires libérés, opéré des «constructions» et annoncé le déploiement de certaines structures de son «entité chimérique» vers Bir Lahlou.
M. Bourita a relevé, à cet égard, que la réaction «ferme» de toutes les forces vives du Royaume et la «mobilisation diplomatique forte», conformément aux Très Hautes Instructions de SM le Roi avaient amené le Conseil de Sécurité, dans sa résolution d'avril dernier à sommer le « polisario » de « se retirer immédiatement de Guerguerate et de s'abstenir de toute action déstabilisatrice à l'Est du dispositif de Défense ».
Contraint d'obtempérer aux injections du conseil de Sécurité, le « polisario » n'a eu d'autre choix que d'annoncer au Secrétaire Général à travers son Envoyé Personnel, qu'il s'est retiré définitivement de Guerguerate et qu'il n'a pas l'intention de déplacer des structures « administratives » à Bir Lahlou et à Tifariti, a-t-il indiqué.
Toutefois, a enchaîné M. Bourita, «l'étau ne s'est pas desserré» puisqu'en prenant note de cet engagement, le Conseil a « demandé instamment au front polisario de respecter les engagements qu'il a pris auprès de l'Envoyé Spécial au sujet de Bir Lahlou, Tifariti et la zone tampon de Guergarate ».
Ainsi, la résolution du Conseil de Sécurité « clarifie le statut historique et juridique de la zone située à l'Est du dispositif de défense, à Tifariti et à Bir Lahlou et de la zone tampon à Guerguerate, où il ne saurait y avoir d'activités civiles ou militaires de l'entité fantoche», s'est félicité M. Bourita, martelant que seule est permise la présence de la MINURSO dans le cadre de sa mission de surveillance de Cessez-le-Feu.
« La communauté internationale apporte, de ce fait, un coup fatal au mythe des «territoire libérés», entretenu, des années durant, par l'Algérie et le «polisario», a conclu le ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.