Tarfaya : Un sardinier marocain heurte un récif    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Supercoupe d'Afrique : Report du match du Raja à l'Esperance de Tunis    Le Maroc dans le top dix des visiteurs de Médine et la Mecque, selon AccorHotels    Forum International Afrique Développement : Ouverture des pré-inscriptions pour la 6è édition    Trump face à une nouvelle accusation grave, les démocrates veulent enquêter    Le président du parlement de la CEDEAO à Casablanca    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Fraude fiscale : Cristiano Ronaldo doit se présenter devant un Tribunal de Madrid    Benchaaboun à Paris pour renforcer les relations économiques avec la France    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Crédits bancaires. Une amélioration de 3% pour 2019    Un survivant du 9/11 succombe lors de l'attaque terroriste de Nairobi    Le Maroc parmi les pays africains émergents les plus performants    ICE : Les explications de la CGEM    Accord agricole Maroc-UE: Un partenariat stratégique, multiforme et durable    Communiqué du Bureau politique    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Toxicomanie: Une nouvelle stratégie en place    Kénitra : Atelier sur le leadership au profit des détenus et fonctionnaires de la prison centrale    Les transcripteurs judiciaires protestent    Secousse tellurique de 3,7 degrés dans la province de Driouch    Felipe VI attendu au Maroc    Attentat meurtrier à Minbej contre les forces américaines    Le CRT d'Agadir : Rachid Dahmaz sur le perchoir!    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    Education nationale : Les chantiers prioritaires d'Amzazi    Hausse des frais de scolarité: ces universités françaises qui disent non!    Coupes africaines : Les clubs marocains à la quête d'une nouvelle qualification    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    4 ans après le massacre de Charlie Hebdo, les caricaturistes évitent de rire sur l'Islam    UE-Maroc, un arrimage décisif !    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    France: Grand coup de filet anti-drogue franco-maroco-espagnol    Mohamed El Kettani : L'Afrique doit mobiliser des capitaux à des niveaux « intéressants » et « compétitifs »    Concert classique Les musiciens du Maghreb à l'unisson    Bielsa l'espion assume, se défend et dévoile sa méthode    Yassine Bounou heureux de prolonger son contrat avec le FC Gérone    Insolite : Brebis sauvée    Les hommes aussi : Il n'y a pas que les femmes qui sont victimes de violence conjugale    Cinq morts dans de nouveaux combats entre milices rivales au sud de Tripoli en Libye    Nasser Bourita s'entretient avec le président du Parlement d'Amérique latine    News    Supercoupe d'Italie : Premier trophée pour Ronaldo le Turinois    Guillaume Musso Roi des romanciers en France    Le rôle des médias dans la valorisation du patrimoine national au cœur d'un débat à Rabat    Rihanna poursuit son père en justice    4ème Rencontre internationale des artistes de Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge
Publié dans Albayane le 11 - 12 - 2018


Envoyée spéciale de la MAP Sanae Benhammou
La pièce de théâtre »Sabah wa Massa » (Matin et soir, ndlr), présentée samedi soir au théâtre espagnol à Tétouan dans le cadre de la compétition officielle de la 20ème édition du Festival national du théâtre, relate l'histoire de deux âmes errantes, oscillant entre vérité et mensonge, les chagrins et les blessures du passé ayant été les catalyseurs de leur amour.
»Sabah wa Massa », mise en scène par Abdeljabar Khamran, dont les principaux rôles ont été interprétés par la comédienne Rajaa Kharmaz (Sabah) et le chorégraphe et danseur Taoufiq Izeddiou (Massa) et dont la musique est signée par l'acteur marocain Zakaria Haddouchi, met en scène deux personnages marginaux qui se sont rencontrés dans un espace marginal dans une ville, engageant des dialogues infinis qui dévoilent leur vie privée pleine de rebondissements et oscillant entre vérité et mensonge.
La pièce de théâtre, d'une durée d'une heure et trente minutes, jouée dans un théâtre quasiment dénué de tout décor, met en relief la rencontre de deux personnages souffrant de leurs blessures, marquant un temps d'arrêt sur un pont, laissant libre cours à leurs mémoires pour se remémorer leurs souvenirs douloureux et les malheurs qui les ont brisés.
Les deux personnages : une femme essayant de faire table rase du passé et d'effacer de sa mémoire la peine de 15 années de prison qu'elle a purgée et un homme désordonné, échappé d'un hôpital psychiatrique, qui hait sa vie et décide de se suicider, fuient leur destin et se rencontrent.
Dans »Sabah wa Massa », les scènes de vie et de mort, reflétant l'amour et la haine éprouvés par une femme et un homme, lèvent le voile sur les liens sociaux qui entravent le droit d'exprimer des vrais sentiments humains dont le refoulement au plus profond de l'âme ne se justifie nullement.
Le récit des obsessions de cette femme et de cet homme, de leurs peurs, de leurs craintes, de leurs tentatives récurrentes de dominer leurs chagrins et de leur nouvel engouement pour la vie a été le vecteur de leur amour.
Les héros de la pièce de théâtre »Sabah wa Massa » ont interprété avec brio leurs rôles, campant leurs personnages avec justesse et mettant en scène une chorégraphie brillante.
Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, le metteur en scène marocain Abdeljabar Khamran a mis l'accent sur l'intérêt majeur qu'il porte à la profondeur humaine du texte théâtral, expliquant que »Sabah wa Massa » a pour objectif d'engager un débat sur un certain nombre de données humaines à travers deux personnages marginaux.
Cette pièce de théâtre met en exergue les tentatives des personnages précités de positiver, de transcender les écueils empêchant l'ouverture à l'autre, leur conférant une force d'amour à même de leur permettre de devenir humanistes, a-t-il dit.
Le programme de la 20ème édition du Festival national du théâtre, organisée en collaboration avec la Wilaya de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et les conseils élus à la région, prévoit la présentation de pièces de théâtre en lice pour la compétition officielle et d'autres œuvres théâtrales hors compétition, outre un colloque s'articulant autour de l'axe central : « La documentation théâtrale: la réalité et les perspectives ».
La 20ème édition du Festival national du théâtre sera émaillée par des rencontres axées sur la thématique de « L'art et la vie » et des ateliers de formation à la Faculté des lettres et dans des lycées.
Douze pièces de théâtre, qui représentent les villes Tétouan, Rabat, Al Hoceïma, Agadir, Mohammedia, Casablanca, Dakhla, Marrakech, Laâyoune et Kénitra, sont en lice pour les prix de la 20ème édition du Festival national du théâtre.
Il s'agit des pièces de théâtre mises en scène par les metteurs en scène marocains Ali El Bouhali, Amine Ghouada, Mohamed Aït Si Addi, Bouserhane Zitouni, Mohamed El Hor, Amin Nassour, Abdeljabar Khamran, Hicham Ibn Abdelouahab et Massoud Bouhcine.
Le jury de la compétition officielle, présidé par le dramaturge et écrivain marocain Ahmed Massaia, est composé des intellectuels et artistes marocains Dounia Boutazout, Fadila Benmoussa, Abdelhak Zerouali, Hassan Benjelloun, Al Hosseïn Chaâbi, Bousselham Daif, Salem Kouindi et Mohamed El Azhar.
Les pièces de théâtre intitulées »Flashback » (la troupe Masrah al Abaad – Casablanca), »Hata houa hachoumi » (Lui aussi est timide – la troupe Masrah Athalatha – Casablanca) ainsi qu'une autre œuvre théâtrale de la troupe Azul de Nador ont été présentées hors compétition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.