Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un «Pacte mondial d'avenir»
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2018

Clôture de la Conférence de Marrakech sur la migration
Après Marrakech, les regards des participants à la conférence intergouvernementale pour l'adoption du Pacte mondial sur les migrations sont désormais tournés vers l'avenir. Activistes des droits de l'Homme, délégués des Etats membres… devront se pencher sur l'implémentation du Pacte, condition ultime pour sa réussite, ont déclaré Nasser Bourita, président de la Conférence, et Louise Arbour, représentante du SG de l'ONU sur la migration, dans leurs allocutions de clôture, mardi dernier. Dans cette optique, le président de la conférence, en tant que ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Maroc, a annoncé que le Maroc était prêt à mettre en œuvre les mesures dudit Pacte.
Mardi soir, la conférence intergouvernementale de l'ONU, qui a vu l'adoption formelle du «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières» s'est clôturée, dans la ville ocre, mettant ainsi fin à la Semaine de la migration ayant débuté le 5 décembre, avec au compteur une centaine d'évènements autour de la question.
Revenant sur le bilan des deux jours de travaux, Nasser Bourita a estimé qu'à travers cette conférence, « les Etats ont démontré que la migration rassemble plus qu'elle ne divise ». En adoptant le Pacte sur la migration, a-t-il déclaré, un pas décisif a été franchi vers l'amélioration des conditions de 250 millions de migrants dans le monde.
«Nous avons concilié les intérêts des Etats avec les droits humains des migrants. Le Pacte de Marrakech est un aiguilleur pour les Etats, une plateforme pour la coopération internationale des Etats. Il est l'exemple d'une approche inclusive où chacun joue sa partition», a-t-il souligné. Si le Pacte vise à faire de la migration un choix et non une nécessité, selon le président de la conférence, il n'est pas encore temps de célébrer sa réussite, puisqu'«il demeure pour l'heure une promesse que le monde jugera», faisant référence au discours royal prononcé à l'occasion de la conférence.
Le Pacte devra ainsi relever 3 défis pour les prochaines années, selon Bourita, notamment celui de l'universalité en se donnant les moyens pour convaincre ceux qui y sont opposés. Il devra également affronter le challenge de la mise en œuvre, qui dépendra de l'appropriation par les Etats des dispositions du Pacte. En tant que nouveau cadre en matière de migration, il devra tout autant permettre une meilleure connaissance de la question migratoire, pour opposer des faits aux supputations et stéréotypes sur la migration.
«Si dans 5 ans, le débat sur la migration n'est pas pris en otage dans des logiques politiciennes, par rapport à des échéances électorales, je pense que la conférence de Marrakech et le Pacte auront apporté une contribution utile», a souligné Bourita.
Mise en œuvre du Pacte: le Maroc se dit prêt
En tant que pays hôte de la Conférence intergouvernementale sur la migration, le Maroc est prêt à mettre en œuvre les dispositions du Pacte, a déclaré Nasser Bourita.
«Le Maroc est fier d'avoir accueilli ce pacte, parce qu'il s'y retrouve pleinement. Ce texte converge avec la vision portée par le Roi Mohammed VI», a-t-il déclaré.
Selon le ministre, le Maroc a déjà pris dans ce sens de nombreuses mesures concrètes, notamment la création de l'observatoire africain pour les migrations.
En outre, le ministère délégué des MRE et des affaires de la migration a élaboré une feuille de route des actions à mener par le Royaume, en droite ligne avec les 23 objectifs du Pacte. «Nous sommes confiants quant à la mise en œuvre du pacte, surtout qu'il est en phase avec la politique nationale du Maroc sur la question», a t'il déclaré, tout en ajoutant que : «plusieurs idées du Maroc ont été intégrées dans ledit pacte».
Le Pacte dans 5 ans: quelles mesures d'évaluation?
Adopté formellement à Marrakech, le pacte devra être évalué pour mesurer sa réussite, a expliqué Louise Arbour. «Dans le pacte, il y a des ententes entre les pays pour les mesures d'évaluation».
Les Etats se sont entendus pour une révision périodique de leurs efforts, des efforts au niveau régional et international», a déclaré la représentante du SG de l'ONU.
En outre, le pacte invite les Etats à participer à des mesures d'évaluation nationales. Sans oublier qu'«au niveau national, régional, international, étant donné les nombreuses attentes des médias, de la société civile, du monde des affaires, il y'aura sans nul doute un intérêt pour vérifier la mise en œuvre des différentes initiatives», a t'elle souligné.
En quête d'un dialogue avec les pays opposés au Pacte
Bien qu'ayant été adopté formellement à Marrakech par plus de 150 pays, le Pacte mondial qui sera adopté officiellement le 19 décembre lors de l'Assemblée générale de l'ONU à New-York, devra encore convaincre, notamment les Etats qui y sont opposés. «Pour ceux qui sont encore sceptiques vis-à-vis de ce pacte, je vous exhorte à le lire très attentivement et bien sûr, de vous en faire votre propre opinion. Prenez également le temps d'écouter le discours du secrétaire général de l'ONU qui a dissipé les mythes sur ce pacte. Ce texte n'est pas un traité; il n'impose aucune signature, obligations…», a déclaré Louise Arbour, dans son allocution de clôture.
«Les pays qui ne sont pas là aujourd'hui ne sont pas nos adversaires», a-t-elle déclaré, ajoutant que ceux qui ne s'alignent pas forcément derrière le pacte, auront toutefois la possibilité de participer à la mise en œuvre de certains de ses aspects du Pacte. L'objectif étant de faire du pacte un accord qui attire tous les Etats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.