Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Centrale Danone. Lancement d'une nouvelle gamme de lait    Vidéo – Attijariwafa Bank présente ses résultats pour 2018    Fusillade à Utrecht : Le suspect poursuivi pour homicide à caractère « terroriste »    Jamaat Shaïm : Un boucher égorge sa femme et lui coupe la tête    Marrakech : Trois hommes arrêtés pour avoir séquestré et violé collectivement 3 filles    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Nicaragua : Le gouvernement va libérer tous les opposants pour relancer le dialogue    Etats-Unis : La Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux    Sahara marocain: Ouverture à Genève de la 2e table ronde    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Migration irrégulière. Les pateras, un business qui rapporte gros    Communiqué du BP du PPS    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    La cystite: une infection urinaire très féminine    Le cancer colorectal: le dépistage sauve des vies    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Le ver dans le fruit !    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Baisse considérable de la fécondité au Maroc    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un «Pacte mondial d'avenir»
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2018

Clôture de la Conférence de Marrakech sur la migration
Après Marrakech, les regards des participants à la conférence intergouvernementale pour l'adoption du Pacte mondial sur les migrations sont désormais tournés vers l'avenir. Activistes des droits de l'Homme, délégués des Etats membres… devront se pencher sur l'implémentation du Pacte, condition ultime pour sa réussite, ont déclaré Nasser Bourita, président de la Conférence, et Louise Arbour, représentante du SG de l'ONU sur la migration, dans leurs allocutions de clôture, mardi dernier. Dans cette optique, le président de la conférence, en tant que ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Maroc, a annoncé que le Maroc était prêt à mettre en œuvre les mesures dudit Pacte.
Mardi soir, la conférence intergouvernementale de l'ONU, qui a vu l'adoption formelle du «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières» s'est clôturée, dans la ville ocre, mettant ainsi fin à la Semaine de la migration ayant débuté le 5 décembre, avec au compteur une centaine d'évènements autour de la question.
Revenant sur le bilan des deux jours de travaux, Nasser Bourita a estimé qu'à travers cette conférence, « les Etats ont démontré que la migration rassemble plus qu'elle ne divise ». En adoptant le Pacte sur la migration, a-t-il déclaré, un pas décisif a été franchi vers l'amélioration des conditions de 250 millions de migrants dans le monde.
«Nous avons concilié les intérêts des Etats avec les droits humains des migrants. Le Pacte de Marrakech est un aiguilleur pour les Etats, une plateforme pour la coopération internationale des Etats. Il est l'exemple d'une approche inclusive où chacun joue sa partition», a-t-il souligné. Si le Pacte vise à faire de la migration un choix et non une nécessité, selon le président de la conférence, il n'est pas encore temps de célébrer sa réussite, puisqu'«il demeure pour l'heure une promesse que le monde jugera», faisant référence au discours royal prononcé à l'occasion de la conférence.
Le Pacte devra ainsi relever 3 défis pour les prochaines années, selon Bourita, notamment celui de l'universalité en se donnant les moyens pour convaincre ceux qui y sont opposés. Il devra également affronter le challenge de la mise en œuvre, qui dépendra de l'appropriation par les Etats des dispositions du Pacte. En tant que nouveau cadre en matière de migration, il devra tout autant permettre une meilleure connaissance de la question migratoire, pour opposer des faits aux supputations et stéréotypes sur la migration.
«Si dans 5 ans, le débat sur la migration n'est pas pris en otage dans des logiques politiciennes, par rapport à des échéances électorales, je pense que la conférence de Marrakech et le Pacte auront apporté une contribution utile», a souligné Bourita.
Mise en œuvre du Pacte: le Maroc se dit prêt
En tant que pays hôte de la Conférence intergouvernementale sur la migration, le Maroc est prêt à mettre en œuvre les dispositions du Pacte, a déclaré Nasser Bourita.
«Le Maroc est fier d'avoir accueilli ce pacte, parce qu'il s'y retrouve pleinement. Ce texte converge avec la vision portée par le Roi Mohammed VI», a-t-il déclaré.
Selon le ministre, le Maroc a déjà pris dans ce sens de nombreuses mesures concrètes, notamment la création de l'observatoire africain pour les migrations.
En outre, le ministère délégué des MRE et des affaires de la migration a élaboré une feuille de route des actions à mener par le Royaume, en droite ligne avec les 23 objectifs du Pacte. «Nous sommes confiants quant à la mise en œuvre du pacte, surtout qu'il est en phase avec la politique nationale du Maroc sur la question», a t'il déclaré, tout en ajoutant que : «plusieurs idées du Maroc ont été intégrées dans ledit pacte».
Le Pacte dans 5 ans: quelles mesures d'évaluation?
Adopté formellement à Marrakech, le pacte devra être évalué pour mesurer sa réussite, a expliqué Louise Arbour. «Dans le pacte, il y a des ententes entre les pays pour les mesures d'évaluation».
Les Etats se sont entendus pour une révision périodique de leurs efforts, des efforts au niveau régional et international», a déclaré la représentante du SG de l'ONU.
En outre, le pacte invite les Etats à participer à des mesures d'évaluation nationales. Sans oublier qu'«au niveau national, régional, international, étant donné les nombreuses attentes des médias, de la société civile, du monde des affaires, il y'aura sans nul doute un intérêt pour vérifier la mise en œuvre des différentes initiatives», a t'elle souligné.
En quête d'un dialogue avec les pays opposés au Pacte
Bien qu'ayant été adopté formellement à Marrakech par plus de 150 pays, le Pacte mondial qui sera adopté officiellement le 19 décembre lors de l'Assemblée générale de l'ONU à New-York, devra encore convaincre, notamment les Etats qui y sont opposés. «Pour ceux qui sont encore sceptiques vis-à-vis de ce pacte, je vous exhorte à le lire très attentivement et bien sûr, de vous en faire votre propre opinion. Prenez également le temps d'écouter le discours du secrétaire général de l'ONU qui a dissipé les mythes sur ce pacte. Ce texte n'est pas un traité; il n'impose aucune signature, obligations…», a déclaré Louise Arbour, dans son allocution de clôture.
«Les pays qui ne sont pas là aujourd'hui ne sont pas nos adversaires», a-t-elle déclaré, ajoutant que ceux qui ne s'alignent pas forcément derrière le pacte, auront toutefois la possibilité de participer à la mise en œuvre de certains de ses aspects du Pacte. L'objectif étant de faire du pacte un accord qui attire tous les Etats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.