UE: les 27 déterminés à verdir leurs importations, divisés sur l'énergie    Blinken consulte les alliés européens avant le face-à-face russo-américain    CAN 2021: Première séance d'entraînement des Lions de l'Atlas en vue des 8ès de finale    La Cour suprême inflige un revers à Trump dans l'enquête sur l'assaut du Capitole    L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Maroc-Mexique : Une coopération universitaire qui se fortifie    La pandémie de Covid-19 a fragilisé l'ensemble des droits humains dans le monde, selon l'ONU    Météo Maroc: temps assez froid sur l'intérieur du pays ce jeudi 20 janvier    CAN 2021: voici l'adversaire des Lions de l'Atlas aux huitièmes de finale    Tourisme. Des solutions ponctuelles à une crise structurelle    Le Chery Tiggo 7 Pro remporte le prix du SUV le plus vendu de l'année au Qatar    L'ancien président du Wydad, Abdelmalek Sentissi, n'est plus    Auteur de deux agressions, le meurtrier de Tiznit interné à l'hôpital psychiatrique Errazi de Salé    Le PPS appelle à la réouverture des frontières    Accord entre le gouvernement et les syndicats d'enseignement les plus représentatifs    Cervantes, le théâtre centenaire de Buenos Aires    «Il est temps de vous libérer du complexe du colonisé»    Le poète et militant, Houcine Kamari, n'est plus    La circulation temporairement coupée sur ce tronçon routier    USA: Bilan mitigé de Biden après un an à la Maison Blanche    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 Janvier 2022 à 16H00    Espagne : L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Consommation : Les ménages entre espoir et incertitude pour 2022    Liban : Le gouverneur de la Banque du Liban dans de sales draps    Maroc : La DGI lance un assistant virtuel «chatbot»    «L'autonomie, sous souveraineté marocaine. Autonomie entérinée par l'ONU» : en Espagne, le rapprochement entre Rabat et Berlin scruté    Casablanca : Interpellation de sept individus, dont un agent de sécurité, présumés impliqués dans l'enlèvement et la séquestration    Le PPS critique la faible présence politique du gouvernement et appelle à l'ouverture des frontières    Ouverture de la billetterie pour la Coupe du monde de football 2022    CAN2021-Arbitrage : La Marocaine Bouchra Karboubi assiste l'Ethiopien Tessema à la VAR du ''Soudan-Egypte'' (20h)    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    Maroc-Gabon : Le superbe golazo de Hakimi impressionne Mbappé et fait le tour de la toile    CAN: Halilhodzic s'exprime après le match Maroc-Gabon    Covid: nouveau record de contaminations en Allemagne    Ceuta. Les frontières avec le Maroc fermées jusqu'en juin    Covid-19: Abdelilah Benkirane hospitalisé suite à des complications    L'UA condamne "l'attaque terroriste" des houthis contre les Émirats Arabes Unis    Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar ont réalisé 70,5% du trafic national en 2021    Bain de foule dans un souk populaire pour Najat Aâtabou (VIDEO)    Attaque des Houthis contre les Emirats : Pr Zakaria Abouddahab fait le point (VIDEO)    Emirates suspend des vols vers les Etats-Unis en raison de la transition 5G    L'Egypte en pleine confiance face au Soudan    Lucile Bernard présente «A l'aube de nos rêves» en février à Marrakech    Fès : Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    Khalifa Mennani, membre de Fnair, lance «Mi Lalla»    Affaire Ghali : Le directeur adjoint de la police nationale entendu par le juge Lasala    "أحسن Pâtissier", la deuxième saison bientôt de retour sur 2M !    Enseignement/Dialogue social : l'accord MEN-syndicats, "un accord d'étape" pour la FNE qui "augure du positif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Théâtre: Diversité linguistique : Le cas de la Troupe Thifswin
Publié dans Albayane le 13 - 01 - 2019

Tout d'abord, il conviendrait d'évacuer définitivement ce qui me semble une «discrimination» quant à l'appellation des différentes expressions linguistiques du théâtre marocain. Eclaircir cette problématique qui encombre quelque peu l'idée même de la dimension nationale et citoyenne quant à ses sources linguistiques et culturelles réduirait cette part de marginalisation dont est victime le théâtre dit «amazighe».
Certes, la diversité culturelle et linguistique donne à notre pays une variété d'expression théâtrale sans commune mesure avec ce qui se passe dans la plupart des pays à travers le monde. Au théâtre d'expression arabophone (dans ses trois composantes, arabe classique, arabe dialectal et hassanie) s'ajoute le théâtre d'expression amazighe avec là aussi ses trois composantes (Tarifit au Nord, Tamazight au Moyen-Atlas et Tachelhint au Sud). Cependant, si cette diversité constitue à n'en pas douter un enrichissement pour notre culture en général et pour notre théâtre en particulier (langue, voix, expression du corps, musique, costumes, etc…), elle n'en constitue pas moins une certaine discrimination quand à l'appellation même de ces différentes expressions théâtrales véhiculées dans notre pays.
Ce qui est curieux, en effet, surtout depuis 1998/1999, avènement d'une nouvelle ère politique et plus tard, en 2011, d'une nouvelle constitution, qui a permis à notre pays une expression libre de toutes les identités qui le constituent, c'est qu'on parle de théâtre marocain quand il s'agit de théâtre d'expression arabe alors que le théâtre d'expression amazighe ou hassanie sont catagorisés sous cette appellation régionale, les cantonnant ainsi dans certaines sphères géographiques qui en font des zones d'expression subsidiaires, en dehors de la sphère nationale.
Certes, le théâtre dit «amazighe» a subi un ostracisme flagrant dans la programmation des différents évènements nationaux de théâtre, les responsables justifiant cela par un manque de professionnalisme et de valeur esthétique de ses productions. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Le théâtre «amazighe» fait peau neuve en se débarrassant des clichés et de l'amateurisme qui l'ont caractérisé depuis longtemps. Grâce en particulier à des lauréats de l'ISADAC à qui on a fait appel pour la mise en scène, la technique ou le jeu, les différentes troupes qui officiaient à la marge ont su se mettre au diapason des autres troupes d'expression arabe. Le théâtre marocain est un tout avec différentes composantes linguistiques qui font sa richesse et sa particularité. Voilà tout.
Cette année, toutes les composantes linguistiques de notre pays étaient représentées au Festival National du Théâtre Professionnel de Tétouan organisé du 07 au 14 décembre 2018. S'il réunit ainsi les différentes productions d'expressions différentes (arabe, amazighe, hassanie), on ne saurait les catégoriser selon des appellations linguistiques ou ethniques ou tout autre catégorisation qui sentirait une certaine discrimination consciente ou inconsciente.
Sur les 12 spectacles en compétition, cinq (4 en langue amazighe et un en langue hassanie) ont été choisis pour concourir aux différents prix. Quatre autres spectacles du même genre sont programmés en off dans différents théâtres de la province. Et dans cette diversité autant linguistique qu'esthétique, des spectacles ont particulièrement retenu l'attention : (Sabah Massae (Matin et soir) du Théâtre Douz Tmasrah de Marrakech, Bilmaoune (L'homme aux peaux) de la Troupe Vies-Ages, Al Khalfa de la Toupe Anfass pour le Théâtre et la Culture de Dakhla et Itsud 3Awed (Il souffle encore) de la Troupe Thifswin d'Al Hoceima, tous des spectacles dirigés par des lauréats de l'ISADAC. C'est ce dernier qui a retenu particulièrement mon attention pour des raisons d'affinités esthétiques.
«Itsud 3Awed» ou quand le théâtre remonte aux sources de la vie
La Troupe Thifswin est la première troupe créée à Al Hoceima en 2004. Elle est entrain de s'affirmer comme l'une des troupes professionnelles les plus dynamiques dans le paysage théâtral marocain, réalisant ainsi un parcours artistique digne d'une troupe professionnelle qui inscrit le théâtre dit amazighe dans le répertoire du théâtre marocain. Pour se mettre au diapason du théâtre professionnel marocain, elle a fait appel ces dernières années à des metteurs en scène lauréats de l'ISADAC. Après Hafid Badri[1], Amine Ghouada[2] et Amine Nassor[3], la Troupe Thifswin fait appel à un autre lauréat de l'ISADAC, Mahmoud Chahdi, pour monter Itsud 3Awed (Il souffle encore), sa dernière création.
Mahmoud Chahdi est un jeune metteur en scène qui a fait ses preuves dans la mise en scène. De retour de France après des études supérieures en théâtre, il fonde avec d'autres lauréats de l'ISADAC une troupe qui, dès ses premiers spectacles, fait sensation[4]. Avec Itsud 3awed, Mahmoud Chahdi s'engage dans une autre expérience basée sur l'expérimentation et la recherche d'images nouvelles dans un contexte linguistique différent. Le texte en langue amazighe est écrit par le dramaturge attitré de la troupe : Saïd Abarnouss. La scénographie est signée par Rachid Khattabi, un autre lauréat de l'ISADAC. Les costumes sont conçus et réalisés par Houda Zoubaïd et la musique est composée par Saad-Eddine Taarabti alors que les trois rôles de la pièce sont interprétés par Chaïmae El Allaoui, Salima Ziani surnommée Sylia[5] et Salim Bouathmane.
Le spectateur non-amazighe, n'ayant pas lu le texte, pourrait juger de son contenu et de sa construction dramatique grâce au sous titrage déroulé sur une lunette de traduction au-dessus de la scène mais surtout à une mise en scène explicite en se basant sur différents matériaux scéniques comme le corps des comédiens, la scénographie, la musique et la création lumière. C'est le style de travail de Mahmoud Chahdi pour qui le texte n'est qu'un prétexte. Pour lui, en effet, « Si le texte donne l'orientation générale du spectacle (il est soit en parfaite isotopie avec la mise en scène, soit transcendé par un regard esthétique prédéterminé où le texte n'est que prétexte), il n'en reste pas moins un matériau parmi les autres matériaux comme le conçoit le théâtre postdramatique. Entre ces deux orientations, dit-il, j'ai toujours cherché une autre approche dans le cadre d'un laboratoire théâtral dans le but de trouver un autre style »[6]. En effet, de Bin Bin à Isli en passant par Exercices de tolérance, Ceci est une autre histoire ou Signature[7], Mahmoud Chahdi cherche à chaque fois de nouvelles approches du texte théâtral et par conséquent une esthétique où la recherche et l'expérimentation déterminent ses mises en scène.
Itsud Awed (Il souffle encore) est un spectacle écrit et joué en langue amazighe. De quoi nous parle cette pièce déroutante ? De prime abord, elle nous entraîne dans un univers mythologique où des personnages se battent avec leur double dans une dialectique existentielle homme/femme. Une femme appelée Tinat (Chaïmae Chellaoui) s'ennuie dans un espace froid et misérable. Elle désire un homme pour la sortir de la solitude et de l'ennui. Elle tente de fabriquer / de créer un homme qui comblerait sa solitude et satisferait sa féminité. Elle réussit dans une première tentative mais, très vite, elle se rend compte que l'être créé est une femme qui lui ressemble en tout. C'est «Taya» (Salima Ziani). A travers celle-ci, Tinat tente une seconde fois de dessiner, de sculpter l'homme désiré (scène érotique admirablement jouée par les deux comédiennes) alors que Taya se contente de rêver cet homme qu'elle nomme «Ha'e » (Salim Bouathmane) étendu tout nu dans un bassin (utérus ?).
Une nuit, un vent souffle et dépose auprès des deux femmes une chemise d'homme. Elles sont contentes et considèrent cette apparition comme le signe de la délivrance. Puis apparaît un slip puis un pantalon mettant ainsi les deux femmes dans l'expectative de nouvelles apparitions qui permettraient à cet homme de prendre une forme définitive. Il ne lui manque alors que le souffle de la vie pour que ce rêve se réalise. Hélas, cette apparition entraîne les deux femmes dans une lutte sans merci pour l'appropriation de cet homme/ statue afin d'en faire un époux. Finalement Ha'e préfère Taya à Tinat. Et, devant cette incapacité à trouver un sens à cette absence, Tinat reste seule alors que Ha'e et Taya disparaissent ensemble. Tinat retourne à sa solitude en allant se mettre dans ce bassin/ matrice.
Cette fable mythologique et existentielle autant que sociale met le spectateur face à lui-même dans une dialectique de l'être et du non-être, du féminin et du masculin dans leur quête des origines, des origines de la création et des valeurs sociales que vit une société dominée par le machisme et l'exclusion de la femme que la mise en scène a su admirablement transposer sur scène. D'abord au niveau scénographique par le choix d'un univers de clair-obscur bleuté où la douceur des propos, des gestes et des déplacements sur scène traduisent une rêverie des possibles et des manques entremêlés. Le théâtre va ainsi nous entraîner dans les origines de la vie (scène érotique) dans un traitement subtil et harmonieux de la contemporanéité (absence prolongée de l'homme dans une région réputée machiste). La pièce manquante (l'homme désiré et recherché) est représentée par cet homme allongé tout nu dans un bassin rempli à moitié d'eau ((le ventre de la femme, le liquide amniotique) posé au milieu de la scène.
Dans cet univers emprunt de rêverie existentielle, le jeu des comédiennes est certes précis, léger et aérien. Deux comédiennes qui ont admirablement joué l'absence et la présence dans une dialectique des corps (déplacement en interchangeant les espaces de jeu) où le féminin et le masculin se côtoient et se répondent pour dire l'amour, le désir et le rêve de la possession (scènes érotiques assez osées pour une communauté réputée très conservatrice). Devant l'incapacité de trouver un sens à cette absence, Tinat reste seule alors que Taya et Hae disparaissent, faisant ainsi triompher le rêve à une réalité qui dit l'absence de l'homme dans une communauté qui vit l'absence comme une destinée et qui tente de combler le vide et la solitude.
Cependant, la voix des comédiennes est presqu'inaudible, ce qui a nui quelque peu à la lisibilité du spectacle. Pour arriver à «sussurer» à l'oreille du public des paroles pleines de sensualité et de douceur, des paroles bravant parfois les interdits et les tabous d'une société verrouillée par un machisme exacerbant ( nous sommes dans le Rif, une société où la femme souffre de la solitude et de l'ennui mortel où elles se morfondent causés en partie par l'émigration), une atmosphère appuyée par une musique (jouée en live dans les coulisses par Salah Eddine Taarabti) orchestre parfaitement la progression des évènements par des touches simples des pincements de guitare très légers modulant presque la voix des comédiens, il fallait sans doute opter pour un espace réduit car ce genre de théâtre intimiste ne saurait convenir à de grandes salles.
Avec sa dernière création Itsud Awed, la troupe Thifswin franchit un nouveau pas vers un théâtre postdramatique de qualité. Mahmoud Chahdi a su gagner le pari de travailler sur une langue amazighe qui «correspond parfaitement à un théâtre mythologique» car, dit-il, « le rapport à la mythologie est le premier axe qui se distingue au sein du texte, mettant en avant la question de la création et de la divinité» . Ces dernières expériences étant concluantes pour cette jeune troupe, espérons tout au moins qu'elle puisse fidéliser un metteur en scène et des techniciens afin qu'elle participe pleinement et dans la pérennité au développement du théâtre dans la région du Nord du Maroc.

[1] – Hafid Badri monte avec cette troupe pour la saison 2010-2011 Tut Nin Zu
[2] – Amine Ghouada monte Tringa pour la saison 2014-2015 avec une scénographie de Abdelmajid El Haouasse.
[3] – Amine Nassor monte avec la troupe deux spectacles : Parkigh (2016-2017) et Pirikula ( 2017-2018) avec une scénographie de Tarik Ribh.
[4] – Avec Nous jouons pour les arts, il monte Bin Bin, Exercices de tolérance et Ceci est une autre histoire
[5] – Militante du Hirak du Rif, emprisonnée pour quelques mois après les évènements d'Al Hoceima.
[6] – Mahmoud Chahdi, interview dans Al Ittihad Al Ichtiraki du 18 septembre 2018.
[7] – Bin Bin, Exercices de tolérance et Ceci est une autre histoire sont montés avec la troupe Nous jouons pour les arts ; Signature avec l'association Obour et Isli avec l'atelier Faddane pour le théâtre de Tétouan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.