Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Sopriam inaugure un nouveau DS Store à Casablanca    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiés jusqu'au 17 juin 2021    ZLECAF et défis logistiques: Tanger Med appelé à jouer les premiers rôles    Marché des capitaux: les propositions de l'APSB pour redynamiser la Bourse    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Une nouvelle ligne RAM Dakhla-Paris lancée    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc : « Nous comptons faire du Maroc le pont entre la Finlande et les autres pays africains »    ONDA : 15 aéroports obtiennent le label "Airport Health Accreditation" de l'ACI    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Coupes de la CAF : WAC et Raja pour briller sur le continent    Euro 2020: le Danemark tombe face à la Belgique (VIDEO)    Officiel : Sergio Ramos dit adieu au Real Madrid    Championnat d'Italie: Buffon de retour à Parme    MRE/Prix des traversées maritimes: un projet de décret adopté    CGLU : Boudra appelle à une réponse rapide aux exigences des villes africaines en matière de développement post-pandémie    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    Maroc/Covid-19: le bilan de ce jeudi 17 juin    Ouverture d'un hôpital privé à El Jadida    Météo Maroc: de la pluie attendue ce vendredi 18 juin    9 personnes arrêtées pour fabrication et vente d'armes blanches    Quatre ministres d'origine marocaine au sein du nouveau gouvernement israélien    La promotion des relations bilatérales au menu des entretiens de M. Bourita avec le président de l'Assemblée nationale de Serbie    Nouvelle consécration pour Fouzi Lekjaa    L'effet papillon et l'énergie créatrice    La justice met la pression sur l'armée espagnole    Sahara marocain: le Gabon apporte son « plein soutien » à l'initiative d'autonomie    RAM. Vols additionnels à partir de l'Europe: voici les détails (PHOTO)    Le projet de loi portant charte des services publics adopté à l'unanimité    Le chef du Hamas loue le rôle du Royaume dans la promotion de la paix    Botola Pro : Victorieux, le Raja revient à trois points du WAC    Championnat arabe d'athlétisme : les Lions de l'Atlas débutent avec 3 médailles au 1er jour    Botola / IRT-RCA (0-3) : Le Raja assure et se rassure    Législatives algériennes : les islamistes envisagent de faire partie de la prochaine coalition    Les Etats-Unis adoptent un jour férié commémorant la fin de l'esclavage    Le réalisateur marocain Chakib Benomar n'est plus    Le clip de la chanson est porté par Assaad Bouab : Jihane Bougrine sort «Serek F'Bir»    Exposition: Hé, voilà une abstraction ni arrogante ni froide !    Parution: roman trépidant d'une trahison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sénégal: Les principaux opposants écartés de la course à la présidence…
Publié dans Albayane le 16 - 01 - 2019

Le Conseil constitutionnel du Sénégal a dévoilé ce lundi les noms des cinq candidats retenus pour l'élection présidentielle du 24 Février prochain.
Sur les 27 candidatures déposées auprès dudit Conseil, seules cinq ont été validées ; à savoir, celle du chef de l'Etat sortant, Macky Sall, représentant la coalition Beno Bokk Yakaar, celle du député Ousmane Sonko, figure montante de l'opposition représentant le Pastef, celle de l'ancien Premier ministre Idrissa Seck au nom du Rewmi, celle d'Issa Sall représentant le Parti de l'Unité et du Rassemblement (PUR) et, enfin, celle de Madické Niang, dissident du Parti démocratique sénégalais (PDS), proche d'Abdulaye Wade.
Les candidatures des deux principaux opposants au chef de l'Etat sortant ; à savoir l'ancien maire de Dakar, le socialiste dissident Khalifa Sall et Karim Wade, ancien ministre et fils de l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012) n'ont pas été retenues car frappés par des condamnations judiciaires.
Aussi, pour pouvoir déclarer «irrecevable» la candidature du fils de l'ancien chef de l'Etat, investi par le Parti démocratique sénégalais (PDS, libéral) alors même qu'il était parvenu à recueillir le nombre de parrainages requis, le Conseil Constitutionnel a fait valoir la condamnation de ce dernier en 2015 à 6 années d'emprisonnement pour «enrichissement illicite» ainsi que son absence d'enrôlement sur le fichier électoral.
Mais dans un courrier adressé ce 11 janvier 2019 au Conseil Constitutionnel sénégalais, d'éminents juristes sénégalais et français – dont un ancien président de la Cour Européenne des droits de l'homme – ont estimé que la candidature de Karim Wade est valide et dénié au ministère de l'Intérieur du Sénégal le droit de le radier des listes électorales en invoquant le fait que «la privation de vote ne peut résulter que d'une décision expresse de justice».
A noter, toutefois, que si le Parti démocratique sénégalais n'avait pas prévu de plan B» en cas d'invalidation de la candidature de Karim Wade, le candidat Madické Niang pourrait bien constituer ce «recours» si l'on en croit certains dirigeants du parti.
S'agissant de la candidature de Khalifa Sall, celle-ci a été jugée «irrecevable» car l'ancien maire de Dakar avait été condamné à 5 années d'emprisonnement pour «escroquerie portant sur les deniers publics». Incarcéré depuis près de deux années, ce dernier avait vu son pourvoi en cassation rejeté le 3 janvier dernier; une raison suffisante selon le Conseil Constitutionnel pour que celui-ci «ne puisse plus se prévaloir de sa qualité d'électeur» car «lorsqu'un citoyen est condamné à une peine impliquant sa radiation des listes, il est frappé d'une incapacité électorale qui a pour effet de le priver de son droit de vote».
Elu en 2012 contre Abdulaye Wade, le président sortant Macky Sall, qui vise une réélection dès le premier tour, multiplie ces derniers temps les visites en province et les inaugurations comme celles du nouveau tronçon d'autoroute, du musée des civilisations noires ou encore celle de la ligne de chemin de fer express reliant Dakar à la ville nouvelle de Diamniadio.
En considérant, enfin, que le code électoral du Sénégal stipule expressément en son article L.122 que les candidats écartés ont 48 heures pour déposer un recours devant le Conseil Constitutionnel et que ce dernier a jusqu'au 20 janvier pour statuer sur lesdites réclamations avant de publier la liste définitive des candidats retenus, les partisans de Karim Wade croient, dur comme fer, que ce dernier a encore des chances de participer à l'élection présidentielle du Sénégal mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.