Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les profondes divergences entre Washington et les pays européens
Publié dans Albayane le 20 - 02 - 2019

Ce dimanche s'est achevée, à Munich et après trois journées d'intenses discussions, la 55ème Conférence internationale sur la sécurité mais ce, non sans avoir jeté, au préalable, à la face du monde, la dégradation spectaculaire des rapports entre le vieux continent et les Etats-Unis et leurs désaccords profonds sur de nombreux dossiers.
En cause notamment, le retrait unilatéral, en mai dernier, de Washington de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien malgré les efforts de la triplette France, Allemagne, Royaume-Uni. Mais si le dossier iranien a, encore une fois, attisé la mésentente entre l'Europe et l'administration Trump, il n'est pas le seul puisque Washington entend également retirer ses troupes de Syrie dans la perspective d'une défaite imminente de l'organisation de l'Etat islamique ; ce qui pose l'épineuse question de la protection de la minorité kurde d'un massacre de la part des troupes d'Ankara.
Autant de raisons pour lesquelles en prenant la parole après que le vice-président américain Mike Pence ait pressé les européens de se retirer de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien et de «cesser d'affaiblir les sanctions américaines contre l'Iran» en les contournant de manière à permettre à leurs entreprises de continuer à commercer avec Téhéran, la chancelière allemande Angela Merkel s'est demandé si, au contraire, il n'était pas «plus judicieux de sauvegarder ce texte pour faire pression sur l'Iran sur d'autres dossiers».
La dirigeante allemande a, également, saisi cette occasion pour dénoncer le désengagement des troupes américaines de Syrie car ce retrait risquerait, non seulement de mettre les kurdes de Syrie sous la menace de l'armée turque mais aussi de laisser la voie libre à Moscou et à Téhéran pour asseoir leur «influence» dans la zone. Aussi, pour rassurer ses partenaires européens, le vice-président américain qui s'était heurté, auparavant, à leur refus de constituer une «force d'observateurs» dans le nord-ouest de la Syrie pour garantir la sécurité des kurdes syriens, a déclaré que «les Etats-Unis conserveront une présence importante dans la région et continueront à se battre avec leurs alliés pour lutter partout et à tout moment contre toute activité de l'organisation de l'Etat islamique».
Evoquant le gazoduc Nord Stream 2 qui prévoit d'acheminer chaque année 55 milliards de mètres cubes de gaz russe vers l'Europe via la mer Baltique, le vice-président américain a fait part de l'impossibilité de son pays de «défendre l'Occident si (ses) alliés sont dépendants de l'Est»; ce à quoi la chancelière allemande a rétorqué que «personne ne veut être complètement dépendant de la Russie mais si nous avons importé des quantités importantes de gaz russe durant la Guerre froide, pourquoi la situation aujourd'hui serait-elle bien pire et pourquoi la Russie ne pourrait pas rester un partenaire ?».
Si cette conférence a mis à nu la dégradation continue des rapports entre l'Europe et Washington, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères en a profité pour dénoncer l'hégémonisme des Etats-Unis et pour se féliciter des rapports de Moscou avec ses partenaires européens qui, à l'instar de la communauté internationale, auraient «commencé à mieux écouter» la Russie. A noter que la veille, Londres et Moscou ont renoué le dialogue qu'ils avaient interrompu au moment de l'éclatement, il y a onze mois, de la fameuse affaire Skripal.
Dénonçant, par ailleurs, les incessantes tentatives de Washington d'imposer sa volonté hors de ses frontières et de chercher à appliquer sa législation de «manière extraterritoriale» en obligeant des pays étrangers à s'y conformer, le chef de la diplomatie russe qui déplore que «les européens se soient fait entraîner dans une impasse avec la Russie» considère que les «mesures coercitives unilatérales» que prennent les Etats-Unis font naître une profonde «confusion» dans les relations internationales.
Imprévisible, clamant à toute heure et en tous lieux son sempiternel «America first», adepte d'une politique unilatérale et, par voie de conséquence, du fait accompli, Donald Trump qui a, également, décidé de sortir du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev au titre de l'élimination des missiles conventionnels d'une portée de 500 à 5.500 km, suscite la méfiance des chancelleries du monde entier. Va-t-il essayer de reconquérir la confiance de ses partenaires alors qu'il lorgne vers un deuxième mandat ? Rien ne le laisse entendre pour l'heure mais rien n'interdit d'y croire alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.