Jeux africains : La Marocaine Soukaina Sahib décroche la médaille d'or    L'article de The Wall Street Journal qui a affolé le polisario    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Dans son discours à la nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    Consécration du beach-volley égyptien    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    Rabat : Alsa-City bus assure le transport à la capitale    Faux et usage de faux: Arrestation d'un récidiviste à Meknès    Paris: Coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba    M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya    Voici les deux premiers matches des Lions après la CAN    Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Discours royal : Un modèle de développement nouveau avec du sang frais    Vidéo. Jeux africains : une cérémonie d'ouverture digne de l'Afrique    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Habib El Malki salue la position de Freetown    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    SM le Roi adresse un discours à la Nation, ce soir    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mise en œuvre en débat à l'ONU
Publié dans Albayane le 01 - 03 - 2019

Près de trois mois après l'adoption du Pacte de Marrakech sur la migration, où en est-on de la mise en œuvre? Le texte qualifié d'historique en est à l'étape liminaire de mise en œuvre. C'est ce qu'a affirmé Maria Fernanda Espinosa, présidente de l'Assemblée générale de l'ONU, mercredi dernier, lors d'un débat à l'AG de l'ONU consacré à la mise en œuvre de ce pacte signé à Marrakech le 10 décembre et adossé le 19 décembre à New-York.
Lors de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières à Marrakech, en décembre dernier, plusieurs voix s'étaient déliées, notamment la société civile, pour insister sur le caractère impérieux de la mise en œuvre de ce texte. Au risque d'en faire une lettre morte, comme l'a été pendant des années la «Convention internationale sur la protection de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles» (1990), l'un des premiers instruments juridiques sur la migration à l'échelle mondiale et qui n'a été ratifiée à ce jour par aucun pays européen. Près de trois mois après les discours et signatures, il semblerait que le Pacte soit sur la bonne voix, puisque sa mise en œuvre a été enclenchée.
Comme le rapporte une dépêche de la MAP, au cours d'un débat mercredi à l'AG de l'ONU sur les migrations internationales et le développement, Maria Fernanda Espinosa, présidente de l'AG de l'ONU a annoncé que l'ONU se penche actuellement et de manière effective sur la mise en œuvre du Pacte. A ce titre, l'une des premières actions a été l'adoption de la mise en place du «Forum d'examen des migrations internationales», qui sera responsable de veiller au suivi de la mise en œuvre du Pacte. Deux représentants permanents, notamment celui du Bangladesh et de l'Espagne, ont ainsi été nommés par Espinosa, en tant que co-facilitateurs du processus visant à déterminer les modalités dudit forum.
En outre, la présidente de l'AG de l'ONU a annoncé que certains Etats signataires du Pacte ont déjà entamé le partage de leurs bonnes pratiques pour l'application du Pacte. Toutefois, la présidente de l'AG de l'ONU a appelé les différents Etats à mettre à la disposition des co-facilitateurs «les meilleures données et des informations rigoureuses fondées sur les preuves de la réalité des migrations». Bien plus, elle a appelé les Etats qui trainent encore le pas à s'engager de manière active et constructive dans le processus visant à élaborer les modalités du forum d'examen des migrations internationales, en vue de «mettre en place un mécanisme souple et efficace de suivi et d'apprentissage de l'application du Pacte mondial».
A souligner que le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été adopté à Marrakech lors d'une conférence internationale qui s'est tenue les 10 et 11 décembre. Le texte a par ailleurs été endossé le 19 décembre par 152 Etats.12 pays, parmi lesquels des pays africains se sont abstenus et 5 autres déjà connus à l'avance (USA, Hongrie, République Tchèque, Israël, Pologne) ont voté contre, jugeant que ledit pacte porte atteinte à la souveraineté nationale des Etats sur la question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.