Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Les victimes de l'immobilier!    Botola Pro D1 (21è journée)    Un investisseur saoudien met la main sur l'hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    OCP : Nouveau projet pour doubler la capacité de production d'Emaphos    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Ministère de l'Education : un démenti, et après ?    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?    Covid-19 : Le 4ème bilan hebdomadaire livré    Que vive le Liban des lumières !    France: le Marathon de Paris finalement annulé    «Ne touche pas à mon patrimoine»    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Santé : nouvelle décision d'Ait Taleb après l'augmentation des cas    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Fonds stratégique: Le projet de décret examiné en Commission    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Des projets de l'INDH lancés à Zagora    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le Bayern part favori face au Barça    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains revisité à Rabat    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    Fatalisme et fatalité    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Maigre salaire et grosse déconvenue    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mise en œuvre en débat à l'ONU
Publié dans Albayane le 01 - 03 - 2019

Près de trois mois après l'adoption du Pacte de Marrakech sur la migration, où en est-on de la mise en œuvre? Le texte qualifié d'historique en est à l'étape liminaire de mise en œuvre. C'est ce qu'a affirmé Maria Fernanda Espinosa, présidente de l'Assemblée générale de l'ONU, mercredi dernier, lors d'un débat à l'AG de l'ONU consacré à la mise en œuvre de ce pacte signé à Marrakech le 10 décembre et adossé le 19 décembre à New-York.
Lors de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières à Marrakech, en décembre dernier, plusieurs voix s'étaient déliées, notamment la société civile, pour insister sur le caractère impérieux de la mise en œuvre de ce texte. Au risque d'en faire une lettre morte, comme l'a été pendant des années la «Convention internationale sur la protection de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles» (1990), l'un des premiers instruments juridiques sur la migration à l'échelle mondiale et qui n'a été ratifiée à ce jour par aucun pays européen. Près de trois mois après les discours et signatures, il semblerait que le Pacte soit sur la bonne voix, puisque sa mise en œuvre a été enclenchée.
Comme le rapporte une dépêche de la MAP, au cours d'un débat mercredi à l'AG de l'ONU sur les migrations internationales et le développement, Maria Fernanda Espinosa, présidente de l'AG de l'ONU a annoncé que l'ONU se penche actuellement et de manière effective sur la mise en œuvre du Pacte. A ce titre, l'une des premières actions a été l'adoption de la mise en place du «Forum d'examen des migrations internationales», qui sera responsable de veiller au suivi de la mise en œuvre du Pacte. Deux représentants permanents, notamment celui du Bangladesh et de l'Espagne, ont ainsi été nommés par Espinosa, en tant que co-facilitateurs du processus visant à déterminer les modalités dudit forum.
En outre, la présidente de l'AG de l'ONU a annoncé que certains Etats signataires du Pacte ont déjà entamé le partage de leurs bonnes pratiques pour l'application du Pacte. Toutefois, la présidente de l'AG de l'ONU a appelé les différents Etats à mettre à la disposition des co-facilitateurs «les meilleures données et des informations rigoureuses fondées sur les preuves de la réalité des migrations». Bien plus, elle a appelé les Etats qui trainent encore le pas à s'engager de manière active et constructive dans le processus visant à élaborer les modalités du forum d'examen des migrations internationales, en vue de «mettre en place un mécanisme souple et efficace de suivi et d'apprentissage de l'application du Pacte mondial».
A souligner que le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été adopté à Marrakech lors d'une conférence internationale qui s'est tenue les 10 et 11 décembre. Le texte a par ailleurs été endossé le 19 décembre par 152 Etats.12 pays, parmi lesquels des pays africains se sont abstenus et 5 autres déjà connus à l'avance (USA, Hongrie, République Tchèque, Israël, Pologne) ont voté contre, jugeant que ledit pacte porte atteinte à la souveraineté nationale des Etats sur la question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.