Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…
Publié dans Albayane le 18 - 04 - 2019

Ce mercredi, ce sont 193 millions d'indonésiens qui ont été appelés aux urnes pour élire leur nouveau président et choisir, dans plus de 800.000 bureaux de vote, leurs représentants parmi les 245.000 candidats en lice pour 20.000 mandats de députés, sénateurs, maires et gouverneurs dans ce gigantesque archipel composé de 17.000 îles dont 8.000 sont habitées.
Ce scrutin, dont les résultats officiels ne seront publiés qu'en mai, constitue un test pour la solidité de «la troisième plus grande démocratie au monde» et la plus grande élection à se dérouler dans un pays qui regroupe la plus importante population musulmane au monde. L'opposition a, d'ores et déjà, prévenu qu'elle se tenait prête à contester les résultats suite aux irrégularités qui auraient touché les listes électorales et menacé de faire descendre ses partisans dans la rue.
Hier, ce sont donc deux candidats, que tout oppose, qui se sont disputé, pour la deuxième fois consécutive, le fauteuil présidentiel; à savoir, d'un côté, Joko Widodo dit «Jokowi», 57 ans, le président sortant, élu en 2014 avec 53,15% des voix, espérant profiter de la bonne santé de la principale économie de l'Asie du Sud-Est et disposant d'une avance de dix points dans les sondages et, de l'autre, Prabowo Subianto, 67 ans, un ancien général de l'armée de terre au passé très controversé car lié au régime de Suharto et dont la victoire menacerait la démocratie dans le pays.
Mais si, comme le relève Dave McRae, professeur à l'Université de Melbourne, le président sortant «a choisi le pragmatisme plutôt que les principes sur la question de l'islamisme et du pluralisme», son action sur le plan des droits de l'homme laisse à désirer à telle enseigne que plusieurs ONG ont dénoncé l'augmentation des discriminations contre les minorités religieuses et ethniques et contre la communauté LGBT au moment où les groupes islamiques conservateurs «gagnent en influence». En outre, pour donner des gages à l'électorat musulman conservateur, Jokowi a choisi un prédicateur islamiste conservateur à la vice-présidence ; un choix qui inquiète grandement les progressistes.
Mais s'il va de soi que les questions de développement et de lutte contre la pauvreté restent au cœur de cette campagne électorale marquée notamment par des attaques virulentes des deux camps, la place de l'Islam y est tellement prépondérante que les thèmes islamo-conservateurs se sont imposés à l'ensemble des candidats n'épargnant même pas le président sortant alors même que ce dernier avait toujours prôné la modération.
Même le niveau sonore des haut-parleurs des mosquées, rivalisant en intensité aux moments de l'appel à la prière, est bien là pour rappeler à tous que l'islam intégriste entend bien se faire entendre et changer le visage d'un archipel qui, en matière religieuse, se voulait chantre de la modération.
Pour rappel, en 2018 à Sumatra, une sino-indonésienne bouddhiste, âgée de 44 ans, avait écopé de deux années d'emprisonnement pour avoir «osé» protester contre le volume des haut-parleurs des mosquées. C'est dire que, dans cette nouvelle Indonésie qui se profile à l'horizon, la dévotion excessive et formaliste semble avoir de beaux jours devant elle.
Lequel de ces deux islamismes, «modéré» ou «intégriste», va recueillir le suffrage de la majorité des indonésiens à l'issue du scrutin de ce mercredi 18 Avril 2019 ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.