L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc en CAN à travers l'histoire
Publié dans Albayane le 19 - 05 - 2019

1992: Les Lions éliminés au premier tour après 2 matches seulement
Le Maroc s'apprête à assurer sa 17e participation en Coupe d'Afrique des Nations à l'occasion de la 32e édition de la CAN 2019 prévue en Egypte en été prochain. Cap sur les participations du Maroc à travers l'histoire, depuis la création de la CAN en 1957.
Une fois de plus, les Lions de l'Atlas ont subi une élimination prématurée au premier tour de la CAN à l'occasion de leur 7e participation à l'édition 1992 organisée au Sénégal. L'élimination des Lions fut tellement sévère. Les Lions de l'Atlas encaissèrent une défaite et un nul, avec un seul but marqué et deux encaissés en autant de matches seulement au premier tour.
C'était un verdict inattendu pour les Lions qui furent pourtant sensationnels lors de la phase des éliminatoires en réalisant le nécessaire au détriment de 3 adversaires et au terme de 6 matches dans le groupe 3 (aller et retour avec 4 victoires contre 2 défaites). Les Lions avaient pris le meilleur sur le Niger au cumul des scores (2-0 à Casablanca et défaite à Niamey 1-0) dans les premier et dernier matches de ces éliminatoires. Les Marocains avaient fait la même chose contre la Côte d'Ivoire (victoire à Rabat 3-1 et défaite à Abidjan 2-0) ainsi que la Mauritanie doublement dominée (4-0 à Rabat et 2-0 à Nouakchott).
Ce qui permettait au Maroc de se qualifier en se classant 2e avec 8 points en compagnie de la Côte d'Ivoire en tête du Groupe (10 pts). Le Niger (3e / 6 pts) et la Mauritanie (4e / zéro points) ont été éliminés dans un Groupe à 4 après le forfait du Liberia avant le début de la compétition.
Lors de la phase finale de cette CAN marquée par l'augmentation du nombre de pays participants, 12 au lieu de 8 dans le passé. Les équipes en lice ont été réparties, suite au tirage au sort, sur 4 groupes de 3 pays, chacun pour disputer seulement 2 matches au premier tour au lieu de 3 dans le passé.
Le Groupe A se composait du Kenya, Nigeria et Sénégal. Le Groupe C se composait de l'Algérie, la Côte d'Ivoire et le Congo-Brazzaville. Le Groupe D comprenait l'Egypte, le Ghana et Zambie.
Le Maroc, lui, avait été placé dans le Groupe B, plus ou moins difficile. En commençant par une défaite face au Cameroun (1-0), le Maroc termina sur un nul face au Zaïre (1-1), but insuffisant de Saïd Rokbi dans les derniers moments du match. Ce qui précipita son élimination sévère après avoir terminé dernier du groupe avec un seul point derrière le Zaïre (2 pts) qui accompagna le Cameroun (3 pts) au 2e tour.
Lors des quarts de finale avec 8 équipes qualifiées pour la première fois dans l'histoire de la CAN, le Cameroun avait battu le Sénégal alors que le Zaïre était dominé par le Nigeria sur le même score de (1-0). La Côte d'Ivoire avait fait de même en s'offrant la Zambie (1-0 aux prolongations) au moment où le Ghana prenait le meilleur sur le Nigeria (2-1).
En demi-finales, le Ghana allait enchainer en battant le Nigeria (2-1). Même chose pour la Côte d'Ivoire qualifiée au détriment du Ghana suite aux tirs au but (3-1 après le 0-0 du temps réglementaire et des prolongations).
Le match de classement fut dominé par le Nigeria grâce à sa victoire au détriment du Cameroun (2-1) pour prendre la 3e place du podium.
En finale, la Côte d'Ivoire avait cru jusqu'au bout en s'offrant le Ghana grâce aux tirs au but (11-10 après le 0-0 du temps réglementaire et des prolongations).
Les meilleurs buteurs de cette CAN en général restaient le Nigérian Rashidi Yekini (4 buts) et le Ghanéen Abedi Pelé (3 buts).
Au classement général de cette CAN et après le quatuor du dernier carré, venaient par ordre le Sénégal, Zambie, Zaïre et Congo quart-finalistes. Le Maroc, lui, termina en 9e position ex-æquo avec l'Algérie, puis l'Egypte et le Kenya fermant la marche des équipes ayant joué seulement le premier tour.
Dans l'ensemble, cette CAN restera gravée en Or dans l'histoire des Eléphants ivoiriens, vainqueurs du titre pour la première fois et qui devaient beaucoup à leur gardien de but Alain Guaméné, sociétaire du Raja de Casablanca pendant cette époque.
Par contre, cette CAN fut une grande déception pour les Fennecs d'Algérie qui n'ont pas pu conserver leur titre de 1990, de même que pour les Lions de l'Atlas qui avaient quitté la compétition sans aucune gloire après l'absence lors de la précédente édition et la 4e place à doubles reprises lors des CAN 1988 et 1986.
Ce fut également une grande déception pour ces Lions de l'Atlas qui avaient eu le mérite de succéder à leurs homologues artisans des précédentes éditions avec en plus une première qualification histoire du Maroc et de l'Afrique au second tour de la Coupe du Monde.
Ce fut vraiment dommage pour une équipe composée dans sa grande majorité par une nouvelle génération avec le gardien Khalil Azmi qui allait prendre sa titularisation en succédant à son coéquipier au WAC, Badou Zaki qui avait préféré jeter l'éponge en se contentant d'une seule mi-temps à la CAN 1990 face au Cameroun. Un autre keeper était là, Abdelkader El Brazi des FAR en compagnie de ses coéquipiers des militaires, Mohcine Bouhlal et Abdeslam Laghrissi, Hicham Dmii et Tahar El Khalej (KACM), Mouloud Moudakkar et Driss Mrabet (IRT), Said Rokbi et Khalid Raghib (RSS), Aziz Ouzougate (RCA), Fakhreddine Rajhi, Rachid Daoudi, Jilal Fadel, Lahcen Abrami, Mjid Bouyboud, Noureddine Nayba (WAC)…
Cela en plus des professionnels d'Europe rescapés au nombre de 5, Mohamed Chaouch (FC Isters), Rachid Azzouzzi (MSV Duisbourg), Aziz Bouderbala (Olympique Lyonnais), Hassan Nader et Badou Zaki (RCD Majorque).
Tous étaient dirigés par un nouvel entraineur, l'Allemand Olk Werner, un autre coach sans réussite et qui allait, lui aussi, rendre le tablier, en attendant de soigner la panne de la machine des Lions qui nous avait coûté une absence lors des 2 autres prochaines en 1994 et 1996 pour essayer de rebondir par la suite avec de nouveaux joueurs et de nouveaux entraineurs…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.