Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain
Publié dans Albayane le 24 - 05 - 2019

Mohamed Saïd Afifi a investi sa vie dans le théâtre… amoureusement et passionnément. Il est sans conteste l'un des piliers fondamentaux du théâtre marocain sous toutes ses facettes. Un homme simple au parcours hors pair, mais profond dans son travail, sa vision et son œuvre. Un édifice culturel porte son nom dans sa ville natale, El Jadida où il vit le jour en 1935.
C'est dans les années 50 que le comédien fait ses débuts dans le monde artistique, avec la création de la célèbre troupe Maâmoura dirigée par André Voisin et qui fut une pépinière, puisque presque tous les hommes de théâtre y sont passés. C'est dans cette troupe qu'Afifi ouvre les yeux sur l'art dramatique, notamment les classiques. Un passage à l'étranger avant de revenir poursuivre sa carrière de comédien, de pédagogue et d'acteur au Maroc, lui permet de découvrir une autre civilisation, son théâtre et ses arts.
De la formation avant toute chose…
Talentueux, Mohamed Saïd Afifi a eu une formation académique solide et épanouie au Maroc et ailleurs. C'était l'un des points forts de l'artiste. De 1951 à 1956, il intègre l'Ecole de théâtre à Rabat. D'autres formations et stages arriveront au fil des années. En 1957, le comédien entame son premier stage à l'étranger à l'Ecole de marionnettes sous la direction d'Yves Joly. Puis, un autre en 1958 au « Festival d'Avignon, théâtre de plein air » sous la direction de Marcel Marceau. De 1960 à 1961, il franchit les portes du Théâtre National Populaire (T.N.P) au Palais de Chaillot pour un autre stage cette fois-ci sous la direction de Jean Vilar. Le parcours de formation ne se limite pas là. En 1968, il commence un stage au Théâtre national «Old Vick» à Londres. Mohamed Saïd Afifi fut également l'un des professeurs et pédagogues qui ont brillé de mille feux dans le domaine de l'enseignement. Il a exercé en tant que professeur de théâtre à Casablanca et à l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle (ISADAC) à Rabat et a été le premier à avoir accordé des rôles à des non-voyants. Une reconnaissance pour les talents de cette catégorie d'artistes.
Un comédien qui a mêlé tragédie et comédie
Un homme irremplaçable ! Le grand dramaturge a interprété sur scène les grandes pièces dont «Hamlet» de William Shakespeare, «l'Avare» de Molière, «Tkaâkia», une comédie musicale de Chaharamane, «Othello» de W.Shakespeare (Premier rôle), «Mâalem Azzouz» (adaptation du Barbier de Séville) de Beaumarchais, «Volpone » de Ben Johnson, «les caprices de Marianne» de Musset et «L'élixir de la vie» d'après l'œuvre du Dr Aziz Lahbabi.
Depuis les années 70, le nom de Mohamed Saïd Afifi s'est confirmé dans le milieu artistique et théâtral national. Dans le théâtre comme dans le cinéma, le dramaturge a toujours choisi ses rôles soigneusement. Il a en outre joué dans des films tels que «À la recherche du mari de ma femme», «La fille des nuages», «The Sheltering Sky», «Fiendens fiende», «Mille mois», «The Mummy», «Assarab», «Les enfants du soleil», «Elle est diabétique et hypertendue et refuse encore de crever». Il a dirigé pendant des années la troupe du Théâtre municipal d'El Jadida. Une époque où il a réalisé de nombreuses pièces de théâtre, entre autres «Saousaih» et «Tkaâkiâ».
Mohamed Saïd Afifi a été décoré le 03 mars 1993 du Wissam du Mérite National, première classe. Le 14 Mai 2006 était également une date importante dans son parcours. Il a reçu le diplôme de Médaille Vermeil remis par Arts- Sciences lettres, académie couronnée par l'Académie Française. Il s'est éteint à l'âge de 76 ans à Rabat après de longues années de création et de travail artistique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.