La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA-Iran: Washington sanctionne le Guide suprême
Publié dans Albayane le 27 - 06 - 2019

Voulant, par tous moyens, empêcher la République islamique iranienne, qu'il érige en «parrain du terrorisme», de se doter de l'arme nucléaire, Donald Trump a signé, ce lundi, un décret empêchant «le Guide suprême, son équipe et d'autres qui lui sont étroitement liés d'avoir accès à des ressources financières essentielles».
Les personnes visées, dont les avoirs sont estimés à «des milliards de dollars d'actifs» selon Steven Mnuchin, le Secrétaire au Trésor, sont Ali Khamenei, le Guide Suprême de la République islamique, huit généraux relevant du Commandement des Gardiens de la Révolution ainsi que Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères alors même que ce dernier, réputé «modéré», a toujours cherché la détente avec l'Occident.
Ces sanctions ont été annoncées quatre jours après que l'Iran ait affirmé avoir détruit un drone américain qui se trouvait dans son espace aérien et juste après que Donald Trump ait déclaré avoir annulé, au dernier moment, les frappes qu'il entendait effectuer en direction de cibles iraniennes à titre de représailles. Or, si l'on en croit certains médias américains, le président US aurait ordonné, en revanche, l'exécution de cyber-attaques contre des systèmes de lancement de missiles; ce que Téhéran dément formellement en assurant n'avoir subi aucun dégât.
A l'emportement intempestif du locataire de la Maison Blanche, Abbas Moussavi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a répondu qu'«imposer des sanctions stériles contre le guide suprême de l'Iran et le chef de la diplomatie iranienne, c'est fermer de façon permanente la voie de la diplomatie».
Intervenant à l'occasion du lancement, ce mardi à Téhéran, des travaux d'un colloque médical, le président Hassan Rohani a pointé du doigt les «mensonges» et l'ambigüité de la position de Washington qui, tout en appelant à «des négociations» avec l'Iran, cherche «à sanctionner (son) ministre des Affaires étrangères».
Désireux de mettre un terme aux tensions qui pourraient plonger la région sous un déluge de feu, le Conseil de Sécurité qui devait tenir ce mercredi une réunion portant sur l'application de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien duquel les Etats-Unis se sont retirés, a appelé ce lundi au cours d'une réunion tenue à huis-clos, les deux parties «au dialogue» et à la retenue.
A l'issue de cette séance de travail, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, signataires dudit accord, «gravement préoccupés par les tensions croissantes dans le Golfe» ont réaffirmé «leur engagement à (sa) mise en œuvre intégrale» et appelé «à la désescalade» alors que, de son côté, l'ambassadeur iranien auprès des Nations-Unies a déclaré que «pour atténuer les tensions dans l'ensemble de la région du Golfe, les Etats-Unis doivent arrêter leur aventurisme militaire, comme leur guerre économique et le terrorisme contre le peuple iranien».
Enfin, lors d'une conférence de presse donnée par un porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, la Chine, autre signataire de l'accord de Vienne, estimant que le fait de «persister à appliquer une pression maximale (contre l'Iran) n'aide(ra) pas à résoudre le problème», a appelé Washington à faire preuve de «sang-froid» et de «retenue».
Le bon sens et la modération finiront-ils par l'emporter ? Osons l'espérer et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.