Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne
Publié dans Albayane le 18 - 07 - 2019

Le visa d'entrée sur le territoire américain accordé au chef de la diplomatie iranienne Mohamed Javad Charif pour lui permettre de participer ce mercredi à New York, à une réunion ministérielle du Conseil économique et social des Nations-Unies portant sur le développement durable et sur d'autres questions ayant trait aux conflits, à la faim dans le monde, aux changements climatiques et à l'égalité des sexes, a été assorti de restrictions limitant sa capacité à se déplacer à l'intérieur du pays afin de l'empêcher, selon le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, d'utiliser les libertés des Etats-Unis pour «diffuser une propagande malveillante».
Le ministre iranien et la délégation qui l'accompagne ne seront donc autorisés à se déplacer qu'entre le siège de l'ONU, le bâtiment de la mission iranienne situé à six pâtés de maisons et la résidence de l'ambassadeur iranien auprès de l'organisation internationale.
Pour justifier cette décision Mike Pompeo rappellera au «Washington Post» qu'étant donné que «les diplomates américains ne se promènent pas (librement) autour de Téhéran», il est donc normal que leurs collègues iraniens ne puissent point se déplacer librement à New York.
Ces propos ont fait dire à Abbas Moussavi, le porte-parole de la diplomatie iranienne, que le Secrétaire d'Etat américain aurait, en fait, reconnu implicitement «être préoccupé par l'impact sur l'opinion américaine et mondiale», des déplacements officiels du ministre iranien des affaires étrangères.
Ainsi, à son arrivée, ce week-end à New York, le ministre iranien des Affaires étrangères qui a assuré, une nouvelle fois, que son pays ne souhaite pas se doter de l'arme nucléaire car s'il l'avait voulu, il aurait été «capable de le faire il y a longtemps», a, dans un entretien avec la chaîne NBC, accusé les Etats-Unis de «jouer avec le feu».
Farhan Haq, le porte-parole adjoint de la «mission permanente de l'Iran» auprès de l'ONU, a, de son côté, déclaré aux médias qu'en déplorant les «mesures restrictives imposées par le pays d'accueil au personnel de la mission permanente de l'Iran», le secrétariat de l'ONU, «en contact étroit avec les missions (diplomatiques) permanentes des Etats-Unis et de l'Iran (…) a transmis ses préoccupations au pays-hôte».
Mais le fait que Washington n'ait pas imposé de sanctions à l'encontre du chef de la diplomatie iranienne comme annoncé précédemment même si ce dernier a indiqué au New York Times que ces dernières n'auraient pas pu l'affecter dans la mesure où il ne possède pas de biens aux Etats-Unis, peut aussi être interprété comme étant le signe d'une volonté de la Maison Blanche de laisser une porte ouverte au dialogue entre les deux pays, de garder un canal de communication avec l'Iran.
Cette porte restera-t-elle ouverte pendant longtemps encore et la paix parviendra-t-elle à s'y engouffrer pour le bien des peuples de la région et du monde ? Espérons-le et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.