Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie: le Premier ministre Giuseppe Conte démissionne…
Publié dans Albayane le 23 - 08 - 2019

«Cher ministre de l'Intérieur, je t'ai entendu demander les ‘pleins pouvoirs' et appeler (tes partisans) à descendre dans la rue pour te soutenir ; cette attitude me préoccupe (…). Nous n'avons pas besoin d'hommes avec les pleins pouvoirs mais de dirigeants ayant le sens des institutions (…). Faire voter les citoyens est l'essence de la démocratie mais leur demander de voter tous les ans est irresponsable (…). Le pays a un besoin urgent que soient adoptées des mesures pour favoriser la croissance économique et les investissements(…). J'interromps ici cette expérience de gouvernement. J'entends conclure ce passage institutionnel de façon cohérente. J'irai voir le Président de la République pour lui présenter ma démission».
C'est en ces termes que, ce mardi, dans un discours enflammé prononcé devant les parlementaires italiens, le Premier ministre Giuseppe Conte a fait part de son intention de se dessaisir du gouvernail de la coalition – Ligue (extrême-droite)/Mouvement 5 étoiles (anti-système) – qu'il détient depuis Juin 2018 mais que le ministre de l'Intérieur, Vice-Premier ministre et leader de la Ligue Matteo Salvini a décidé de faire exploser après quatorze mois de cohabitation.
Désireux de capitaliser le succès rencontré par sa formation aux élections européennes du 26 mai à l'issue desquelles la Ligue avait recueilli 34% des suffrages contre 17% pour le Mouvement 5 étoiles – son allié dans la coalition gouvernementale – Matteo Salvini a décidé, le 8 Août dernier, de faire sauter cette alliance pour «préserver les intérêts de sa formation politique».
Considérée par le Premier ministre comme étant «irresponsable», la décision prise par Matteo Salvini d'appeler à un nouveau scrutin va incontestablement plonger le pays dans une crise «au moment où la construction du budget se révèle délicate».
Aussi, face à cette malencontreuse situation, Giuseppe Conte qui n'avait plus d'autre choix que celui de renoncer immédiatement à sa fonction de Premier ministre ou d'attendre le résultat du vote d'une éventuelle motion de censure, a opté pour la première formule et remis, le soir-même, sa lettre de démission au président Sergio Mattarella qui l'a chargé «d'expédier les affaires courantes».
Mais, en démissionnant et en mettant ainsi fin au 65ème gouvernement de la République italienne, Giuseppe Conte a également ouvert la voie à un énième chaos politique dans un pays qui n'en a pas vraiment besoin et à d'intenses tractations autour du président Sergio Mattarella pour la formation d'un nouveau gouvernement.
La République italienne qui renoue ainsi avec l'instabilité chronique qui a toujours caractérisé son régime se trouve donc, encore une fois, dans l'obligation de se doter d'un nouveau gouvernement en dépit de la fragmentation de sa classe politique. Est-il permis, cependant, d'espérer que, cette fois-ci, les différents partis politiques italiens vont parvenir à surmonter leurs divergences et leurs dissensions au nom de la sauvegarde des intérêts supérieurs de la Patrie? Rien ne l'indique pour l'heure mais espérons, tout de même, que cette «crise» ne sera que passagère et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.