Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Conformité fiscale/Personnes physiques : un cadre légal spécifique est en vue    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Conjoncture favorable pour le textile    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Une belle leçon des joueurs botolistes    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Au-delà d'une LDF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Belle distinction de Yasser Daho    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!
Publié dans Albayane le 17 - 09 - 2019

Un spectacle profond, intelligent et bien travaillé. «Double face» est la nouvelle pièce de théâtre mise en scène par le réalisateur et artiste Dejjiti El Housseine qui a été présentée en avant première samedi 14 septembre au théâtre du Complexe culturel Sidi Belyouth à Casablanca.
Il est 20h. Les mordus des planches, les artistes et les journalistes n'ont pas manqué le rendez-vous théâtral de cette rentrée. Une scénographie simple de Youssef Elarkoubi, mais loin d'être simpliste. Peu d'objets sur scène : une valise, une chaise… et des personnages.
D'ailleurs, le metteur en scène l'affirme : «Je mise sur les comédiens, sur le jeu et la vision qui apportent un souffle universaliste et universel ». En d'autres termes, c'est le sens et la signification qui sont importants. Le son d'une machine à écrire tape aux oreilles ouvrant le bal de la pièce qui relate l'histoire d'un écrivain et son double…face. Et combien de fois, on s'est posé la question suivante : que se passait-il dans la tête d'un écrivain quand il pensait à son projet d'écriture, ses déboires, ses angoisses, ses quêtes d'inspirations?
En fait, Abdellah Chakiri a glissé le public présent dans la peau d'un écrivain, dans son égo, ses déchirures ontologiques, dans son égocentrisme et son amour pour l'écriture et la création.
Certes, la peau des mots est dure, et cette relation conflictuelle entre le vécu, la mémoire et l'écriture poussent parfois à tuer son «double» incarné avec brio dans la pièce par le jeune comédien Ali El Bouhali. Sans oublier le rôle de la jeune comédienne Khadija Allouch qui a incarné l'infirmière.
Des feuilles déchirées jetées sur scène meublant le vide de l'espace. Et au-delà des dialogues et des répliques, il y avait ces mouvements circulaires des personnages jetant le public dans un univers labyrinthique. Une façon d'exprimer «ce blocage de création», ce «manque d'inspiration» et finalement cette quête de l'excellence dans l'art, dans l'écriture et de révéler entre autres ce qui demeure caché dans la verve du créateur. L'écriture est une aventure ; parfois dangereuse.
Et Dejjiti El Housseine s'est aventurée dans l'écriture dramaturgique de la pièce en travaillant et retravaillant le texte de Mohcine Zeroual. Ce n'est pas assez facile de porter ce fardeau. Tous ces mots et ces répliques sur son dos sont exposés aux regards à la fois tendres et critiques du public. Le metteur en scène nous montre un écrivain dans tous ses états: forces et faiblesses. Il est à rappeler que ce spectacle a été présenté par l'Association Ouachma pour le théâtre et la culture. Une pièce à voir!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.