Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Avoirs et liquidités détenus à l'étranger : Le délai des déclarations prorogé au 31 décembre 2020    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Edito : Les vraies urgences    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!
Publié dans Albayane le 17 - 09 - 2019

Un spectacle profond, intelligent et bien travaillé. «Double face» est la nouvelle pièce de théâtre mise en scène par le réalisateur et artiste Dejjiti El Housseine qui a été présentée en avant première samedi 14 septembre au théâtre du Complexe culturel Sidi Belyouth à Casablanca.
Il est 20h. Les mordus des planches, les artistes et les journalistes n'ont pas manqué le rendez-vous théâtral de cette rentrée. Une scénographie simple de Youssef Elarkoubi, mais loin d'être simpliste. Peu d'objets sur scène : une valise, une chaise… et des personnages.
D'ailleurs, le metteur en scène l'affirme : «Je mise sur les comédiens, sur le jeu et la vision qui apportent un souffle universaliste et universel ». En d'autres termes, c'est le sens et la signification qui sont importants. Le son d'une machine à écrire tape aux oreilles ouvrant le bal de la pièce qui relate l'histoire d'un écrivain et son double…face. Et combien de fois, on s'est posé la question suivante : que se passait-il dans la tête d'un écrivain quand il pensait à son projet d'écriture, ses déboires, ses angoisses, ses quêtes d'inspirations?
En fait, Abdellah Chakiri a glissé le public présent dans la peau d'un écrivain, dans son égo, ses déchirures ontologiques, dans son égocentrisme et son amour pour l'écriture et la création.
Certes, la peau des mots est dure, et cette relation conflictuelle entre le vécu, la mémoire et l'écriture poussent parfois à tuer son «double» incarné avec brio dans la pièce par le jeune comédien Ali El Bouhali. Sans oublier le rôle de la jeune comédienne Khadija Allouch qui a incarné l'infirmière.
Des feuilles déchirées jetées sur scène meublant le vide de l'espace. Et au-delà des dialogues et des répliques, il y avait ces mouvements circulaires des personnages jetant le public dans un univers labyrinthique. Une façon d'exprimer «ce blocage de création», ce «manque d'inspiration» et finalement cette quête de l'excellence dans l'art, dans l'écriture et de révéler entre autres ce qui demeure caché dans la verve du créateur. L'écriture est une aventure ; parfois dangereuse.
Et Dejjiti El Housseine s'est aventurée dans l'écriture dramaturgique de la pièce en travaillant et retravaillant le texte de Mohcine Zeroual. Ce n'est pas assez facile de porter ce fardeau. Tous ces mots et ces répliques sur son dos sont exposés aux regards à la fois tendres et critiques du public. Le metteur en scène nous montre un écrivain dans tous ses états: forces et faiblesses. Il est à rappeler que ce spectacle a été présenté par l'Association Ouachma pour le théâtre et la culture. Une pièce à voir!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.