L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    120 MMDH seront injectés dans l'économie    ONSSA: Franc succès pour l'opération Aid Adha    La vidéo des vols de moutons à Casablanca fait un tapage en Inde    Mise à jour de la 19ème et 20ème journée de la Botola Pro D1: Le fauteuil de leader en jeu    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Football: le gardien de but Iker Casillas annonce sa retraite    Gare aux sceptiques !    Covid-19 : Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Explosions à Beyrouth: le roi Mohammed VI a écrit au président Aoun    Liban : des tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des explosions    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Twitter. #SoisUneFemme, le hashtag contre le sexisme au quotidien    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Beyrouth: au moins 100 morts et plus de 4000 blessés (nouveau bilan)    Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Expérience client multicanale : Eqdom lance son service de crédit en ligne    Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    La CAF dévoile le calendrier des finales des compétitions interclubs    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    US Round Up du mardi 4 août – Microsoft/TikTok, Recensement 2020, NYC Restaurants, Sean Penn & Leila George    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Au Bac, le taux dé réussite a frôlé les 80%    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agir pour un tourisme créatif!
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

La débâcle de Tomas Cook et d'autres Tours Opérateurs du tourisme mondial, aura asséné des coups durs à certaines destinations du royaume, spécialement à Marrakech et à Agadir.
Cette culbute subite a occasionné une ardoise de plus de cent millions de dhs, 35% pour la cité ocre, 25% pour la capitale du Souss et 40% pour les réceptifs, les transporteurs, les restaurateur et bien d'autres. Certes, ce n'est qu'un incident de parcours qui confirme bien le caractère velléitaire d'un secteur tributaire de la conjoncture universelle. Mais, puisqu'on escompte fortement sur l'économie du tourisme, pour sa primauté en sa qualité de premier pourvoyeur de devises et de second grand employeur de ressources humaines, juste après l'agriculture, l'Etat se devrait d'accompagner et d'assister le secteur, notamment en cas de périodes de vaches maigres.
Or, à la différence de ses homologues turcs, tunisiens ou grecs, l'attitude des responsables marocains a l'air de se dérober de ses devoirs de tutelle envers d'éventuels naufrages qui peuvent survenir à tout moment. On ne peut donc espérer garantir une réelle impulsion, féconde et pérenne, avec des centres de décision démissionnaires.
Une destination comme Agadir est censée rebondir à plein régime, avec une véritable politique de relance agressive, axée sur la consolidation des structures d'accueil ainsi que des segments de taille (aérien, restauration, agences de voyage, artisanat, animation…), la mise en avant des projets structurants idoines, la diversification des offres proposées, la mise en place de la promotion du produit et du marketing performant, la mise en fonction de l'animation continuelle pour réduire la saisonnalité…
Pour ce faire, la conjugaison des efforts de tous les intervenants, institutionnels, associatifs, professionnels, est une exigence impérative, car le tourisme, de par son aspect sociétal, sa dimension universelle et sa nature vulnérable, nécessite le parrainage de toutes les parties. C'est ce qu'attend sûrement la nouvelle ministre du tourisme de sa première visite dans la capitale du Souss, dans certainement de temps. De par son expertise en matière redressement immobilier et financier, acquise dans ses fonctions antérieures, elle s'attellera, sans doute, à la refonte des structures hôtelières délabrées, la résolution des litiges relatifs à l'arrêt de nombre d'hôtels et l'achèvement des travaux d'autres bâtisses essoufflées, il y a belle lurette.
Mais, avec une volonté étatique d'appui effectif et non d'esprit indifférent qui a toujours caractérisé les services centraux de tutelle et sa sphère, notamment la compagnie aérienne dont l'intérêt sur Agadir a constamment été étriqué, en termes de tourisme. Il est alors question d'un sursaut de fond qu'il va falloir entamer, en parfaite synergie de tous les intervenants, d'autant plus que le Wali est pleinement acquis à cette relance salvatrice, vu son apport décisif pour rétablir un CRT, ayant longtemps vécu, auparavant, dans la désunion et l'inertie. Il va sans dire, en fait, que l'intégration du secteur du tourisme dans une dynamique globale, marquée par la dynamisation actuelle des leviers clés d'investissement pluridimensionnel, en particulier dans les domaines d'industrie, constitue une démarche opportune pour une véritable expansion incluante et harmonieuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.