Des agents de voyage et des professionnels examinent les moyens de promouvoir la destination Dakhla    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Tel-Aviv accueille le premier incubateur israélo-marocain    La CCIS de Dakhla-Oued Eddahab et Attijariwafa Bank scellent un partenariat pour soutenir les commerçants et lesTPE    Mobilité propre : Volvo capitalisera désormais sur l'électrique cette année    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    Matteo Renzi, le ténor toscan devenu inaudible    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    La Juventus s ' adjuge la Supercoupe d'Italie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1164 nouveaux cas, 4 63. 706 au total, jeudi 21 janvier 2021 à 18 heures    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    Ecrivain le plus lu de France, Guillaume Musso a écrasé ses concurrents en 2020    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Faculté de droit de Rabat : Des partenariats pour l'inclusion professionnelle    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Les détenus d'Al-Hoceima transférés suite à des comportements contraires aux lois    Abdelghani Siffeddine : Un grand Rajaoui s'éteint    Les écrans menacent-ils la vie de nos enfants ?    Stimuler vos défenses immunitaires    Comment fonctionnera le nouveau bachelor marocain    Mondial des clubs : Le Bayern affrontera Al Duhail ou Al Ahly en demi-finale    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Coupe du Roi : le Real éliminé par un club de D3 espagnole    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Renault Maroc maintient son leadership    Gestion de la Covid-19 : le Maroc, modèle en Afrique et dans la région Mena    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    France. Contre l'extrémisme turc, le remède marocain et émirati    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    Inde : prochaine référence dans la production de vaccins ?    Digitalisation, Marjane holding met le turbo    Vaccins contre le Covid-19 : victoire du « chacun pour soi »    CHAN 2020 / Groupe A: Une journée à l'avantage du Burkina Faso    Le poison de « la vérité alternative »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agir pour un tourisme créatif!
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

La débâcle de Tomas Cook et d'autres Tours Opérateurs du tourisme mondial, aura asséné des coups durs à certaines destinations du royaume, spécialement à Marrakech et à Agadir.
Cette culbute subite a occasionné une ardoise de plus de cent millions de dhs, 35% pour la cité ocre, 25% pour la capitale du Souss et 40% pour les réceptifs, les transporteurs, les restaurateur et bien d'autres. Certes, ce n'est qu'un incident de parcours qui confirme bien le caractère velléitaire d'un secteur tributaire de la conjoncture universelle. Mais, puisqu'on escompte fortement sur l'économie du tourisme, pour sa primauté en sa qualité de premier pourvoyeur de devises et de second grand employeur de ressources humaines, juste après l'agriculture, l'Etat se devrait d'accompagner et d'assister le secteur, notamment en cas de périodes de vaches maigres.
Or, à la différence de ses homologues turcs, tunisiens ou grecs, l'attitude des responsables marocains a l'air de se dérober de ses devoirs de tutelle envers d'éventuels naufrages qui peuvent survenir à tout moment. On ne peut donc espérer garantir une réelle impulsion, féconde et pérenne, avec des centres de décision démissionnaires.
Une destination comme Agadir est censée rebondir à plein régime, avec une véritable politique de relance agressive, axée sur la consolidation des structures d'accueil ainsi que des segments de taille (aérien, restauration, agences de voyage, artisanat, animation…), la mise en avant des projets structurants idoines, la diversification des offres proposées, la mise en place de la promotion du produit et du marketing performant, la mise en fonction de l'animation continuelle pour réduire la saisonnalité…
Pour ce faire, la conjugaison des efforts de tous les intervenants, institutionnels, associatifs, professionnels, est une exigence impérative, car le tourisme, de par son aspect sociétal, sa dimension universelle et sa nature vulnérable, nécessite le parrainage de toutes les parties. C'est ce qu'attend sûrement la nouvelle ministre du tourisme de sa première visite dans la capitale du Souss, dans certainement de temps. De par son expertise en matière redressement immobilier et financier, acquise dans ses fonctions antérieures, elle s'attellera, sans doute, à la refonte des structures hôtelières délabrées, la résolution des litiges relatifs à l'arrêt de nombre d'hôtels et l'achèvement des travaux d'autres bâtisses essoufflées, il y a belle lurette.
Mais, avec une volonté étatique d'appui effectif et non d'esprit indifférent qui a toujours caractérisé les services centraux de tutelle et sa sphère, notamment la compagnie aérienne dont l'intérêt sur Agadir a constamment été étriqué, en termes de tourisme. Il est alors question d'un sursaut de fond qu'il va falloir entamer, en parfaite synergie de tous les intervenants, d'autant plus que le Wali est pleinement acquis à cette relance salvatrice, vu son apport décisif pour rétablir un CRT, ayant longtemps vécu, auparavant, dans la désunion et l'inertie. Il va sans dire, en fait, que l'intégration du secteur du tourisme dans une dynamique globale, marquée par la dynamisation actuelle des leviers clés d'investissement pluridimensionnel, en particulier dans les domaines d'industrie, constitue une démarche opportune pour une véritable expansion incluante et harmonieuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.