« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agir pour un tourisme créatif!
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

La débâcle de Tomas Cook et d'autres Tours Opérateurs du tourisme mondial, aura asséné des coups durs à certaines destinations du royaume, spécialement à Marrakech et à Agadir.
Cette culbute subite a occasionné une ardoise de plus de cent millions de dhs, 35% pour la cité ocre, 25% pour la capitale du Souss et 40% pour les réceptifs, les transporteurs, les restaurateur et bien d'autres. Certes, ce n'est qu'un incident de parcours qui confirme bien le caractère velléitaire d'un secteur tributaire de la conjoncture universelle. Mais, puisqu'on escompte fortement sur l'économie du tourisme, pour sa primauté en sa qualité de premier pourvoyeur de devises et de second grand employeur de ressources humaines, juste après l'agriculture, l'Etat se devrait d'accompagner et d'assister le secteur, notamment en cas de périodes de vaches maigres.
Or, à la différence de ses homologues turcs, tunisiens ou grecs, l'attitude des responsables marocains a l'air de se dérober de ses devoirs de tutelle envers d'éventuels naufrages qui peuvent survenir à tout moment. On ne peut donc espérer garantir une réelle impulsion, féconde et pérenne, avec des centres de décision démissionnaires.
Une destination comme Agadir est censée rebondir à plein régime, avec une véritable politique de relance agressive, axée sur la consolidation des structures d'accueil ainsi que des segments de taille (aérien, restauration, agences de voyage, artisanat, animation…), la mise en avant des projets structurants idoines, la diversification des offres proposées, la mise en place de la promotion du produit et du marketing performant, la mise en fonction de l'animation continuelle pour réduire la saisonnalité…
Pour ce faire, la conjugaison des efforts de tous les intervenants, institutionnels, associatifs, professionnels, est une exigence impérative, car le tourisme, de par son aspect sociétal, sa dimension universelle et sa nature vulnérable, nécessite le parrainage de toutes les parties. C'est ce qu'attend sûrement la nouvelle ministre du tourisme de sa première visite dans la capitale du Souss, dans certainement de temps. De par son expertise en matière redressement immobilier et financier, acquise dans ses fonctions antérieures, elle s'attellera, sans doute, à la refonte des structures hôtelières délabrées, la résolution des litiges relatifs à l'arrêt de nombre d'hôtels et l'achèvement des travaux d'autres bâtisses essoufflées, il y a belle lurette.
Mais, avec une volonté étatique d'appui effectif et non d'esprit indifférent qui a toujours caractérisé les services centraux de tutelle et sa sphère, notamment la compagnie aérienne dont l'intérêt sur Agadir a constamment été étriqué, en termes de tourisme. Il est alors question d'un sursaut de fond qu'il va falloir entamer, en parfaite synergie de tous les intervenants, d'autant plus que le Wali est pleinement acquis à cette relance salvatrice, vu son apport décisif pour rétablir un CRT, ayant longtemps vécu, auparavant, dans la désunion et l'inertie. Il va sans dire, en fait, que l'intégration du secteur du tourisme dans une dynamique globale, marquée par la dynamisation actuelle des leviers clés d'investissement pluridimensionnel, en particulier dans les domaines d'industrie, constitue une démarche opportune pour une véritable expansion incluante et harmonieuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.