Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Vahid (VIDEO)    DGSN: deux interpellations à la gare routière d'Oujda    Maroc/Covid-19: 2.391 nouveaux cas, dont 1.250 à Casa-Settat    Casablanca: réouverture des écoles et prolongement du couvre-feu    Marché public remporté par la même entreprise : L'administration pénitentiaire s'explique    Rendement décroissant des principaux impôts de l'Etat    La Botola Pro D1 promet un sprint " show "    Calcio : L'Inter et l'Atalanta carburent d' entrée    Nasser Bourita : Le dialogue inter-libyen a transformé une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Mission accomplie pour l'hôpital des FAR au camp Zaatari    Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp    Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »    L'ONDE lance une dynamique nationale pour contrer l'exploitation sexuelle des enfants    Une première intervention chirurgicale dans le cadre d'une convention entre l'UNHCR et le CNOM    Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?    UFC: Abu Azaitar se retire de son combat!    WAC. El Haddad out Lakhal in !    Reprise. Les PME naviguent à vue    CDH : le Maroc affirme sa position contre le racisme    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Laâyoune: ouverture d'une enquête judiciaire    Halilhodzic dévoile son nouveau staff technique (PHOTO)    Maroc : le déficit budgétaire maîtrisé, selon la Cour des Comptes [Document]    Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil    Covid-19, quel impact sur les populations ?    Les entreprises anticipent une baisse moyenne de 32% de leurs revenus    Bank Of Africa s'en sort bien au premier semestre    Google investit dans la presse mondiale    Soutien financier aux artistes : les clarifications d'El Ferdaous    «L'écrivain est sauveur du livre, cette ‘'créature en voie de disparition»    Festival international du film d'auteur de Rabat : Une 25ème édition digitale consacrée à la mémoire de Touria Jabrane    Loin des projecteurs, El Miloudi Chaghmoum souffre en silence!    Les résultats du «programme exceptionnel» sèment la discorde!    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    Que veut cacher le PAM ?    Inwi : Nadia Fassi-Fehri quitte la présidence    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Maroc : le confinement a favorisé l'achat en ligne [Etude]    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Botola Pro / 27ème journée : Une journée « remue-ménage » !    Vaccins anti-Covid: La France à la recherche de 25.000 volontaires pour des essais cliniques    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conseil régional du tourisme d'Agadir : Se préparer à d'âpres batailles
Publié dans Albayane le 26 - 08 - 2011


«Le CRT d'Agadir est un modèle du genre dans tout le royaume », s'exalte, Mohamed Boussaid, Wali de la région Souss Massa Drâa, lors du conseil d'administration de cette instance fédératrice, mercredi dernier, au siège de la Wilaya. Devant une pléiade de professionnels du secteur, toutes catégories confondues, Abderrahim Oummani, président du Conseil Régional du Tourisme d'Agadir SMD, avait ouvert le bal de cette rencontre de concertation qu'il menait avec vista et détermination. Son speech introductif, concis et pugnace, donnait à cette synergie davantage de tonus dans une conjoncture touristique plutôt blafarde lancinante, ces temps-ci. «Certes, les reculs notoires de la destination prêtent à timouride, mais, l'engagement est tel qu'on est censé se ressaisir, avec le potentiel indéniable dont regorge le produit», rassure-t-il d'un ton détonateur du précurseur inusable qu'il incarne à la tête de cette structure tonitruante. Le débat s'enclencha alors parmi ce parterre d'opérateurs qui ne mâcha guère ses mots, devant ce froissement désemparent. Faible visibilité du marché français, rétorqua un intervenant, tâtonnement de celui des germaniques, récidiva l'autre, titubation des anglais et réticence des russes, révèlent leurs collègues…Résultat : régression sensible des arrivées et nuitées, à plus de 26% dans certains marchés émetteurs. On allait chercher donc des explications à cette baisse accablante, dans des facteurs somme toute objectifs relevant, notamment de la récession économique planétaire, du printemps arabe, de l'attentat d'Argana, des dimanches émeutiers dans nos contrées, mais également subjectifs ayant trait, en particulier, aux archaïsmes comportemental, infrastructurel, promotionnel…qui continuent à entraver la destination, au lieu de la booster au maximum. La perspective semble harasser les acteurs du tourisme qui, en dépit de certaines évolutions et prouesses salvatrices, paraissent avoir du goût à broyer du pain noir, devant cette culbute lancinante aux abords de la vision 2020. « Vous savez, si on ne s'arme pas d'optimisme, on est prié de plier bagage et faire autre chose », tonne le Wali, en fin connaisseur aguerri du domaine, tout en exhortant ses vis-à-vis à s'agripper à l'aérien, enjeu majeur et garant de proue de la relance. « Si on pêche par manque de connectivité, on aura du mal à sortir du goulot. On marque le pas, il est vrai, mais on n'a pas le choix de se relever, en relevant davantage l'offre litière, car l'autre a toujours besoin de changer d'air et venir se ressourcer chez nous. C'est à nous de changer aussi de comportement, en restant fondamentalement optimiste dans l'âme, accroché à l'investissement dans la capacité et l'animation», insiste-t-il sur un auditoire prédisposé, assurément, à confirmer cet exemple d'esprit, d'inspiration et détermination dont il a fait l'éloge au préambule. «L'essentiel c'est, à coup sûr, de demeurer solidaires pour se battre et se préparer aux futures batailles au sein d'une émulation féroce. Le secteur piétine mais résiste aux aléas, car il renferme un gisement capital qu'il va falloir constamment valoriser», claironne, enfin Mohamed Boussaid d'un vocable intensément mobilisateur. Sans se plier l'échine, l'assistance, revigorée par des élans de fierté et de punch dont elle fait montre dans leur action quotidienne, fait étalage, à partir des travaux de commissions fonctionnelles, des activités diverses aussi bien dans le terroir qu'à travers les participations marquantes aux multiples salons et workshops dans les quatre coins du globe. «La destination d'Agadir a pu décrocher la palme d'Afrique en Russie, eut le mérite de mener à bien le prestigieux congrès allemand des agents de voyage et le privilège d'abriter l'année du golf qu'il rééditera pareillement en 2012, s'appropriera l'honneur, au nom du Maroc et en tant qu'investigateur du marché polonais de se hisser en hôte de choix au prochain salon de Varsovie s'attellera encore de plus belle au labeur permanent déployé au sein du comité du pilotage formé de plusieurs partenaires, dont le délégué du tourisme, Abdelaziz Fetouak déclinera, par la suite, les grandes lignes et dont l'apport du CRT est considérable, à travers l'effort colossal mené par Asma Oubou, responsable communication», dira, enfin, le président du CRT, tout en paraphant cette notion de mobilisation qui devrait émailler le sursaut de toute une panoplie d'intervenants du secteur, prête à rebondir et affûter l'aile pour ne plus battre de l'aile. Les ailes des avions de tous bords pour ce vol ascendant feront bien le nécessaire pour ce faire, comme l'avait bien souligné l'ancien ministre du tourisme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.