TRAM'BUS: un ticket unique pour les moyens de transport à Rabat    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    AGO Wydad AC. Consolidation de la solidité financière    Vidéo: Jamal Sellami, le nouveau coach du RAJA, liste les priorités    Amzazi s'entretient à Paris avec la Directrice générale de l'Unesco    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Energy Globe Award : Une association marocaine s'illustre    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Protection des données à caractère personnel : Les reco' des Centraliens    Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Rêves brisés    L'importance de la diplomatique judiciaire au centre d'un colloque à Dakhla    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Edito : Incontournable    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»
Publié dans Albayane le 20 - 10 - 2019

Malgré les subventions accordées au secteur des arts plastiques, ces dernières pourraient connaitre un réexamen, a affirmé Mohammed Mansouri Idrissi, artiste peintre et président du Syndicat Marocain des Artistes Plasticiens Professionnels. «On doit souligner que les arts plastiques ne sont pas aussi bien dotés en comparaison à d'autres secteurs culturels. Il faudrait un rééquilibrage à ce niveau. Mais d'une manière générale, les subventions pour les arts plastiques pourraient connaitre un réexamen», a-t-il fait savoir.
Al Bayane: Que pensez-vous des enveloppes budgétaires allouées aux arts plastiques? Le marché de l'art marocain a-t-il besoin de soutien pour mieux se structurer?
Mohammed Mansouri Idrissi : On ne peut ignorer les efforts consentis par l'Etat et le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports pour soutenir la création artistique et culturelle: arts plastiques, musique, cinéma, théâtre(…). La subvention et l'aide publiques doivent être consolidées car il n'y a pas un réel marché de l'art au Maroc. Les arts et la culture ne sont pas un luxe. Quand les possibilités du marché sont insuffisantes, l'Etat est obligé de soutenir la création. C'est ce que fait par exemple la France pour le cinéma et même pour l'art contemporain qui bénéficient d'une très forte subvention publique.
Quid du Maroc…alors?
Chez nous au Maroc, les efforts consentis sont incontestables. Rien que pour la première session de 2018, le Ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports avait annoncé que 865 projets culturels, artistiques ou créatifs ont été subventionnés pour l'Edition, le Livre, les Bibliothèques, le Théâtre, les Arts Plastiques…
Mais il faut souligner que les arts plastiques ne sont pas aussi bien dotés en comparaison à d'autres secteurs culturels. Il faudrait un rééquilibrage à ce niveau. Mais d'une manière générale, les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen.
Que proposez-vous pour que la roue des arts plastiques puisse tourner? Les subventions auront-elles des retombées bénéfiques sur le secteur?
Aujourd'hui, il y a une unanimité pour dire que les résidences d'artistes, fortement subventionnées, n'ont pas atteint les objectifs souhaités. Ces résidences ne concernent que quelques personnes et leur rayonnement est devenu terne. Il faudrait évaluer leur rendement. Par contre, la communauté des artistes plasticiens n'a pas compris que le soutien apporté aux monographies (qui sont d'importants éléments de la mémoire culturelle) soit suspendu!
Sur le plan de la méthodologie du travail de la commission, le mode de sélection des projets (présentés par des artistes, des galeristes ou des organisateurs de salon) doit être revu. On ne peut plus continuer à étudier les projets sur papier et sur dossier. Il faudrait que le candidat puisse venir et présenter lui-même son projet face à la commission. L'échange avec les membres de la commission lui permettra d'expliquer, de défendre sa vision et aussi de bénéficier des conseils utiles. Cette méthode de travail est celle déjà adoptée depuis longtemps, par la commission de soutien du cinéma ou des festivals qui reçoit, écoute et discute avec les candidats à la subvention.
Le Ministère de la culture pourrait aussi créer des Commissions régionales avec des fonds régionaux pour déconcentrer la politique de subvention. L'objectif serait de promouvoir les arts dans les territoires et accompagner matériellement l'organisation des évènements locaux en faveur des talents émergents, y compris par l'acquisition de leurs œuvres.
Mais pour que la politique de déconcentration et décentralisation des arts et de la culture prenne tout son sens, il est temps que les collectivités territoriales (les communes et les régions) qui ont de larges compétences définies par la loi en matière d'animation culturelle participent à cet effort. Les communes et les régions doivent participer à l'organisation d'expositions et de salons. Elles doivent aussi passer des commandes aux artistes plasticiens pour embellir les entrées des villes, les rues, les jardins, les parcs, les ronds-points et les établissements communaux. Le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports ne peut à lui seul prendre en charge la mission de la subvention et de l'aide publique aux arts et à la culture.
Où en sommes-nous de la participation marocaine aux biennales et marchés de l'art internationaux? Les artistes et l'art marocain ont-ils une visibilité au-delà des frontières? Comment les subventions peuvent-elles développer la diplomatie culturelle et artistique?
Sur le plan international, la subvention devrait s'ouvrir sur les grandes manifestations dans le monde. Il faudrait aider les créateurs plasticiens pour une réelle participation à l'étranger, ce qui contribuera aussi au rayonnement international de notre culture. Il faudrait accorder des subventions après examen minutieux du projet aux artistes et aux galeristes et les aider pour les différentes charges, par exemple, la location des stands lors des manifestations ou foires internationales, y compris le transport des œuvres qui devrait être flexible. Et ce, au même titre que les autres secteurs de l'économie qui sont fortement présents dans des salons spécialisés à l'étranger. On devrait être convaincu que la notion de «Maroc Export» concerne également les arts et la culture.
Dans ce sens, le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports pourrait participer à la création et au montage de grandes expositions, avec des concepts forts, susceptibles de voyager dans les grandes capitales du marché de l'art (Londres, New-York, Hong Kong…).
Enfin, il est nécessaire que les crédits consacrés à la subvention publique pour les arts et la culture soient augmentés et considérés comme un outil stratégique pour le développement socioculturel et humain et aussi pour le rayonnement culturel international de notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.