L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Covid-19: Le Cameroun reçoit un don de 200.000 doses du vaccin Sinopharm    Mohamed Benchaâboun : « Il est nécessaire d'encourager la production de vaccins dans les pays en développement »    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielles en Bolivie
Publié dans Albayane le 04 - 11 - 2019


L'opposition réclame le départ d'Evo Morales
A l'issue du premier tour des élections qui se sont déroulées en Bolivie le 20 Octobre dernier et alors que les heurts entre les partisans du président sortant et ceux de l'opposition se sont soldés par la mort de deux personnes, Evo Morales, qui préside aux destinées du pays depuis 14 années, a été reconduit à la tête de l'Etat en recueillant 47,08% des suffrages exprimés. Mais, en contestant le processus électoral et en dénonçant une «fraude scandaleuse», l'opposition est descendue dans la rue si bien que face à la grogne populaire, le gouvernement sortant a accepté, ce mercredi 30 Octobre, que l'Organisation des Etats américains (OAS) diligente une enquête internationale indépendante.
Diego Pary, le ministre bolivien des Affaires étrangères a assuré que, bien qu'étant convaincu de la victoire du Mouvement vers le socialisme (MAS, le parti au pouvoir), le gouvernement bolivien se pliera aux résultats de cette enquête qui sera effectuée par trente experts internationaux et qui débouchera sur l'élaboration d'un rapport « contraignant » pour toutes les parties.
Or, le centriste Carlos Mesa, la principale voix de l'opposition qui était à la tête du pays de 2003 à 2005 et qui est arrivé second en recueillant 37,51% des voix a mis en doute l'intégrité du processus, rejeté un «accord conclu unilatéralement» en l'absence des «représentants de la société civile» et des partis politiques et réclamé la tenue de nouvelles élections auxquelles ne participerait pas Evo Morales.
En réponse, le ministre bolivien des Affaires étrangères a invité l'opposition à apporter à la commission de l'Organisation des Etats Américains les preuves de ses accusations de fraude du moment que, par l'entremise de ses délégués dans les différents bureaux de vote, elle peut avoir les copies de tous les bulletins dépouillés.
Cependant, dès vendredi, soit une journée à peine après que cette commission ait commencé à faire son travail et «pour ne pas compromettre l'impartialité» du processus, son chef, Arturo Espinosa, un avocat et universitaire mexicain, a annoncé sa démission au motif que la semaine précédente, il avait, dans un article critique à l'endroit d'Evo Morales, reproché à ce dernier de s'accrocher au pouvoir.
La Bolivie se trouve donc paralysée par des manifestations depuis la proclamation des résultats le 20 Octobre dernier. Ainsi, à Santa-Cruz, la locomotive économique du pays qui compte 1,5 millions d'habitants, aucun véhicule ne peut circuler car, à chaque carrefour, des barricades faites à l'aide de pneus, de chaines et de fil barbelé bloquent tout trafic routier. Il en va de même dans la plupart des villes de Bolivie lesquelles sont devenues le théâtre d'affrontements entre les partisans du président sortant et l'opposition.
Ces «graves actes de violence en divers endroits du pays» ont poussé l'ONU à lancer, mardi dernier, «un appel clair et urgent aux acteurs politiques, aux groupes sociaux et à tous les Boliviens afin qu'ils réduisent les tensions et qu'ils rejettent tout acte de violence dans ce moment difficile que traverse le pays».
Appelant les citoyens à «exercer leur droit de manifester sans qu'il devienne une invitation à la confrontation», l'Organisation internationale exhorte les autorités compétentes à garantir «le respect des droits fondamentaux des personnes comme la liberté d'expression, d'opinion et le droit de manifester pacifiquement».
Les exigences onusiennes vont-elles être entendues par les différents protagonistes et suivies d'effet de manière à ce que les manifestations ne puissent pas dégénérer en de très violents affrontements entre les partisans du Chef de l'Etat et l'opposition ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.