Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    L'AMMC publie un recueil des textes législatifs et réglementaires    Agadir, sur un plat chaud!    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    La relation Maroc-Jamaïque passe au niveau supérieur    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    PLF-2020 : Le projet adopté en deuxième lecture par la chambre des représentants    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Le déficit budgétaire revient à 39,57 milliards DH    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    L'amazighité sans hypocrisie    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Inédite et rejetée    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte ouvrière!
Publié dans Albayane le 17 - 11 - 2019

Il est évident que la capitale du Souss renferme également, dans ses environs, une forte activité agricole, notamment une expansion d'export des agrumes, primeurs et légumes, avec une importante utilisation des technologies les plus sophistiquées dans le domaine.
Sur des étendues vastes, des opérateurs économiques aussi bien nationaux qu'étrangers impriment à la région un gigantesque labeur tout en contribuant substantiellement au déficit astronomique des ressources hydriques, en particulier au niveau des ressources hydriques relatives à la nappe phréatique dont les forages atteignent des profondeurs épouvantables.
Si cette économie connaît des prouesses notoires en termes de revenue et d'essor tant régional que national, cette activité florissante révèle, toutefois, des limites affreuses sur le plan social et humain, du fait de l'exclusion et l'exploitation dont sont victimes les ouvrières et les ouvriers des différentes zones agricoles du périmètre soussi, à Chtouka Ait Baha et Taroudant, plus spécialement.
En effet, la classe laborieuse dans ces régions souffre le calvaire avec des propriétaires qui ignorent les plus élémentaires de leurs droits. Dans ce sens, les exemples ne manquent pas et pullulent, en fait, dans les multiples sociétés et groupes agricoles de la région. Il faut souligner que les organisations syndicales, notamment celles relevant de l'Union Marocaine de Travail (UMT) déploient une lutte farouche contre toutes les formes d'étouffement qu'exerce le patronat avec la complicité de leurs protégés.
La majorité des sociétés agricoles, en particulier étrangères mène une campagne sans merci contre les syndicalistes pour contrecarrer la dynamique syndicale et dissuader les entrains des ouvriers vers le respect du travail, la dignité et l'amélioration des conditions de vie. Nombre d'ouvrières et ouvriers responsables des syndicats sont exposés continuellement au licenciement pur et simple.En plus, les accords entre direction et syndicat ne sont pas toujours conclus par les sociétés agricoles, notamment:
1- La régularisation de la prime d'ancienneté et des heures supplémentaires par effet rétroactif depuis l'entrée en vigueur du code du travail.
2- La régularisation de la situation des ouvriers vis-à-vis de la CNSS depuis le début de leur activité au sein du groupe.
3- L'attribution de la prime de scolarisation a tous les ouvriers et ouvrière de la société tel que cela a été convenu avec l'administration du groupe, la fin de la campagne précédente.
4- L'application du Code du travail en matière de la protection des ouvriers et la création de services médicaux.
5- L'application du code du travail en matière de la protection de la maternité et la création de garderies pour les enfants de salariées travaillant dans l'entreprise.
La masse ouvrière ne fait que protester, donc, contre la politique anti-sociale et antisyndicale de l'administration et tient à défendre fermement ses droits usurpés. Le dialogue social engagé durant les campagnes agricoles sont souvent rompus; les représentants de l'administration engagent une lutte enragée contre les syndicalistes.Il est bien clair que le développement du secteur agricole passe inéluctablement par la promotion des ressources humaines à travers le respect des engagements, la préservation des droits, la stabilité et la paix sociales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.