Maâmoura. Inauguration royale du Complexe Mohammed VI de Football    Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    Jeux olympiques: La Russie exclue pendant 4 ans    Dopage: Les sanctions de l'AMA témoignent d'une « hystérie antirusse », estime le Premier ministre russe    Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Aourir, une commune mutilée!    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Edito : La chance de choisir    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions de la CAF : Débuts laborieux pour le WAC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»
Publié dans Albayane le 21 - 11 - 2019

Cette année, le Visa For Music (VFM) souffle du 20 au 23 novembre sa 6e bougie. En effet, le festival atypique qui lutte contre vents et marées affirme sa présence comme date incontournable dans le calendrier des salons musicaux internationaux. Pour cette édition, plus de 30 artistes et groupes des quatre coins du monde se produiront sur les scènes du Théâtre national Mohammed-V, Cinéma Renaissance et prestigieux Palais Tazi, au cœur de Rabat. À vrai dire, le VFM, depuis sa création, a œuvré pour la structuration du secteur musical au Maroc et en Afrique qui souffre toujours de l'informel. Pour faire face à cette réalité, Brahim El Mazned, fondateur et directeur de Visa For Music, et son équipe ont opté pour la formation des jeunes ainsi que les acteurs culturels.
Al Bayane: Vous considérez les formations comme éléments constitutifs dans la programmation du Visa For Music au même titre que les showcases. Etes-vous dans cette optique de professionnaliser et structurer la filière musicale marocaine sachant que les professionnels du secteur se battent contre l'informel?
Brahim El Mazned : En fait, depuis le départ, nous nous sommes rendus compte qu'il y a plusieurs maillons pour structurer la filière musicale et accompagner sa structuration. Pour ce faire, les pouvoirs publics ont leurs manières, mais nous, en tout cas, pour accompagner cette démarche nous avons misé sur la formation des acteurs culturels marocains soit sur le plan technique (tout un travail sur la régie technique sera programmé lors de cette nouvelle édition). Dans ce cadre, on a une formation qui s'appelle les coulisses de la régie à laquelle participeront aussi des collègues subsahariens qui viennent du Congo, du Sénégal et du territoire africain, mais aussi les jeunes techniciens marocains qui ont envie de développer leurs capacités dans ce secteur là. On a aussi une formation que nous menons depuis la première édition, sur le management culturel c'est-à-dire tout ce qui concerne l'ingénierie culturelle. Dans cette optique, le VFM réserve une formation pour les jeunes acteurs culturels.
Sur ce volet de formations, y aura-t-il encore de nouveautés cette année au profit des professionnels de la filière musicale?
Cette année on a opté pour le Coaching scénique. C'est une première! On a ramené un coach qui fait ce travail pour les grandes stars internationales et qui accompagnera plusieurs artistes lors de cette édition comme Soukaina Hafsi de El Jadida et d'autres artistes qui viennent de Tanger. Ce coach va les préparer à la scène, et il va probablement métamorphoser leur façon de faire la prestation. Je pense que le développement de capacités des artistes est indispensable si on veut que le secteur de la musique se structure et sortir enfin de l'informel.
Parlons toujours de ces projets structurants de la filière musicale, dernièrement le Conseil de gouvernement a adopté dernièrement le projet de loi n° 25.19 relatif au Bureau marocain du droit d'auteur et des droits voisins. Que pensez-vous de cette initiative?
Ce sont des perspectives qui sont intéressantes. De toute façon, ce bureau a besoin de se réformer, de se moderniser et d'avoir un statut plus clair puisque aujourd'hui, je me réjouis de voir une nouvelle dynamique notamment avec la recette de la copie privée qui est une manne très intéressante, et qui a beaucoup contribué à augmenter les recettes.
Et les artistes dans tout cela?
Je pense qu'aujourd'hui il est important que les artistes s'organisent et s'inscrivent dans le bureau, déposer leurs œuvres et défendre leurs droits. J'espère que les utilisateurs de la musique participe à payer leurs dûs au bureau. Pour moi, ce sont des perspectives qui sont très positives. On vient d'organiser une réunion autour de ça parce que aujourd'hui le rapport BMDA et SACEM retrouvent une nouvelle dynamique. Je pense que tout ça sera bénéfique à la fois aux artistes en premier lieu à savoir les auteurs, les compositeurs et les interprètes.
Depuis sa création le VFM a aidé plusieurs artistes marocains à se produire sur les scènes internationales et signer des contrats avec des agents, des producteurs étrangers et des sociétés marocaines et étrangères. En fait quid du Bureau Export de la musique marocaine (MoMEx) qui a été suspendu?
Le bureau est à l'arrêt. J'espère que de nouvelles perspectives soit avec le département du ministère de la culture, soit avec un mécène, parce qu'il est urgent que ce bureau reprenne ses fonctions pour que les artistes retrouvent les scènes internationales et retrouvent plus de dates et plus d'occasion pour se reproduire.
Le VFM accueille la région de l'Oriental dans le cadre de partenariat avec l'agence de l'Orientale. Quelles sont les principales délégations qui seront présentes cette année?
On essaie de donner une grande place aux artistes de tous le Maroc. Mais je me réjouis de voir que l'Agence de l'Oriental accompagne les artistes et les acteurs culturels au VFM. Ce n'est pas la première année d'ailleurs. C'est une très belle initiative ! J'espère que d'autres régions et institutions peuvent faire la même chose pour les autres territoires parce que beaucoup d'acteurs souhaitent participer au VFM, mais leurs moyens ne leur permettent pas. Cette année, on a pas mal de délégations qui prendront part à cette édition notamment de Laâyoune, du Gabon, de Burkina Faso de l'Ethiopie, de la Corée, du Canada, de la Norvège…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.