Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Covid-19: le point sur la situation au Maroc jusqu'à jeudi à 18h00    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Adieu Si Fadel    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pacte national pour l'enfant 2021-2030
Publié dans Albayane le 26 - 11 - 2019


Une feuille de route axée sur la coordination!
Le Maroc amorce une nouvelle étape en matière de promotion des droits de l'enfant ! Le Royaume vient d'adopter un nouveau «Pacte national pour l'enfant» pour la période 2021-2030. La nouvelle feuille de route, qui a été présentée samedi dernier à Marrakech, dans le cadre du 16e Congrès national des droits de l'enfant, a pour objectif de concrétiser les droits de l'enfant marocain et de permettre au Maroc d'atteindre les objectifs de développement durable (ODD) à l'horizon 2030.
Après le Plan d'action national pour l'enfance de 1992 et celui de 2006-2015 intitulé «Un Maroc digne de ses enfants», le Maroc se dote désormais d'un Pacte pour l'enfance. Cette fois, il ne s'agit pas d'une simple feuille de route à décliner, mais d'un engagement et d'un accord entre les différents secteurs concernés par l'enfance. C'est d'ailleurs dans cette optique, que le Pacte a été paraphé conjointement par différents ministres (justice, éducation, santé, finances, droits de l'Homme, intérieur…), dans le cadre d'une approche systémique et intégrée de la gestion et de gouvernance de l'enfance.
Présenté lors de la séance de clôture du 16e congrès national des droits de l'enfant par Lamia Bazir, directrice exécutive de l'ONDE, en présence de Sa Majesté la Princesse Lalla Meryem, ce pacte se veut multidimensionnel et aborde différents aspects des droits de l'enfant. Ainsi, sur le plan culturel, son objectif est de promouvoir l'image de l'enfant en tant que richesse nationale. Le Pacte vise également à réduire les disparités socio-spatiales entre les enfants. A cet effet, les ministères de la santé, de l'éducation et de l'intérieur s'engagent pour les dix prochaines années à améliorer la qualité des services publics et à favoriser davantage leur accès à toutes les catégories d'enfants.
Même si au cours des dernières années, des efforts ont été enregistrés sur le plan législatif et judiciaire, le pacte prévoit la mise en œuvre de nouvelles mesures. Il s'agit, notamment de renforcer les dispositifs de protection alternatifs pour les enfants sans familles et en situation difficile. Toujours sur le volet judiciaire, le ministère public en partenariat avec l'ONDE devra penser à des programmes et formations avec pour objectif d'ancrer l'intérêt supérieur de l'enfant dans la pratique judiciaire.
Autre nouveauté, le parlement devra dorénavant consulter systématiquement le parlement de l'enfant pour toute législation concernant les enfants. Pour prévenir et interdire toutes les formes d'abus, d'exploitation et de violence à l'égard des enfants, le comité interministériel présidé par le chef du gouvernement devra mettre en œuvre un arsenal efficace et complet en la matière.
Sur le plan institutionnel, une plateforme de coordination dudit pacte sera mise en place. L'objectif étant de fédérer les efforts des différentes parties prenantes et optimiser l'action publique. Dans l'optique de mesurer les résultats concrets, l'ONDE et le Haut-commissariat au Plan (HCP) mettront en place au sein de l'ONDE, un observatoire de l'enfance pour faire l'inventaire des intervenants et des programmes qui ciblent l'enfance. Le but de cet observatoire sera de faciliter la prise de décision pour l'amélioration des résultats. Pour concrétiser tous ces objectifs, un budget sensible à l'enfance sera mis en place par le ministère des finances. Selon Lamia Bazir, «ce nouveau pacte se veut historique dans la mesure où de nombreux ministres se sont engagés dans des projets opérationnels et des programmes structurants et devront adopter des outils de gouvernance et de gestion efficaces axés sur les résultats».
A noter que ce nouveau pacte, en plus de promouvoir les droits des enfants marocains, se fixe également pour objectif de promouvoir les droits des enfants à l'échelle continentale. En effet, dans le cadre du Pacte, il est question de développer le programme «Villes sans enfants en situation de rue» en Afrique en diffusant une boite à outils préparée par l'ONDE (à travers l'exemple pilote de Rabat) aux responsables des villes africaines. Au cours de la cérémonie de clôture, cette palette d'outils a été remise à Jean-Pierre Elong Mbassi, secrétaire général de Cités et gouvernements locaux (CGLU)-Afrique, qui devra les distribuer par la suite aux différents élus territoriaux africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.