Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une difficile équation à résoudre en Afrique
Publié dans Albayane le 05 - 12 - 2019

Du 1er au 3 décembre, Rabat a abrité la 4e édition Africa Security Forum 2019 sous le thème «l'impact du changement climatique sur la sécurité en Afrique». Un évènement qui a offert aux différents panélistes une plateforme d'échanges en vue de trouver des palliatifs aux enjeux sécuritaires dans le monde et l'Afrique, en particulier. A l'occasion, plusieurs suggestions et solutions ont été proposées par les experts présents à cette rencontre.
Dans son allocution d'ouverture, Driss Benomar, président du Centre de Recherches et d'Etudes Géostratégiques (Atlantis), a souligné qu'il est important que l'Afrique face preuve non seulement d'engouement pour résoudre la question climatique, mais surtout, pour élaborer un nouveau modèle de coopération africaine. Ce qui permettrait à l'Afrique de faire face aux défis sécuritaires et environnementaux auxquels il fait face. «Les effets des changements climatiques sur le paysage politique mondial déstabilisent les régions vulnérables du continent et favorisent les tensions…», a-t-il fait savoir.
Dans le même ordre d'idées, Driss Benomar a fait un constat moins lugubre des effets du changement climatique sur le continent africain: « Le rythme actuel de changement, notamment en termes de hausse du niveau de la mer due à la fonte des glaciers, de l'extrême variabilité des précipitations et de la fréquence d'intensité accrue de tempêtes provoque une situation inédite à laquelle nous devons nous préparer. Avec plus de 2 milliards d'habitants d'ici 2025, l'Afrique est plus que jamais au centre de toutes les préoccupations en ce qui concerne la lutte contre les impacts du changement climatique, d'autant plus qu'elle représente l'un des continents les plus vulnérables…».
Il a également souligné que «ces dernières années, nonobstant un taux de croissance à 2 chiffres, le continent n'a pas réussi à relever certains défis majeurs: la lutte contre la pauvreté, la création d'emplois pour résorber la problématique du chômage des jeunes, la famine(…)». Ce dernier exhorte l'Afrique à admettre clairement son échec dans plusieurs domaines vitaux et appelle à une réelle prise de conscience de la part des élites africaines par rapport aux différentes problématiques évoquées pour y remédier.
D'après plusieurs études menées par les experts, l'Afrique aura besoin de 40 milliards de dollars à investir chaque année d'ici 2030 pour réussir à limiter les effets drastiques du changement climatique. La visée de ce Forum international est de pouvoir mobiliser l'intelligentsia africaine autour de cette problématique d‘envergure afin d'asseoir les bases d'une réflexion poussée et faire des proposions pour le bien-être du plus grand nombre.
Jean-Louis Borloo, ancien ministre français de l'écologie et président de la fondation Energie pour l'Afrique, n'a pas hésité à accentuer son argumentation sur l'importance de l'énergie qu'il considère, comme un élément fondamental du développement social et économique de l'Afrique. Cependant, il a fait un constat moins alléchant par rapport au dérèglement climatique observé en Afrique. Pour ce dernier, «le dérèglement climatique se combine malheureusement avec un problème d'énergie sur le continent africain». Et d'ajouter « qu'il est nécessaire de mettre en place des projets visant à assurer l'accès universel à l'énergie, la sécurité alimentaire et l'assainissement…».
Tanguy Gahouma Bekale, conseiller spécial du président gabonais Ali Bongo, à quant à lui exhorté les autres nations du continent africain à prendre le Maroc comme modèle « La question du changement climatique et la sécurité est une priorité en Afrique. Le rôle du changement climatique comme facteur aggravant des conflits en Afrique a trop souvent été négligé. Ce forum est donc une opportunité pour rehausser à son véritable niveau, le lien complexe qu'il y a entre ces fléaux. Ce forum nous donne l'occasion de réfléchir sur les solutions à mettre en œuvre pour prévenir au mieux les conséquences et aussi mieux comprendre les incidences du changement climatique. «Il faut apporter la technologie adéquate, former davantage les hommes pour renforcer les capacités, créer des plans et stratégies efficaces, encourager la coopération sud/sud», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.