Crowdfunding: Le mode opératoire    arrestation d'un individu impliqué dans une grande opération d'escroquerie à Casablanca    CGEM : Le futur patron fait le point sur son programme    S.M le Roi lance la réalisation d'une Cité des arts et de la culture et inaugure un complexe intégré de l'artisanat    Les réformes politiques et la résilience du tourisme devraient stimuler la reprise de la croissance du Maroc    Un consortium maroco-français va construire une centrale solaire de 120 MWp à Gafsa en Tunisie    Des milliers de binationaux en plus    Le Maroc exprime son profond étonnement quant à son exclusion de la conférence sur la Libye    Liga : Le Real prend provisoirement les commandes    Premier League : City cale déjà, Chelsea surpris par Newcastle    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Signature à Pékin de deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Forum stratégique maroco-égyptien : les participants saluent l'ouverture de consulats dans les provinces du sud    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Le grand rendez-vous!    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat
Publié dans Albayane le 06 - 12 - 2019

Depuis la création, en 1943, du Parti communiste marocain, et plus particulièrement depuis l'arrivée à sa tête d'une direction «marocaine», le Parti a, de tous temps, privilégié le combat national pour l'indépendance politique et économique et la lutte inébranlable pour l'émancipation sociale de la classe ouvrière marocaine.
Cela s'est vérifié après l'interdiction du PCM, en 1959, et également celle du Parti de la libération et du socialisme (PLS), si courte mais si intense même si elle n'a duré que 14 mois entre 1968 et 1969.
C'est ce même sentiment qui continue à animer le PPS aujourd'hui, dans l'opposition, comme, hier, au sein des gouvernements successifs (de Youssoufi à Otmani, en passant par Jettou, El Fassi et Benkirane).
Et, contrairement à d'autres formations politiques que le pouvoir a pu rendre corruptibles, les militants du PPS ont maintenu le cap autour du référentiel qui est le leur. C'est l'esprit de la première génération du Parti, unie autour d'Ali Yata, d'Abdeslam Bourquia et, un peu plus tard, Abdallah Layachi (les trois vétérans du Parti), qui continue à nous guider.
Et pourtant, la première lignée de militants communistes comprenait de nombreux dirigeants de grande valeur militante et intellectuelle, que la mémoire de l'Histoire n'a pas, tous, dorés.
Mis à part le grand dirigeant communiste et résistant Abdelrim Benabdallah, que le Parti célèbre son assassinat presque chaque année, d'autres noms ont marqué la vie du PCM et le combat national entre 1945 et 1956, date de l'indépendance du Maroc.
La liste est exhaustive. Nous n'en traiterons que quelques noms, connus mais qui n'ont pas eu la part de mémoire qu'ils méritent, ni l'intérêt conséquent pour ce qu'ils furent et ce qu'ils firent.
Hélas, nos historiens de l'époque ont ignoré ces patriotes de grande valeur et ces révolutionnaires qui ont contribué fortement à la libération du pays et à son progrès politique et démocratique.
La faille est également en interne et nous n'avons pas su ou pu compiler les nombreux documents et faits historiques dont nos camarades furent les artisans et les acteurs.
Heureusement que des historiens français, souvent des progressistes et parfois même aux relents colonialistes, ont pu garder des traces, des fois ineffaçables, sur les militants communistes de la première heure. Leurs travaux doivent nous inciter, et surtout nos historiens, à la recherche de la vérité et de faits historiques pertinents, en rendant à César ce qui appartient à César. Loin de toute paresse partisane, négligence ou sectarisme.
Nous pensons, particulièrement, à Maâti Yousfi, le paysan communiste du Tadla, à Mohamed Setti, syndicaliste au sein de l'UGSCM (syndicat lié à la CGT française), assassiné, à Hadi Messouak, qui, avec Abdelkrim Benabdallah et plus tard Mohamed Ferhat, formait la première « cellule intellectuelle » du PCM, qui seront suivis par des militants de renommée (Aziz Belal, Edmond Amran El Maleh, Abraham Serfati et d'autres…), dont certains se sépareront du PCM ou du PLS, dans une conjoncture politique internationale très particulière, marquée par la montée du maoïsme et de l'extrémisme politique de gauche, notamment dans les milieux estudiantins.
Hélas, peu de militants de ces calibres sont encore en vie. Nous pensons à Ismaïl Alaoui et Omar Fassi, que Dieu les garde en vie, pour compléter les données et rendre justice à ceux que l'oubli n'a pas épargnés. Ceci est surtout valable pour la décennie soixante, après l'interdiction du PCM en 1959 et du PLS en 1969). C'est à cette date que le nom de Hadi Messouak revient à la surface, après le fameux procès du PCM en 1959, pour marquer un nouveau départ du Parti.
Avec ce dossier, qui coïncide avec le décès, il y a huit ans, du camarade Simon Lévy, ex dirigeant du Parti, le vœu est de relater l'action et les sacrifices de tous ceux (le maximum que l'on puisse) qui ont servi, pendant les années de grand combat patriotique ou durant les années de plomb, le parti et le peuple.
Avec le nouveau millénaire et l'expansion des NITC, la tâche s'avère plus aisée pour relater l'action des dirigeants et militants contemporains.
Ce ne sera que début et suite. Régulièrement, nous relaterons dans ce même espace et dans la mesure de ce que permettent nos moyens, l'histoire de ces militants hors pair qui ont tout sacrifié au nom de leurs idéaux au service de la patrie et du peuple. Même s'ils ont marqué, à un moment ou à autre de cette longue histoire du parti, des divergences avec la direction ou s'ils ont choisi, tout simplement, de se retirer de la vie politique. Avec l'espoir de pas commettre d'oubli.
A l'égard de tous ces hommes et femmes (il y en a de nombreuses toujours militantes à leurs manières, dont nous ne citerons, de mémoire courte, que Touria Tazi, Malika Belghiti et Amina Lamrini), nous avons un droit de mémoire et de respect éternel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.