Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dépistage précoce pour une génération sans Sida
Publié dans Albayane le 11 - 12 - 2019

La célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida a été placée cette année sous le signe : «les organisations communautaires font la différence». L'occasion de faire un bilan des actions menées pour éradiquer cette maladie.
En 1988, l'Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation face à la pandémie de sida. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait ainsi choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du sida dans la résolution 43/15.
Selon le dernier rapport de l'OMS relatif au SIDA, 37,9 millions personnes à travers le monde vivent avec le VIH. La grande majorité d'entre elles habite dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. On estime que 1.7 million de personnes sont nouvellement infectées par le virus en 2019. 770.000 personnes à travers le monde sont décédées de maladies liées au SIDA.
Le Maroc est un pays à faible prévalence. L'épidémie est concentrée au sein de groupes vulnérables, qui sont très touchés, les prostituées et les consommateurs de drogues intraveineuses, qui sont d'ailleurs les plus touchés selon l'OMS, les homosexuels.
Selon les chiffres du ministère de la santé, 32.000 Marocains vivent avec le VIH/ SIDA et 9378 autres sont séropositifs.
Le nombre de personnes vivant avec le VIH sous traitement antirétroviral a atteint plus de 12.100 à fin juin 2018, contre 5.301 en 2012, avec une couverture estimée à 58 % de personnes vivant avec la maladie (contre 29% pour la région MENA). Annuellement, 1000 Marocains sont touchés par le Sida et 700 en meurent.
62% des contaminations concernent trois régions : Souss Massa, Casablanca Settat et Marrakech Safi qui compte, à elle seule, 4000 séropositifs.
La grande majorité des porteurs du VIH, soit 71%, sont des adultes âgés entre 25 et 44 ans et 2% sont des enfants. La proportion de femmes a, quant à elle, atteint près de 50% des cas. Quant au mode de transmission, la contamination par VIH/Sida se fait principalement par voie hétérosexuelle, par usage de drogues injectables, notamment dans l'Oriental et TangerTétouan.
Plus de la moitié des nouvelles infections se produisent parmi les populations à risque, tandis que 71% des femmes seraient infectées par leur conjoint atteint.
L'accès au dépistage du VIH-Sida continue sa progression avec la réalisation de presque 750.000 tests par an.
Pour une génération sans Sida
Dans le cadre du Plan Stratégique National de lutte contre le VIH/SIDA 2017 – 2021, le ministère de la Santé avec l'appui du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, et en partenariat avec les ONG thématiques et la Délégation Générale à l'Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion, a lancé la 9e campagne nationale de dépistage du VIH, du 25 novembre au 25 décembre 2019, sous le slogan «le dépistage précoce pour une génération sans Sida».
Cette campagne a pour objectifs de relancer la dynamique du dépistage du VIH. Elle cible à ce titre, la réalisation de 260.000 tests VIH et 67.000 tests syphilis. Ces tests profiteront aux femmes enceintes et leurs conjoints, les patients suivis pour la tuberculose et les patients présentant des symptômes de l'infection par le VIH.
Sont aussi concernés les patients consultant pour infections sexuellement transmissibles, les partenaires et les familles des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), les détenus, ainsi que toutes personnes désirant faire un test VIH, et ce, au niveau des structures de santé publiques, communautaires et pénitentiaires.
Il est à rappeler que le plan stratégique national de lutte contre le SIDA 2017-2021, vise à réduire les nouvelles infections par le VIH de 75%, et la mortalité liée au SIDA de 60% d'ici à 2021, à éliminer la transmission du VIH et de la syphilis de la mère à l'enfant, à réduire la stigmatisation et la discrimination liées au VIH et à améliorer la gouvernance de la riposte nationale à cette maladie.
La 9e campagne nationale de dépistage du VIH, du 25 novembre au 25 décembre 2019, sous le slogan «le dépistage précoce pour une génération sans Sida», incite bien entendu à voir l'avenir sous de meilleurs auspices.
Pour la première fois dans l'histoire du sida, le département de la santé, en collaboration avec le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, et en partenariat avec les ONG thématiques, font tous preuve d'optimisme et gardent espoir de voir dans les années à venir la fin de l'épidémie.
Droits de l'Homme et le VIH/sida
La lutte contre le Sida n'est pas seulement un combat contre la maladie mais aussi un effort pour transformer la société. C'est aussi un combat pour les droits humains.
Le Maroc est l'un des premiers pays de la région MENA à avoir développé et mis en œuvre une stratégie nationale sur les droits de l'Homme et le VIH/sida, en partenariat avec le Conseil national des droits de l'Homme. Ce qui a impulsé une nouvelle dynamique dans la riposte nationale, basée sur les droits humains, l'approche genre et la lutte contre toutes formes de discrimination en matière d'accès aux services.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.