Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces migrants Français au Maroc
Publié dans Albayane le 19 - 12 - 2019

Le Maroc a célébré hier, 18 décembre, la journée internationale des migrants. L'occasion de revenir sur les chiffres du Haut-commissariat au Plan (HCP) sur les migrants au Maroc et dissiper les idées a priori sur la définition du «migrant».
Au cours de la dernière décennie, la présence des Subsahariens s'est accrue dans le royaume. Ce qui a laissé croire que les étrangers venus d'Afrique Subsaharienne constituait l'essentiel des étrangers dans le Royaume. Selon les Chiffres du HCP publiés en octobre dernier, dans son «Rapport national sur la population et le développement», il apparait que le nombre d'étrangers, (ndlr : migrants) au Maroc, s'élève à 84 001 personnes, soit à peine 0,25% de la population marocaine estimée pour sa part à 33,8 millions d'habitants. Un chiffre qui vient contrecarrer les idées selon lesquelles les étrangers sont en très grand nombre dans le royaume, même s'il démontre qu'en comparaison avec le recensement de 2004, l'effectif de la population migrante au Maroc s'est accru de 32566 personnes en 10 ans, soit de 63%.
La même enquête révèle que les ressortissants français sont les migrants les plus majoritaires au Maroc, soit 25,4% de l'ensemble des étrangers. Ils sont suivis par les Sénégalais qui représentent 7%, suivi des Algériens (6,8%), puis des Syriens (6,2%), des Espagnols (4,8%), des Guinéens (2,9%), des Ivoiriens (2,7%), des Libyens (2,4%, 2013) et enfin des Italiens (2,3%).
Si le terme «migrant» est généralement confiné aux étrangers d'Afrique subsaharienne ou de Syrie et d'autres pays du Moyen-Orient, les étrangers originaires d'Europe et qui résident dans le royaume sont communément qualifiés d'«expatriés». Une distinction qui joue sur l'euphémisme, tend à ancrer une inégalité entre Européens et Africains, quand il s'agit de mobilité et qui contribue également à dévaloriser le «migrant». Et pourtant, selon l'Organisation internationale de migration (OIM), le terme «migrant » «désigne toute personne qui quitte son lieu de résidence habituelle pour s'établir à titre temporaire ou permanent et pour diverses raisons, soit dans une autre région à l'intérieur d'un même pays, soit dans un autre pays, franchissant ainsi une frontière internationale».
Si au Maroc, les Européens ne sont pas souvent qualifiés de «migrants», il faut dire qu'il s'agit d'une tendance mondiale. Dans plusieurs pays, les Occidentaux portent l'étiquette d'«expats» pour sortir du lot et bénéficier d'avantages et se différencier de la population étrangère d'un pays. Si dans le fond, la définition sémantique d' «expat» ( personne vivant en dehors de son pays natal» et «migrant (personne venue vivre ou s'établir dans un pays» est presque la même, ils ont revêtu avec le temps différentes connotations. Ainsi, l'expat serait celui qui choisit la mobilité et le «migrant», celui qui subit la mobilité pour différentes raisons (financières, sécurité…).
Ainsi, dans la réalité, même si de nombreux étrangers français au Maroc sont en situation de précarité, en situation irrégulière…, en raison de leur statut d'«expat», ils ne sont pas refoulés, arrêtés…comme les autres migrants.
De telles différences ont contribué avec le temps à ternir l'image de l'acte d'immigration, non seulement au Maroc, mais partout ailleurs. Et pourtant, la migration est un facteur de développement à la fois pour les pays d'accueil et les pays d'origine. Et la percevoir ainsi serait la meilleure manière de célébrer la Journée internationale des migrants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.