Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 609,4 MMDH au 3 mars    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    TPE : un nombre record de faillites en 2020    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Midelt veut exporter sa pomme!
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2019

La région Draa-Tafilalet ambitionne désormais d'exporter sa pomme. Longtemps considérée comme le vivier de la production de pommes au Maroc, la région souhaite conquérir d'autres marchés, en améliorant la compétitivité de sa pomme. C'est dans cette optique que la région a organisé le 17 décembre dernier, le 1er forum de l'investissement dans le secteur pommier. Il s'agit de drainer davantage d'investisseurs pour industrialiser sa pomme et dynamiser le secteur.
Avec une vingtaine de variétés, 17450 hectares cultivés et 400 000 tonnes de pommes produites par an, la région Draa-Tafilalet se positionne comme le principal producteur de pommes au Maroc, soit 60% de la production nationale. Grâce au Plan Maroc Vert (PMV), la région a vu sa capacité de stockage plus que décupler, passant de 4000 tonnes par an à 64000 tonnes par an et compte atteindre les 100 000 tonnes en 2021. La région jouit d'une culture à haute valeur ajoutée estimée à 50 000 dirhams l'hectare, avec un chiffre d'affaires atteignant les 1.17 milliards de dirhams. Sans oublier qu'elle génère de l'emploi pour plus de 60 000 personnes dans la région.
Toutefois, en dépit de son fort potentiel, le secteur de la pomme reste encore inexploité. Comme l'a souligné Jaouah Bahaji, directeur de l'Office national du Conseil agricole, la région compte 35 000 agriculteurs pour moins d'une centaine d'investisseurs. C'est dans cette optique que le forum s'est donné pour objectif de «présenter les opportunités d'investissement dans la filière pommier, exposer les business modèles qui ont réussi au niveau local, national ou international» pour attirer davantage d'investisseurs.
Pour Mohamed Bousfoul, directeur régional agricole de la région Draa-Tafilalet, la région possède d'énormes atouts pour drainer des investissements dans la filière de la pomme. «L'Etat a déjà mobilisé un grand nombre de moyens pour aider les investisseurs dans le cadre des subventions du fond de développement agricole. Nous subventionnons le goutte à goutte, les unités frigorifiques à concurrence de 25%. Nous investissons également dans les tracteurs. Il y a de même des offres proposées par des banques avec des taux d'intérêt attractifs», explique-t-il.
Problèmes de commercialisation et de valorisation
En dépit de son énorme potentiel, le secteur de la pomme a encore du mal à décoller. Et les fellahs peinent à tirer profit de leurs efforts. La raison étant la présence d'un grand nombre d'intermédiaires. Ce qui réduit considérablement le revenu des agriculteurs. A cause de l'insuffisance d'unités frigorifiques de stockage, les pommes sont vendues à 50% de moins de leur prix normal, soit 3 dirhams au lieu de 7 dirhams. « Pour l'instant, ce sont les intermédiaires qui bénéficient, pas les agriculteurs en raison de la production abondante qui a pour conséquence la baisse des prix. L'objectif de ce genre de rencontres, de formations, c'est de sensibiliser les gens à ce genre de problèmes», a expliqué le directeur de l'ONCA. L'objectif est d'augmenter le nombre d'unités frigorifiques, pour accroitre la capacité de stockage qui est actuellement très faible, soit 22% de la production totale annuelle. Ce qui permettra de dépasser le défi du commerce sur pied et favoriser la commercialisation échelonnée.
Il est également question de former les agriculteurs pour s'organiser en coopératives entrepreneuriales pour pallier le défi de la valorisation de leurs produits et mieux en tirer profit. Sans oublier que l'industrie de la transformation de la pomme et ses dérives reste embryonnaire. La région ne compte pour l'heure que deux unités de valorisation (vinaigre et jus), avec des capacités de traitement n'atteignant pas les 100 tonnes.
Problèmes d'export
La pomme marocaine reste circonscrite au marché national. Malgré sa production abondante de 400 000 tonnes annuellement, celle-ci ne parvient toujours pas à conquérir les marchés étrangers. Pour Mohamed Bousfoul, l'un des grands freins à l'export de la pomme marocaine, c'est l'insuffisance d'unités de stockage. «Pour l'export, ce n'est pas encore possible, car nous n'avons pas assez d'unités pour stocker les pommes qui sont des denrées périssables», explique-t-il. «Pour le stockage, nous nous sommes fixés des objectifs de 100 000 tonnes de stockage à atteindre au titre de l'année 2020-2021. Pour cela, nous devons avoir un investissement dans des unités frigorifiques d'une capacité de 36000 tonnes, puisque actuellement nous stockons 64000 tonnes», souligne-t-il. Ajoutant que le coût des unités frigorifiques varie de 12 millions à 15 millions de dirhams (pour 4000 tonnes).
En plus d'augmenter sa capacité de stockage, la région doit investir dans des dispositifs de traitement, de transformation, de conditionnement, de mise en emballage… pour exporter ses pommes. Bien plus, il faut respecter les normes d'exportation, ce qui n'est pas possible actuellement, déclare Mohamed Bousfoul. Pour le directeur régional de l'agriculture, «le secteur de la pomme ne bénéficie pas encore d'investissements lui permettant de disposer d'un produit en mesure de concurrencer le produit étranger».
S'il est indéniable d'exporter la pomme marocaine, pour Bousfoul, il s'agit tout d'abord de satisfaire le marché local. Puisqu'aujourd'hui encore le Maroc importe encore les pommes. «Il y'a une forte concurrence. Nous importons des pommes bombardées de produits chimiques et n'ayant rien à voir avec la qualité de la pomme produite ici», confie-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.