Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Renault, Nissan et Mitsubishi Motors font de l'électrique le nouveau ciment de leur alliance    Projets de développement social et humain : l'Agence Bayt Mal Al Qods débourse un million de dollars    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    CAN 2021 : Le drame du stade d'Olembé, principal événement des huitièmes    CAN 2021 / Les Comoriens, les plus valeureux, les plus sympathiques en huitièmes !    Infantino affirme qu'un Mondial biennale pourrait empêcher la mort de migrants, ses propos choquent    CAN 2021 : Sofiane Boufal complète sa métamorphose avec coach Vahid    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Santé : un nouveau centre de santé à Sidi Moumen    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    USFP : les demandes de report et suspension rejetées, le 11e congrès maintenu    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers de Casablanca, Settat et Berrechid (ONEE)    Météo: fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces du Royaume    Lancement du MCRDV pour encourager la recherche scientifique agricole    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    La Bourse de Paris recule après la Fed    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdallah Laroui: «la crise de l'«Etat-nation est à l'origine de toutes les crises de la terre»
Publié dans Albayane le 13 - 01 - 2020

En ces temps froids où la médiocrité et les discours populistes pullulent, le monde a besoin plus que jamais de l'esprit critique, de la réflexion lucide et de la pensée éclairée. À la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, une conférence inaugurale a été donnée, mercredi 8 janvier, par l'historien, essayiste et romancier, Abdallah Laroui, à l'occasion de la création, en collaboration avec l'Institut du monde arabe à Paris, d'une Chaire portant son nom.
Hommage à l'école Laroui…
Ce fut un événement mémorable ayant rendu hommage à la pensée d'un homme aux multiples facettes, Abdallah Laroui. «Le but de cette Chaire n'est pas le déploiement d'une idiologie, mais l'étude des questions actuelles et renouvelées.», a-t-il souligné dans son intervention à l'issue.Et d'ajouter : «Cette Chaire est un espace pour la recherche, l'étude et les débats autour des concepts et des problématiques évoqués ces dernières années et qui sont liés à mon nom. C'est un espace qui mettra à la disposition des chercheurs : les références, les preuves et les documents qui aideront et contribueront à l'éclaircissement et l'évaluation des analyses et des théories que j'avais proposées, et qui sont relatives à l'Histoire, à l'évolution , à la progression, à la régression ,à la continuité et à la rupture, au rationalisme, à l'irrationalisme, à l'indépendance, à la dépendance, à la langue et au dialecte, à l'Etat, de l'anarchie, à la culture, au folklore et d'autres questions d'actualité».
Au cours de cette rencontre, l'historien qui avait souvent présenté ses idées sous forme de questions-réponses (démarche dialogique) a mis la lumière sur les grandes étapes de son parcours de penseur et d'historien ainsi que sa démarche et sa formation intellectuelle. Certes, chaque intellectuel a ses maîtres et ses références. Dans cette optique, Laroui n'a pas manqué, dans un amphithéâtre archicomble de l'université, de faire un clin d'œil au contexte qui a vu naitre ses concepts et réflexions liés à sa vision et son cheminement de pensée.
Philosopher ou penser, c'est questionner, interroger les sens, les essences, les concepts et les évidences. Pourtant, les idées d'Abdallah Laroui suscitent à chaque fois des débats, mais aussi des divergences. C'est ainsi la tâche de la réflexion ! «Mes idées n'étaient pas toujours un lieu de convergence. », a-t-il déclaré. «Je ne confond pas mon travail de professeur à l'université et mon métier d'intellectuel», a-t-il ajouté.
La fin de l'«Etat-nation»
Dans son intervention, l'intellectuel a mis l'accent sur l'Etat national et l'«Etat-nation », des concepts qui l'ont habités et abordés dans ses travaux. «Certains disent que toutes mes théories sur l'historisation, le sous-développement, la rupture, la réforme, se sont basées sur le concept de l'«Etat-nation». Mais, aujourd'hui, dans la société actuelle, que signifie l'Etat national que nous voyons un peu partout dans le monde, et qui est en train de se détruire ?», s'est il interrogé. Selon lui, «toutes les crises de la terre se résument dans la dissolution de «Etat-nation». L'appartenance aujourd'hui, a-t-il affirmé, est une appartenance à la secte, à la tribu et non à l'Etat comme il était représenté dans la France de la révolution. Pour lui, l'avenir sera probablement au pouvoir tribal ou encore aux «fédérations fragiles».
Le retour d'Ibn Khaldoun…
«J'espère que l'âme d'Ibn Khaldoun soit avec nous dans cette salle.», a-t-il déclaré sous les applaudissements chaleureux de l'assistance. C'est un philosophe, dit-il, qui a accordé une grande importance à la transcription. C'est-à-dire, la transmission d'une culture orale à une culture écrite. Un philosophe actuel dont les pensées et les idées inspirent et interpellent les historiens et penseurs des temps modernes.
«Notre retard est dû au blocage sur ce point. C'est-à-dire, qu'on estimé qu'il n'aura pas une autre révolution après celle de la transcription. Pourtant, on n'a pas fait attention à ce qui s'était passé en Europe au milieu du 15e Siècle. Notamment avec l'invention de l'imprimerie qui a été comme une révolution de transcription transcendante.», a-t-il précisé.
Par ailleurs, Abdallah Laroui a rappelé que les asiatiques étaient prêts à la révolution moderniste en inventant un genre d'imprimerie (une machine à photocopier). Ce qui explique leur réussite. «Il y a un retour en force de la culture orale dans le monde actuel. Or, le livre vit une véritable crise.», a-t-il indiqué.
Ainsi, la révolution technologique et numérique est une suite ou continuité de la révolution de l'imprimerie, poursuit-il. En outre, l'auteur de «L'Idéologie arabe contemporaine », «Esquisses historiques», «Le nationalisme marocain» a évoqué le côté réaliste et pragmatique de la pensée d'Ibn Khaldoun. «Dans le monde d'aujourd'hui: que signifie-t-il la réalité?», s'est-t-il posé la question. «Dans la plupart du temps nous préférons et nous nous attachons à l'illusion.», a-t-il répondu.
Le virtuel, le réel, la traduction… des questions toujours d'actualité!
La pensée d'Abdallah Laroui, un penseur qui écrit avec les deux langues arabe et française, s'arrête sur des questions et des concepts qui ont traversé les réflexions entre autres «le retard historique», «la modernité et le modernisme», «l'Etat», «l'Islamisme», «le Libéralisme», «l'Histoire»… Les temps passent, les contextes changent, et les philosophies évoluent. Cependant, d'autres problématiques surgissent et remontent de nouveau à la surface.
Aujourd'hui, l'alphabétisation numérique est plus pire que l'alphabétisation classique, a-t-il fait savoir. La réalité virtuelle actuelle qui nous surprend et nous inquiète fait partie des résultats de la science expérimentale ou une invention des charlatans de Moussa ?, a-t-il demandé. A vrai dire, se poser, parfois, de bonnes questions, mieux qu'en trouver de mauvaises réponses. La question de la traduction n'est pas en reste des sujets abordés par Laroui. «Il y a des philosophies qui se construisent sur un seul concept ou un terme. En effet, avant la traduction, il y a une interprétation du sens», indique-t-il.
En contrepartie, l'intellectuel a mis la lumière sur la fausse traduction et désorientée qui pourra être trompeuse. La traduction est importante pour relire et repenser certains concepts et questions avec de bonnes lunettes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.