Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mon berbère à moi
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2020

En musique, on dit qu'il faut avoir l'oreille fine pour apprécier les airs, les mélodies et les notes subtiles de tel ou tel instrument joué en solo ou en orchestre.
Pour moi, les langues parlées ont le même effet et les mêmes secrets. Si les intonations de celles qui nous ont été apprises, nous paraissent aujourd'hui anodines, comme l'arabe, le français, l'anglais ou l'espagnol, je reste toutefois subjugué par les langues que je ne comprends pas et dont je cherche en prêtant l'ouïe auprès de ceux qui les manient, les mystérieuses notes chargées de mélodie, d'histoire et de richesse culturelle.
Tendre l'oreille à l'Italien, au portugais, au japonais ou même au wolof, c'est écouter un chant ondulant et plaisant. Le russe, ou l'allemand révèlent tout autant de tonalités captivantes.
Bizarre, cette attitude d'espionner deux personnes communiquant entre elles, sans se soucier du contenu de leurs échanges, mais juste du plaisir à capter les sons d'une langue que l'on reconnaît, mais que l'on n'arrive pas à déchiffrer. Je suis davantage frustré lorsque la discussion dégage de la joie et provoque des rires engendrés par une histoire certes amusante, mais encore plus drôle car racontée dans l'intelligence et la finesse de la langue originale. Comment ne pas ressentir une profonde amertume pour ne pas avoir appris une telle langue?
Ce sentiment a toujours été présent chez moi quand il s'est agit de la langue berbère dans ses diverses formes, notamment celle de l'Atlas que j'ai longtemps écoutée en côtoyant mes nombreux amis du collège et du lycée, ou en se frayant un chemin au souk hebdomadaire mitoyen à ma ville de résidence, tout comme celle du Souss que j'ai découverte d'abord chez notre cher épicier avec son célèbre « Manzakine », mais surtout auprès d'autres amis constitués par la suite au gré de mes pérégrinations. Ma pensée va aussi à ces chanteurs des restaurants d'Aourir dans la région d'Agadir gratifiant les clients d'une sobre mélodie berbère au violon typique du bled. Si ces humbles ténors ont souvent contribué à donner au tajine un goût du terroir, ils ont également suscité mon envie de décortiquer cette langue avec le même appétit.
Mais à ma grande désillusion, je me sens toujours lésé du fait de ne pas avoir appris cette langue, ou plutôt du fait qu'elle ne nous ait pas été enseignée. J'aurais tant aimé que des cours privés de berbère aient pignon sur rue, ouverts à ceux qui souhaitent se familiariser avec cette langue, non pas, à la limite pour la maîtriser, mais au moins pour s'en servir comme clef ouvrant le sésame d'une autre partie de nous-mêmes. Comment des berbères parlent t'ils la langue arabe et moi pas le berbère ? Une question qui m'a taraudé longtemps et participé à lester ma pauvreté linguistique.
Mais quel plaisir d'écouter deux personnes converser dans cette langue. J'en tire un sentiment de fierté en pensant à la richesse culturelle de notre peuple et à sa diversité que nombreux militants des temps modernes semblent oublier, en mettant dos à dos, si ce n'est les origines des marocains, au moins leur appartenance communautaire, dans un triste remake des terribles dérives de l'histoire humaine.
Alors, pour apprécier davantage cette langue, je me délecte de temps à autre, à écouter des chansons berbères d'autant, à la radio comme sur le web, venant du haut de nos montagnes 2
ou de la plaine du Souss, comme pour soigner mon handicap linguistique en captant les joies et les tristesses de l'amour et de la vie, portées par les cordes vocales de divas et raïs berbères, mais aussi par les sonorités d'instruments de musique qui donnent l'impression de vouloir se hisser au niveau des voix et des tonalités de cette langue ancestrale bien de chez nous.
Ainsi est mon histoire avec cette langue. On ne se parle pas, mais on se connait et on se comprend à notre manière. C'est l'essentiel!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.