Comment les ménages de l'informel peuvent bénéficier de l'aide du gouvernement    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 345 cas, 23 décès    Global Engines fait don de 25 ambulances Hyundai    La médecine militaire à la rescousse    La valeur ajoutée de la médecine militaire    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    La DGI présente les mesures de report des échéances fiscales    2 MMDH pour le renforcement du dispositif médical    Une palette de mesures pour alléger l'impact du déficit pluviométrique    Intelaka : BCP a déjà financé 373 dossiers pour 65 MDH    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Coronavirus : Fine Hygienic Holding et Dislog Group offrent des produits d'hygiène    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Etat d'urgence sanitaire: Maroc Telecom pleinement mobilisé    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Botswana: un Marocain de 23 ans attaqué par un éléphant    Coronavirus : Tour d'horizon des mesures prises dans le monde    Le premier ministre britannique testé positif au Covid-19    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Services marchands non financiers et commerce de gros : Les chefs d'entreprises moins confiants    Abdelhak Nouri se réveille après 2 ans et 9 mois passés dans le coma    A Berrechid : 88 flacons de faux désinfectants saisis    Coronavirus au Maroc: “Damane Oxygene” pour appuyer les entreprises impactées    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Enseignement: vers une année blanche au Maroc ?    Coronavirus - USA: Ce que prévoit le vaste plan de relance    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Réunion virtuelle du G7    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    Notes virales… en attendant qu'elles deviennent vitales    Mali : le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé a bel et bien été enlevé    Nouvelle-Zélande : le tueur des mosquées plaide coupable    Marrakech : La Fondation Jardin Majorelle adhère aux efforts visant la lutte contre le Coronavirus    Le coronavirus arrive au Mali, Boubacar Keïta annonce l'état d'urgence sanitaire    La croissance annuelle des coûts de la main d'œuvre ressort à 2,4% dans la zone euro    Driss Lachguar salue la vision proactive de S.M le Roi, la responsabilité des citoyens et la mobilisation des institutions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'année Amazigh à Agadir: Une célébration de liesse et de fierté
Publié dans Albayane le 20 - 01 - 2020

A l'occasion de la célébration de la nouvelle année amazighe 2970, l'association Taifoute à Aourir, commune rurale sise à la province d'Agadir Ida Outanane, a tout d'abord, tenu une conférence culturelle autour du thème : «L'amazighité, quel dessein?».
Ont pris part à cette rencontre/débat, d'illustres cadres en la matière, en l'occurrence, Mohammed Akounad, Mohammed Blilid, Rachid Hahi et comme modérateur l'universitaire Mohamed Sgenfel. Cette conférence qui s'est déroulée à la maison des jeunes d'Aourir, abordait la situation de la langue amazigh et le diverses évolutions qui l'ont marquée. Prenant la parole à ce sujet, Mohammed Blilid a relaté que la naissance du mouvement Amazigh fut considéré comme une réaction contre l'effet de l'exclusion de la langue et de la culture amazighes, depuis l'indépendance.
Et de poursuivre que ce mouvement s'est amélioré au niveau du discours et des mécanismes de travail, à travers le mariage de l'action axée sur l'aspect idéel/culturel et de l'action menée sur le terrain. Dans ce sens, il indiquait que le mouvement Amazigh est passé du stade de la revendication de la reconnaissance de la langue et de la culture à la réclamation du développement par la participation à la fronde du Rif, ainsi que la lutte contre l'expropriation des terres dans le Souss. Par ailleurs, le chercheur a affirmé que l'Etat a réagi à ces actions, selon le contexte, tel que la réaction de l'institut royal de la culture Amazigh en 2001 et l'officialisation constitutionnelle de la langue en 2011.
Pour sa part, Mohamed Akounad a estimé, lors de son intervention, que ce préambule juridique est important pour préserver la langue et la culture Amazighes, mais reste insuffisant si l'on exclut l'aspect social. En fait, les familles sont appelées aujourd'hui à se les approprier, sans perception de mépris.
De même, l'intervenant a convié les intellectuels à écrire de la poésie, du théâtre, du roman et la nouvelle en tamazighte, tout en insistant sur l'importance de l'action à laquelle s'attelle l'alliance Tirra à ce propos. D'autre part, il tire l'attention de l'assistance que le taux rendu public par l'Etat, relatif aux amazighophones ne dépassant pas 27%, est un constat très dangereux et interpelle aussi bien l'Etat que la société. En conséquence, il exhorte de mettre en place une politique culturelle claire, en vue de sauvegarder les langues et les cultures marocaines.
De son côté, Rachid Hahi disait que la langue Amazigh a franchi de grandes étapes, au tel point qu'elle est parvenu à décrocher sa constitutionnalité en 2011. C'est un acquis d'une haute importance dans le sillage de la démocratisation de l'Etat et de la société. Par la suite, l'enseignant chercheur s'est penché à l'analyse de l'article 5 de la constitution et les problématiques s'y afférent, avant de passer à l'analyse des deux l'os organiques inhérentes à l'intégration de l'amazighité dans la vie publique, ainsi que le conseil national des langues et de la culture marocaine.
A cet égard, il considère que la dernière loi constitue une menace pour les acquis de l'amazighité, car on se dirige vers l'annulation de l'institut royal de la culture Amazigh dans sa présente version et son annexion au conseil national des langues de la culture marocaine. D'autant plus que l'amazighité est, dans cette étape, au stade de l'institutionnalisation et, par conséquent, il est nécessaire de garder l'institut pur lui permettre de jouer ce rôle. De même, Rachid Hahi a appelé à la nécessité de doter la langue Amazigh de tous les moyens humain, technique et financier, susceptibles d'activer l'aspect officiel de l'amazighité.
Le lendemain, l'association a procédé à la célébration de l'an Amazigh, par l'organisation d'une cérémonie de chants et danses du patrimoine local, animée par des chantres et ensembles de la région, ainsi que des séances d'hommage de reconnaissance en direction de certaines compétences locales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.