Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Parlementaires enquêtent sur les marges des banques
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2020


Pratiques anti-concurrentielles
L'activité des établissements de crédit est encore une fois sous la loupe. Malgré la supervision et les contrôles permanents de Bank AL Maghrib et en dépit d'une réglementation prudentielle et un cadre réglementaire très rigoureux, cela semble ne pas suffire pour qu'une mission d'enquête parlementaire soit constituée et qu'une convention de coopération entre la banque Centrale et le Conseil de la Concurrence soit signée au même moment que la commission d'enquête.
Les performances des banques marocaines animent la polémique et suscitent des interrogations. Le niveau des marges bénéficiaires et celui des commissions bancaires appliquées par le secteur est jugé excessif et même non corrélé par rapport à l'évolution des indicateurs de performance de l'économie nationale en générale. Les problématiques concurrentielles liées à l'activité bancaire sont également à l'ordre du jour.
La signature d'une convention la semaine dernière entre la BAM et le Conseil de la concurrence vise à mettre en place les modalités pratiques qui favorisent plus de concertation concernant les sujets d'intérêt commun. La dite convention dicte aussi le respect par les établissements bancaires des normes et pratiques concurrentielles appropriées. Ainsi, en plus de la régulation sectorielle opérée par la Banque Centrale, le Conseil de la concurrence exercera sa mission de contrôle et de régulation concurrentielle sur l'ensemble des activités bancaires.
La signature de la convention entre les deux organismes qui a, en effet, coïncidé avec l'activation d'une commission d'enquête parlementaire sur le secteur bancaire est-elle fortuite ? Les performances des banques de la place dans une conjoncture économique qualifiée de plus au moins morose attisent autant de critiques. La fiche technique de la commission parlementaire comporte une série de questionnement, notamment sur le rôle du secteur bancaire marocain dans le financement de l'économie nationale.
Notamment des PME et PMI et dans la mobilisation de l'épargne nationale. La fiche technique s'interroge sur les bénéfices importants réalisés par les établissements de crédit au moment où les dépôts bancaires chutent et où la croissance économique peine à retrouver son trend croissant et le déficit budgétaire s'alourdit davantage et le niveau de la dette s'aggrave d'une année à l'autre.
Le financement de l'investissement préoccupe aussi les parlementaires autant que le rôle citoyen des banques. Comment interviennent-elles pour promouvoir l'emploi ? Pourquoi certaines banques marocaines réalisent des marges bénéficiaires plus élevées que les banques mères à l'étranger ? Quid aussi des pratiques concurrentielles ou anticoncurrentielles qu'exercent les banques ? Dans quelle mesure les banques marocaines respectent-elles les règles de transparence et de bonne gouvernance ? Autant de questions parmi tant d'autres auxquels la commission d'enquête parlementaire devrait répondre dans son rapport final.
La commission parlementaire interpelle donc les établissements de crédit pour plus d'engagement et d'adhésion dans la dynamique de développement économique et dans le financement des activités productives créatrices d'emplois et à forte valeurs ajoutée.
L'idéal serait de dépêcher autant de commissions parlementaires d'enquête dans d'autres secteurs (Télecom, aéronautique, informatique, agroalimentaire, hydrocarbures…) qui, à priori, réalisent des bénéfices hors normes et qui échappent à toute régulation ou respect de réglementation prudentielle ou de pratiques concurrentielles… Le nouveau modèle de développement doit recenser aussi les secteurs à forte valeur ajoutée qui n'exclue pas la dimension citoyenne!
Fairouz El Moiden
***
Le secteur bancaire marocain se compose de 86 établissements de crédit dont 24 banques (19 conventionnelles et 5 participatives) indique la fiche technique de la mission d'enquête parlementaire. Les sociétés de financement sont au nombre de 32. Les banques offshores s'élève à 6 et les associations de micro crédit totalisent 13 structures. Le secteur comprend également 9 sociétés de transfert d'argent et 6388 agences bancaires, 7025 guichets automatiques et 1405 agences bancaires à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.