Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2020

Nabil Benabdallah: «Le vide politique menace d'un dérapage incontrôlable»
Les militantes et les militants de la commune de Rissani, relevant de la province d'Errachidia, dans la région Drâa Tafilalet, ont vécu, dimanche dernier, des moments mémorables, en compagnie d'une forte délégation de la direction nationale du PPS, conduite par son Secrétaire Général, Mohamed Nabil Benabdallah.
Cette visite aux confins des sites historique de Sijilmassa et de Moulay Ali Charif, qui s'insère dans le cadre du congrès régional constitutif du parti du livre, aura marqué ce bon bout de terre du sud-est du royaume, par l'interactivité qu'elle a suscitée auprès d'une population fort enthousiasmée.
La séance matinale a été consacrée exclusivement au volet organisationnel, au terme duquel les membres du conseil régional on élu à l'unanimité le camarade Mohamed Benyoussef, président de la commune Alnif, en tant que secrétaire de la nouvelle section de la région Drâa Tafilalet.
En fin d'après midi, un imposant meeting, présidé par le SG du parti, a eu lieu, en présence d'une forte assistance, Omar Zaïm, ex-député et vice-président du conseil régional. Il a mis en exergue les diverses réalisations accomplies dans la ville, pendant l'ancien mandat communal. «Les acquis dont se vante aujourd'hui notre cité, à travers des faits concrets et parlants d'eux mêmes, étaient l'œuvre de nos efforts consentis, lors de notre présente à la tête de la commune.
A présent, on n'a, hélas, que la nostalgie de ce paysage édifiant !» a dit l'intervenant, tout en énumérant, exemples et chiffres à l'appui, les multiples performances réalisées par l'ancienne équipe à la tête de la commune.
Enchaînant sur ce même registre, Nabil Benabdallah n'a pas manqué de mettre l'accent également sur ces prouesses non sans douleur, tout en évoquant la notoriété historique de cette contrée symbolisant un passé des plus éloquents. Avant de passer à l'analyse de la situation politique actuelle, surtout depuis, le dernier remaniement ministériel.
Politique : une absence exaspérante de la confiance
«Nous avons été contraints de quitter le gouvernement car nous avons estimé que notre présence en son sein était dépourvue de sens, vu son état manifestement insensé. D'autant plus que nous avions, à maintes reprises, mis en garde de cette déficience et que l'image qu'elle en ressort était et est toujours celle de la permanence de frictions conflictuelles entres certaines de ses composantes !», déplore-t-il, tout en révélant la présence terne et atone de l'Exécutif sur la scène politique nationale.
Par ailleurs, le leader du parti n'a pas manqué, non plus, d'aborder la situation actuelle du pays, marquée, selon lui, par une vague de tourmentes qui illustre une absence exaspérante de la confiance, accordée aux politiques, en général et à l'Exécutif en particulier, par les différents milieux de la société, notamment parmi les couches déshéritées.
Apporter des solutions démocratiques aux expressions populaires
«On ne peut point traiter les problèmes de la nation par la répression et les procès intentés contre les expressions spontanées des citoyens et des jeunes lycéens. Certes, tout dérapage est condamnable, mais les manifestations, exprimées par-ci et par-là, ont des raisons plus profondes qu'il va falloir dénicher et leur apporter des solutions démocratiques.
Le traitement le plus judicieux de ces questions ne serait autre que la mise en place des réformes authentiques et de la réconciliation complète avec le peuple, tout en élargissant davantage les marges de la liberté d'expression et la valorisation de l'action politique», poursuit-il, tout en signalant que le vide politique ne peut que générer des dérapages incontrôlés.
Le contournement de cette crise de confiance et de la désaffection régnante, indique-t-il, nécessite impérativement une nouvelle génération de réformes et un nouveau souffle démocratique, dans le cadre de la stabilité, axés avant tout sur la démocratie réelle et la justice sociale et spatiale. D'où la pertinence et l'actualité du slogan du présent congrès régional «Point de développement sans démocratie ni justice sociale et spatiale !».
Régions : l'élément humain et l'équité au niveau des revenus et de l'emploi
Dans le même ordre d'idée, l'orateur a précisé que si «nous voulons promouvoir les régions, il est indispensable de développer inéluctablement l'élément humain et de procéder à une équité au niveau des revenus et de l'emploi». Cela exige le relèvement substantiel de l'économie pour éviter l'invasion excessive des produits étrangers, à l'image des assauts turcs dans ce sens, tout en combattant les effets de la corruption, de la rente, de la dépravation, du déficit administratif…
«Nous continuons à dire non si la démarche est anti-populaire et à soutenir toute mesure en corolaire avec l'intérêt suprême», réaffirme-t-il à cet égard. Pour ce faire, il faudra continuer à organiser des rencontres publiques de mobilisation pour assurer la médiation édifiante et concrétiser les dispositions positives de la Constitution. Et de conclure que la promotion de la culture en général et de l'amazighité est une nécessité absolue.
Et si le travail de la commission spéciale du modèle de développement semble aboutir, il n'en demeure pas moins que la mise en avant de ses conclusions reste tributaire de compétences susceptibles de mener à bien ce chantier national d'envergure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.