Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…
Publié dans Albayane le 16 - 02 - 2020

Après avoir été acculé par les Italiens, regroupés pour la plupart derrière le mouvement des «Sardines», à se ranger dans l'opposition, Matteo Salvini, le patron de la Ligue (extrême-droite), a vu, ce mercredi, son immunité levée par le Sénat après qu'un tribunal de Catane l'eut accusé, d'avoir fait preuve, l'été dernier, d'«abus de pouvoir» et de «séquestration de personnes» alors qu'il était encore ministre de l'Intérieur, en ordonnant le blocage pendant près d'une semaine de migrants qui se trouvaient à bord du «Gregoretti», un navire des gardes-côtes italiens, dans l'attente de leur accueil par d'autres Etats de l'UE.
Pour rappel, le 25 juillet 2019, après que plus de 110 migrants avaient disparu dans un naufrage au large de la Libye, le «Gregoretti» qui avait pris à son bord quelques 140 migrants secourus par les garde-côtes italiens s'était vu refuser l'autorisation de les débarquer sur les côtes italiennes sur l'ordre de Matteo Salvini alors ministre de l'intérieur.
Mais même si la suppression, par le Sénat, de la protection juridique dont bénéficiait Salvini en tant qu'ancien ministre est un feu vert ouvrant la voie à un procès pour «abus de pouvoir» et pour «séquestration de personnes» où ce dernier encourt jusqu'à quinze années de réclusion, le patron de la Ligue, qui ne l'entend pas de cette oreille, a lancé aux sénateurs : «Je n'irai pas dans cette salle de tribunal pour me défendre, j'irai pour revendiquer avec orgueil ce que j'ai fait» leur rappelant par là que c'était son «devoir», en tant que ministre de l'Intérieur, de défendre les frontières du pays.
Usant d'ironie, il lancera même à l'assistance que ses « deux enfants ont le droit de savoir que, si leur papa était souvent loin de la maison, ce n'était pas pour séquestrer des personnes, mais pour défendre les frontières et la sécurité du pays» avant d'ajouter que «les adversaires doivent être battus dans les urnes, pas dans les tribunaux».
Persuadé d'avoir oeuvré dans l'intérêt de la nation, ce renvoi en justice n'est, pour l'ancien ministre souverainiste de l'intérieur, qu'une étape dans sa stratégie de reconquête du pouvoir. Aussi entend-il impliquer le Premier ministre d'alors, Giuseppe Conte, en affirmant que le blocage en juillet 2019 du navire des garde-côtes italiens était une décision collective de son gouvernement. Or, chercher à faire endosser, au chef du gouvernement, la responsabilité de cette «séquestration» est une simple fuite en avant, car en juin 2019, soit un mois avant les faits, Salvini avait fait approuver un décret-loi renforçant ses pouvoirs où il était expressément stipulé que «le ministre de l'Intérieur peut limiter et interdire l'entrée, le transit ou l'arrêt des navires dans les eaux territoriales pour des motifs d'ordre et de sécurité publics».
Pour sa défense, le patron de la «Ligue» rappellera qu'en août 2018, 177 migrants se trouvant à bord d'un autre navire des garde-côtes italiens, le «Diciotti», étaient restés confinés dans cette embarcation pendant plusieurs jours sur décision collégiale du gouvernement; ce qui, à l'époque, avait permis au Sénat de bloquer une demande de renvoi en justice contre Salvini.
Mais, en tout état de cause, il semble que les ennuis de l'ancien ministre italien de l'intérieur n'aillent pas s'arrêter à la seule affaire du «Gregoretti, puisqu'une commission du Sénat sera appelée à statuer le 27 février prochain sur une autre demande de renvoi en justice le concernant et ayant trait au navire humanitaire «Open Arms» qui, à la mi-Août 2019, était resté bloqué durant plusieurs jours au large de l'île italienne de Lampedusa sur ordre de Matteo Salvini.
Enfin, vu la lenteur de la justice italienne et les différentes possibilités de recours qui s'offrent à lui, Matteo Salvini devra attendre longtemps encore avant d'être fixé sur son sort. Quelles seront alors les suites immédiates de cette levée de l'immunité parlementaire du patron de l'extrême droite italienne ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.