Diffusion de fausses informations sur des cas présumés d'infection : Deux filles arrêtées à Tanger    Bank Al Maghrib: Adoption de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles    Coronavirus : 120 nouveaux cas en 24 heures, 479 au total    OMS : des prévisions inquiétantes pour le Maroc ? C'est faux !    Gestion de la relation client : Webhelp répond aux fake news    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-2019: un peu de souffle pour le MASI    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Des médecins militaires appelés à la rescousse à Tiznit, Tan Tan et Taza    Appui de l'Union européenne au Fonds spécial pour la gestion du Covid-19    La capacité litière de réanimation passera à 3.000 unités sous peu    La Fédération royale marocaine de handball donne 200.000 DH    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Une journée mondiale du théâtre pas comme les autres    Coronavirus : lourd bilan en Espagne, avec 838 morts en 24 heures    Banque Populaire : les crédits immobiliers reportés pour les personnes impactées    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    McDonald's sert quotidiennement des repas gratuits    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»
Publié dans Albayane le 24 - 02 - 2020

Un intellectuel prolixe, prolifique, immortel et universel. Abdelkébir Khatibi, décédé le 16 mars 2009 à Rabat, demeure à travers ses écrits et ses livres dans la mémoire des lecteurs et chercheurs d'ici et d'ailleurs.
En hommage à son parcours et son œuvre singulière, Toubkal Editions vient d'éditer dans sa collection ‘'Repères'' un ouvrage collectif intitulé «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi» sous la direction du poète et professeur universitaire, Abdelghani Fennane.
«Un ouvrage à la mémoire de Abdelkébir Khatibi, un hommage posthume, à l'écrivain et au penseur radical qu'il est, au nom aussi de l'amitié et de la filiation de l'esprit. Il s'agit de voir ce qui de son œuvre bat en nous comme un souffle inépuisable, ce qui du feu initial de son chant s'est transformé en nous en une «passion froide» qui a œuvré dans différents lieux de savoir et de création, mais qui ravive encore notre imaginaire et notre critique, ouvre un horizon de pensée sans fin : pensée-autre, double critique, bi-langue, intercontinent littéraire, bi-pictura, intersigne, aimance…», soulignent les initiateurs de cet ouvrage. Et d'ajouter: «Trois générations d'auteurs ont participé à cet ouvrage qui, par un autre parti pris, questionne l'oeuvre théorique, philosophique, critique et politique de Abdelkébir Khatibi».
Un grand nom de la littéraire, de la sociologie et de la pensée, les réflexions e les publications d'Abdelkébir ont incontestablement enrichi le paysage culturel, littéraire, artistique, sociologique et philosophique marocain. Ainsi, pour mettre les lumières sur sa pensée plurielle et à avenir. Et pour mettre des éclairages sur son héritage et son œuvre complète, plusieurs plumes y ont apporté leurs regards entre autres Abdesslam Benabdelali, Abdelmajid Benjelloun, Rachid Benlabbah, Jalil Bennani, Mohammed Bennis, Moulim El Aroussi, Abdelghani Fennane, Marc Gontard, Mourad Khatibi, Hassan Laghdache, Mohamed Maouhoub, Hassan Moustir, Abdallah Saaf, Khalid Zekri. Pour ce qui est des photographies, elles ont été assurées par Jamal Benabdeslam, Mona Martensson, Alexia Mione sans oublier les dessins calligraphiques de Noureddine Daïfallah.
«Il n'est pas mort celui qui vient de l'avenir. Son absence est auréole. Son silence est susurrement infini au milieu de la nuit, de l'autre nuit dont l'ombre est le gage de l'éternité des dieux. Sa disparition, un simulacre auquel il nous a habitués à travers ses départs, ses dédoublements, ses dérives et ses multiples réincarnations.
Le temps habillera sa mémoire de l'étoffe de l'Ancien. La mauvaise herbe de l'oubli jamais ne couvrira son nom. Derrière le rideau où son visage s'absente, il nous parle, il continue à nous parler, dans sa double langue, avec ce langage des signes dont il a tatoué son corps orphique: calligrammes, poèmes, fragments… Son corps qu'il a disséminé, en offrande, parmi les différents champs de savoir», décrivait Abdelghani Fennane sur Abdelkébir Khatibi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.