Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Rabat: La majorité des cliniques désertées    Les investissements étrangers en baisse de 19,5% à fin février    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Les réserves des centrales syndicales    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Evacuation du plus grand marché de Laâyoune    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Solidarité nationale : le Groupe CAC contribue à hauteur de 50 millions de DH    Coronavirus : 638 cas confirmés dont 37 décès et 26 guérisons ce mercredi à 13h    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Maroc: voici le dernier délai pour renouveler votre assurance auto    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Coronavirus: les deux prochaines semaines seront “douloureuses”, selon Trump    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les souvenirs du séisme d'Agadir!
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2020

Le désormais centre du pays s'apprête à commémorer, le 60eanniversaire du tremblement de terre, dans la piété et le recueillement.
Un culte de dévotion aux martyrs qui ont péri sous les décombres, il y a bientôt six décennies, jour pour jour. Plus de 15 000 âmes avaient succombé, soit plus du tiers de la population à l'époque, et plus de 25 000 blessés. Jamais le royaume n'eut connu pareil drame qui eut endeuillé toute une génération en quinze secondes.
Pour rendre un vibrant hommage posthume à ces victimes ensevelies sous les ruines, la commune en compagnie de maints partenaires dont en particulier la Wilaya de Souss Massa est en passe de mettre sur pieds une panoplie d'activités aussi variées qu'attachantes, marquées aussi par une touche saisissante de la société civile, de tout acabit.
Seuls des vestiges éparpillés sur la cime de la citadelle ou sur les versants et les hameaux des anciens quartiers anéantis tels Founty et Talborjt, sont toujours témoins de cette hécatombe dont les haillons sinistres planent encore sur les horizons.
Cette célébration mémorable, peut-être plus émouvante cette année encore, la communauté du Souss met les bouchées doubles afin de donner à ce souvenir toute l'intensité et surtout la compassion authentique qui anime la mémoire collective.
Depuis l'an 1960, les réminiscences frémissantes ne font que revigorer les générations qui se suivent, en pérennisant cette pensée indélébile des disparus sous les déblais, mais aussi les rescapés qu'on appelle communément les «sinistrés» et qui se comptent, aujourd'hui par quelques survivants ayant vécu les affres de ce cataclysme tragique.
Au-delà des souvenirs qui, sans doute se bousculent dans les esprits vierges des présentes générations, on se focalisera sur la situation actuelle de la ville, en termes d'urbanisation et de prospérité des citoyens. Un souci promotionnel qui taraude les décideurs en charge des destinées de la ville.
De même, on aura, à coup sûr, prêté une attention toute particulière à l'aménagement de la Kasbah qui incarne, sans conteste, le symbole patrimonial le plus marquant de l'histoire de la contrée. Un coup de cœur qui conviera les intervenants de la restauration de ce site à raviver toutes les énergies pour ressusciter la vue au sein de ce fleuron historique dont le plan de développement urbain, initié récemment par le Souverain, avait jeté les éclairages nécessaires. Sur ces faits concrets, le séisme d'Agadir ne sera plus qu'un moment de méditation éphémère sur l'esprit divin des morts, de cette ramadanienne du 29 février 1960.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.