Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…
Publié dans Albayane le 01 - 04 - 2020

C'est la peur au ventre que, ce dimanche, les Maliens ont pris la direction des bureaux de vote pour élire les 147 députés qui devront constituer leur nouvelle Assemblée nationale qu'ils voudraient plus légitime que la précédente dont le mandat est venu à expiration en 2018 mais dont le renouvellement avait été reporté à plusieurs reprises.
Si, ce lundi 30 mars, aucun chiffre officiel concernant la participation au scrutin de la veille n'était disponible, il est sûr que la participation à ce premier tour de l'élection législative a été faible du fait, notamment, des perturbations liées aussi bien à la crise sanitaire mondiale du coronavirus qu'aux violences jihadistes qui s'exercent en dépit de la présence des forces françaises et de l'ONU.
Le scrutin de ce dimanche n'ayant pas pu se tenir dans certaines parties du territoire malien en proie à ces violences quasi-permanentes qui ont très souvent débordé sur le Niger et le Burkina Faso voisins, 274 bureaux de vote sur un total de 12.500 sont restés fermés alors qu'à Boni, des hommes ont saccagé un bureau de vote et à Kigali, des observateurs, ont été pris à partie par des hommes armés qui les ont empêché d' accéder au bureau de vote qu'il devaient contrôler.
«Ils nous demandent d'aller voter alors qu'on utilise tous le même stylo et la même encre. Il n'y a pas un mètre entre les gens !» s'émeut cet habitant de Bamako qui, pour éviter d'être contaminé, a préféré rester chez lui.
D'ailleurs, à en croire Aminata Touré de l'ONG Travaillons pour un Mali propre», «si dans certains centres, le matériel a permis de respecter les mesures sanitaires, il est clair que, dans de nombreux autres, les gestes barrières n'ont pas été respectés et le dispositif n'était pas en place pour se laver les mains».
Or, bien que les forces de l'ordre aient sécurisé la majorité des bureaux de vote, un représentant de l'autorité locale a bel et bien été enlevé par un groupe d'hommes armés dans la région de Tombouctou alors qu'un rapport de l'«Observatoire des élections et de la bonne gouvernance au Mali » a révélé qu'au moins six candidats avaient été kidnappés, par des groupes armés, pendant la campagne électorale.
Parmi ceux-ci figure Soumaïla Cissé, le chef de file de l'opposition, tombé dans les filets de ses ravisseurs alors qu'il faisait campagne dans son fief de Niafounké au nord de Tombouctou. Aussi, bien que, ce 30 mars, l'on soit encore sans nouvelles de l'intéressé, tout porte à croire qu'il serait entre les mains des combattants du groupe d'Amadou Koufa, le chef de l'une des branches de la principale alliance jihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda.
Aussi, en saluant la «maturité» du parti de Soumaïla Cissé qui, en dépit de l'enlèvement de son leader, n'a pas appelé à un boycott des élections mais plutôt à une participation massive au scrutin législatif de ce dimanche, le président malien Ibrahim Boubakar Keïta a promis de «ne ménager aucun effort pour obtenir sa libération».
Enfin, si les résultats du 1er tour de ce scrutin ne seront pas donnés avant plusieurs jours et que le second tour devrait avoir lieu le 19 Avril prochain, les maliens restent, cependant, très sceptiques quant à sa tenue dans un contexte épidémique qui semblerait être sur le point de devenir de plus en plus dramatique. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.