«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»
Publié dans Albayane le 07 - 04 - 2020

Appelant à la poursuite du débat sur «l'après corona»
En interagissant avec les commentaires émis suite au lancement du débat, la page officielle du Parti du progrès et du socialisme (PPS) sur Facebook, sous le thème «Crise de Corona et l'après-crise: questions à débattre», le Secrétaire général, Mohammed Nabil Benabdallah, a appelé les militants et l'ensemble des sympathisants à poursuivre et intensifier le débat autour du rôle de l'Etat, ses missions et ses véritables fonctions sans que cela n'occulte d'autres problématiques qui ont aussi une importance cruciale.
Evidemment, selon le leader du Parti du Livre, la plupart des commentaires émanant des usagers des réseaux sociaux ont exprimé le besoin d'un Etat-providence fort, remplissant un rôle primordial dans les secteurs sociaux et tire sa force de la démocratie de ses institutions.
A cela s'ajoute également la problématique de notre système éducatif et les moyens devant être mobilisés pour instaurer une l'école publique garantissant l'égalité des chances et la qualité tout en étant dotée d'efficacité notable. Il faut dire qu'un tel constat s'applique parfaitement à notre enseignement supérieur, a-t-il affirmé.
Cela étant, quelles sont les approches par lesquelles doit-on procéder pour que l'université marocaine se transforme en un projet phare promouvant l'excellence scientifique en vue d'enrayer la fuite des cerveaux, s'est interrogé le dirigeant du PPS.
Un Etat fort et démocratique
La réflexion doit également être étendue à notre système sanitaire public. En fait, la crise nous a imposé de repenser le rôle que doit remplir l'hôpital public pour qu'il soit performant et accessible à tous les citoyens, a-t-il souligné.
Autre point évoqué par le leaser du PPS, celui des familles qui se trouvent dans une situation vulnérable. Pour le Secrétaire général du PPS, l'intelligence collective doit s'ingénier à trouver les réponses permettant aux familles défavorisées de continuer de bénéficier d'un revenu minimum, en dépit de la modestie des sommes qui leurs sont allouées par l'Etat, ce qui constitue d'ailleurs une démarche louable.
En termes plus clairs, la question principale, qui nous interpelle tous, porte essentiellement sur la méthode par laquelle doit-on procéder pour mettre en place une politique de développement économique, orientée davantage vers les secteurs productifs tout en veillant à développer nos capacités nationales et trouver les moyens de réunir les ressources financières adéquates, a affirmé le dirigeant du PPS.
Pour ce faire, il existe plusieurs entrées: est-ce par l'entame d'une réforme fiscale globale, l'impôt sur la fortune comme forme de solidarité, ou encore la hiérarchisation des priorités dans le budget de l'Etat selon l'ordre d‘importance, s'est-il demandé?
Dernier point mais non le moindre, c'est que toutes ces fonctions ne peuvent être accomplies, sans avoir un Etat fort. Cette force ne peut être obtenue que par l'approfondissement de la démocratie, le renforcement des institutions et la mise en œuvre des dispositions de la Constitution de 2011, sans omettre la présence des partis politiques, forts, dynamiques et crédibles, a-t-il insisté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.