Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Algérie, les détenus «oubliés» du Hirak
Publié dans Albayane le 22 - 04 - 2020


Un isolement accentué par la crise sanitaire
Ils sont les «oubliés» du mouvement populaire («Hirak») anti-régime en Algérie. Des dizaines de détenus qui attendent leur procès, certains depuis plus d'un an, dans un silence assourdissant et un isolement accentué par la crise sanitaire due au nouveau coronavirus.
Ils ne jouissent pas du statut d'opposant politique, vivent souvent loin d'Alger, la capitale du Hirak, et sont parfois assimilés à des voyous. Face à l'indifférence quasi générale, leurs familles ne savent plus vers qui se tourner.
C'est ainsi que des groupes de mères de détenus se sont créés, après des rencontres dans les prétoires algérois, pour partager leurs déboires. Aujourd'hui, ces compagnes d'infortune se soutiennent mutuellement pour sauver leurs enfants.
Zakia Hanane est la mère de Zinedine, 32 ans, arrêté le 1er mars 2019 à Alger au retour d'une manifestation du Hirak après que deux voisins du quartier sont montés dans la même voiture que lui. L'un deux, réparateur TV, a reconnu avoir ramassé un écran plasma dans la rue pour récupérer les pièces. Mais la justice les a tous mis dans le même sac et les a accusés de vandalisme.
«Le ‘'Hirak'' et la justice les ont oubliés, et avec le coronavirus ils paient lourdement cet oubli. C'est la double peine avant le jugement», se désole Zakia, qui en a perdu le sommeil.
La vie de ces familles, souvent issues de milieux modestes, s'est arrêtée le jour de leur arrestation. Il a fallu prendre des avocats et les rémunérer.
Leur désespoir s'est accru avec la pandémie du Covid-19 et l'annulation des visites au parloir, même si, selon les autorités, aucune contamination n'est à déplorer dans les geôles.
Kaddour Chouicha, militant des droits humains à Oran (nord-ouest), estime que «la détention préventive reste une arme puissante dans les mains de ceux qui criminalisent l'activité politique, syndicale, associative, et maintenant les membres du ‘'Hirak''».
Certains détenus attendent leur procès depuis plus d'un an. Ils ont vu arriver, puis partir, d'autres prisonniers du Hirak, libérés ou condamnés à une peine déjà purgée. Les autorités algériennes ne communiquent pas sur le sujet.
Quant aux ONG de la société civile, elles sont partagées sur le statut de ces prisonniers — d'opinion ou non?–, mais s'accordent sur le fait qu'ils ne doivent pas croupir en préventive.
La plupart des avocats les ont traités comme des détenus de droit commun, alors que, selon lui, ils sont incarcérés pour des faits liés au Hirak, dit Hakim Addad, ex-prisonnier, militant du Rassemblement Action Jeunesse(RAJ), mouvement à la pointe de la contestation.
D'autres conseils ont refusé de les défendre, excipant du «secret professionnel» pour ne pas révéler les circonstances ou les motifs de leur interpellation, observe Me Lydia Lounaouci, avocate à Bejaïa (nord-est).
Certains embastillés ont été impliqués –à tort ou à raison– dans des altercations, des vols ou des saccages en marge de marches du Hirak.
C'est le cas de Yazid Hadou, un «hirakiste» de Tlemcen (nord-ouest), arrêté en octobre 2019, accusé par la police de s'être battu avec un agent municipal avant l'élection présidentielle.
Son frère Hami demande qu'on le juge ou qu'on le libère. «Il avait un travail qu'il a perdu. Il est marié et a un enfant en bas âge».
Hami raconte que leur mère est décédée sans pouvoir le voir. «Elle était malade et a mal supporté son incarcération. Aujourd'hui, je n'ose pas lui annoncer qu'elle est morte».
Le recours à la détention préventive était déjà devenu la règle et non l'exception avant le Hirak, qui a rendu le phénomène plus visible, selon les avocats et les militants des droits humains.
Ces derniers estiment à plus d'un millier le nombre de détenus -«hirakistes» ou non- en prison dans l'attente d'un hypothétique procès, malgré de récentes grâces présidentielles.
Kaddour Chouicha a rencontré à la prison d'Oran un homme accusé dans une affaire de drogue qui attend son procès depuis six ans.
La préventive, dit-il, frappe plus durement «ceux qui, isolés, démunis, sont placés dans un face-à-face inégal avec le visage réel de la répression».
«Ils ne connaissent pas les mécanismes, ni les personnes à contacter. Ils n'ont pas d'argent. Leurs familles ne savent pas à quelle porte frapper», déplore M. Chouicha, lui-même ex-détenu du «Hirak».
Hakim Addad, du RAJ, témoigne: «Un jeune de 23 ans était en isolement avec moi. Il n'a ni père ni mère, juste un frère et est en détention provisoire depuis 18 mois pour une bagarre. Il n'a pas les moyens de se payer un avocat».
M. Addad estime que 20% à 30% des détenus de la prison d'El Harrach à Alger sont en préventive. «C'est inadmissible. Certains passent des mois en prison avant d'être acquittés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.