Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »
Publié dans Barlamane le 16 - 02 - 2020

Avant le premier anniversaire du Hirak algérien, plusieurs milliers de personnes ont défilé vendredi dans la capitale pour demander la fin du « système » au pouvoir, lors de leur marche hebdomadaire. Le mouvement de protestation populaire inédit qui agite le pays cherche à imprimer une nouvelle dynamique dans son action.
Une dizaine de milliers de manifestants ont réclamé une fois encore un « Etat civil et non militaire », le slogan phare du « Hirak », et promis de « continuer jusqu'au changement » de régime, une semaine avant le premier anniversaire du Hirak qui a secoué une Algérie qui peine à se renouveler.
Né le 22 février pour s'opposer à la perspective d'un cinquième mandat du président Bouteflika, le « Hirak » a obtenu le 2 avril la démission du chef de l'Etat, alors au pouvoir depuis 20 ans. Depuis, il réclame en vain une véritable rupture avec le « système » politique en place depuis l'indépendance en 1962. Il conteste l'élection à la mi-décembre du nouveau président Abdelmadjid Tebboune, un ancien fidèle de M. Bouteflika.
Au moins un drapeau « amazigh » (berbère), banni par l'armée des cortèges, est réapparu vendredi dans les rues d'Alger, des policiers tentant en vain de l'arracher.
Comme chaque vendredi, le cortège brandissait les portraits d'opposants détenus pour faits en lien avec le « Hirak », notamment de Karim Tabbou, un figure du mouvement incarcéré depuis la fin septembre. Depuis le début de l'année, plusieurs dizaine de prisonniers poursuivis dans le cadre du « Hirak » ont retrouvé la liberté après avoir purgé leur peine ou avoir été relaxés. Mais une centaine reste en détention.
Vendredi, la foule a également rendu hommage au procureur adjoint du tribunal de Sidi M'Hamed (centre d'Alger), Mohamed Belhadi, muté cette semaine pour avoir requis la relaxe pour des manifestants du « Hirak » en réclamant, dans une récente vibrante plaidoirie, une « justice indépendante ».
« Non à la justice du téléphone ! », ont scandé les « hirakistes », en dénonçant une hiérarchie judiciaire aux ordres accusée d'obéir aux adjurations par téléphone du pouvoir exécutif. Les manifestants se sont dispersés dans le calme en fin d'après-midi, la police veillant à faire quitter rapidement les lieux aux derniers marcheurs. Comme chaque semaine, des marches similaires ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, notamment à Oran, Bordj Bou Arreridj, Mostaganem, Mascara et dans la région berbérophone de Kabylie, selon les réseaux sociaux.
Sans structure formelle, le « Hirak » apparaît néanmoins divisé sur la marche à suivre à l'orée de sa 2ème année, notamment sur la pertinence et les modalités d'éventuelles discussions avec le pouvoir, mais aussi sur la forme que doit prendre à l'avenir la contestation. Cependant il est unanime sur la poursuite de la remise en cause du pouvoir établi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.