Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Le livre blanc du patronat trace les grandes orientations    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général        Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    L'Algérie et le polisario reçoivent une claque magistrale au Parlement européen    Optimiser la disponibilité et la fiabilité de l'alimentation des systèmes de distribution    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    L'Israélien Ratio Petroleum vient chercher du pétrole à Dakhla    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Ligue des champions / Ce dimanche à16h00 : Oilers-Raja sur Al Maghribia et Hearts of Oak-Wydad sur Arriyadia    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Massacre du 17 octobre 1961 : les mots cyniques et calculés d'Emmanuel Macron    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Covid-19: Plus de 644.000 personnes ont reçu la 3ème dose    Le ministère de la santé exhorte les citoyens à adhérer à la campagne de vaccination    Un député français appelle l'UE à sécuriser ses accords avec le Maroc    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Covid-19 : Le Maroc reçoit 270.000 doses du vaccin Pfizer    Défense des intérêts suprêmes du pays: une question prioritaire pour le Gouvernement et la Nation. [Par Mehdi Hijaouy]    Rabat-Salé: Suspension temporaire du service du Tramway entre Pont Hassan II et Place 16 novembre    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »
Publié dans Barlamane le 16 - 02 - 2020

Avant le premier anniversaire du Hirak algérien, plusieurs milliers de personnes ont défilé vendredi dans la capitale pour demander la fin du « système » au pouvoir, lors de leur marche hebdomadaire. Le mouvement de protestation populaire inédit qui agite le pays cherche à imprimer une nouvelle dynamique dans son action.
Une dizaine de milliers de manifestants ont réclamé une fois encore un « Etat civil et non militaire », le slogan phare du « Hirak », et promis de « continuer jusqu'au changement » de régime, une semaine avant le premier anniversaire du Hirak qui a secoué une Algérie qui peine à se renouveler.
Né le 22 février pour s'opposer à la perspective d'un cinquième mandat du président Bouteflika, le « Hirak » a obtenu le 2 avril la démission du chef de l'Etat, alors au pouvoir depuis 20 ans. Depuis, il réclame en vain une véritable rupture avec le « système » politique en place depuis l'indépendance en 1962. Il conteste l'élection à la mi-décembre du nouveau président Abdelmadjid Tebboune, un ancien fidèle de M. Bouteflika.
Au moins un drapeau « amazigh » (berbère), banni par l'armée des cortèges, est réapparu vendredi dans les rues d'Alger, des policiers tentant en vain de l'arracher.
Comme chaque vendredi, le cortège brandissait les portraits d'opposants détenus pour faits en lien avec le « Hirak », notamment de Karim Tabbou, un figure du mouvement incarcéré depuis la fin septembre. Depuis le début de l'année, plusieurs dizaine de prisonniers poursuivis dans le cadre du « Hirak » ont retrouvé la liberté après avoir purgé leur peine ou avoir été relaxés. Mais une centaine reste en détention.
Vendredi, la foule a également rendu hommage au procureur adjoint du tribunal de Sidi M'Hamed (centre d'Alger), Mohamed Belhadi, muté cette semaine pour avoir requis la relaxe pour des manifestants du « Hirak » en réclamant, dans une récente vibrante plaidoirie, une « justice indépendante ».
« Non à la justice du téléphone ! », ont scandé les « hirakistes », en dénonçant une hiérarchie judiciaire aux ordres accusée d'obéir aux adjurations par téléphone du pouvoir exécutif. Les manifestants se sont dispersés dans le calme en fin d'après-midi, la police veillant à faire quitter rapidement les lieux aux derniers marcheurs. Comme chaque semaine, des marches similaires ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, notamment à Oran, Bordj Bou Arreridj, Mostaganem, Mascara et dans la région berbérophone de Kabylie, selon les réseaux sociaux.
Sans structure formelle, le « Hirak » apparaît néanmoins divisé sur la marche à suivre à l'orée de sa 2ème année, notamment sur la pertinence et les modalités d'éventuelles discussions avec le pouvoir, mais aussi sur la forme que doit prendre à l'avenir la contestation. Cependant il est unanime sur la poursuite de la remise en cause du pouvoir établi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.