Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un enjeu de santé publique considérable
Publié dans Albayane le 21 - 05 - 2020


La vaccination des enfants à l'ère du covid-1
Ouarirhi abdelaziz
La semaine mondiale de la vaccination est célébrée partout ailleurs, la dernière semaine d'avril. C'est-à-dire du 24 au 30 avril. Cet évènement planétaire ne passe jamais inaperçu pour les dirigeants et gouvernements de plus de 200 pays, ainsi que pour l'ensemble des professionnels de santé. Le monde se saisit davantage de cette occasion pour promouvoir non seulement l'utilisation des vaccins pour protéger les personnes diverses contre les maladies infectieuses potentiellement graves, voire mortelles, mais surtout et particulièrement les enfants de 0 à 2 ans. Pourquoi la vaccination est-elle indispensable? Pourquoi est-il essentiel de se faire vacciner entre les deux premières années de la vie? Zoom sur une pratique qui sauve des vies.
Pourquoi la vaccination est-elle importante?
Premièrement, il y a lieu de rappeler que la vaccination est reconnue par tous les scientifiques, les médecins, les épidémiologistes, comme étant le seul moyen qui assure une protection efficace, aussi bien individuelle que collective contre les maladies durant tout le cycle de vie. En outre, la vaccination est une intervention sanitaire qui permet de sauver des millions de vies annuellement. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pur l'enfance (UNICEF), plus de 2 millions d'enfants à travers le monde chaque année se font vacciner.
La vaccination systématique des enfants de 0 à 2 ans , est l'occasion d'un contact avec le système de soins dès le début de la vie et donne à chaque enfant la possibilité d'être en bonne santé dès le plus jeune âge et jusqu'à un âge avancé , et ce grâce a des interventions sanitaires efficientes, les moins coûteuses au monde.
Pourquoi est-il essentiel de faire vacciner ses enfants les deux premières années de la vie?
La réponse à cette question est claire. C'est au cours des deux premières années de vie (0 à 2 ans) , qu'un enfant est le plus vulnérable aux treize maladies évitables par la vaccination . Il faut savoir que les nouveaux nés sont exposés à beaucoup de maladies au moment où ils ne sont pas capables de se défendre contre ces dernières. Surtout quand ils sont parfois en collectivité, en contact avec d'autres enfants comme c'est le cas dans certaines crèches ou garderies où existent parfois des cas de maladies infectieuses contagieuses.
Cela signifie que si l'enfant attrape une maladie comme la rougeole, la coqueluche ou la méningite avant ses deux ans, il a plus de risque d'être gravement malade, de garder des séquelles, de rester fatigué plus longtemps et d'être plus vulnérable aux autres infections.
Donc, il est très important que les enfants de zéro à deux ans soient bien vaccinés, pour renforcer leur système immunitaire encore trop fragile afin de leur permettre de lutter efficacement contre ces différentes maladies.
La vaccination doit débuter dès la naissance par le (BCG) et se poursuivre régulièrement selon le calendrier vaccinal national. Ce qui permet à tous ces enfants d'être bien protéger premièrement. Deuxièmement, cela permet aussi de protéger les autres enfants.
Vaccination des enfants et Covid-19
Avant cette crise sanitaire majeure (coronavirus), les parents ont toujours accordé un très grand intérêt à l'immunisation de leurs enfants. Grace aux conseils éclairés des médecins et des infirmières au niveau des centres de santé du ministère de la santé, des informations de leurs pédiatres dans le secteur privé , tous les parents savent que le respect du calendrier vaccinal est capital pour lutter efficacement contre les maladies infectieuses potentiellement graves.
Les rendez – vous pour vacciner les tout petits de 0 à 2 ans sont scrupuleusement respectés, et pour rien au monde, une maman ne raterait ce jour.
Il faut rappeler à cet effet que grâce à la prise de conscience collective des parents , et à l'implication des professionnel de santé, le programme national d'immunisation (PNI ) a permis au Maroc d'atteindre un taux de couverture vaccinale nationale de 95% pour les maladies cibles.
Mais malheureusement, depuis l'annonce du premier cas de covid-19 enregistré le 2 Mars 2020, et les autres cas qui ont suivi juste après , ainsi que la progression de l'épidémie de coronavirus , suivi de la fermeture des écoles, restaurants , cafés , mosquées, et l'instauration du confinement, beaucoup de cabinets ont été désertés par les patients. Pareillement pour les cabinets pédiatriques. Une désertion expliquée en grande partie par la crainte des parents de voir leurs jeunes enfants contracter le coronavirus.
Il faut se mettre à la place de cette maman, qui vient d'accoucher de son premier enfant et qui doit le faire vacciner en ce moment où l'épidémie du covid-19 est active. De même, il faut comprendre l'état d'âme des parents qui ont peur, et qui préfèrent reporter les vaccinations des petits enfants à plus tard.
Il est normal que les parents éprouvent de l'inquiétude face à la possibilité d'une contamination par le covid-19 pour eux-mêmes, et en particulier pour leurs enfants. Mais cela ne doit pas repousser la vaccination des enfants de moins de deux ans malgré l'épidémie. Et ce afin d'éviter la recrudescence de dangereuses maladies infectieuses à la sortie du confinement, qui faut-il le rappeler est prévu pour le 10 Juin 2020.
Rassurer les parents et vacciner les enfants
Les autorités sanitaires du Maroc ont très vite compris les réels enjeux de cette situation qui peut avoir de lourdes conséquences.
Pour mieux éclairer les parents, et afin de dissiper la peur, les craintes et angoisses que suscite l'épidémie de coronavirus, de lever toute ambiguïté ou incertitude, des sommités médicales spécialistes dans les domaines de la pédiatrie, de la vaccination et du covid-19 ont organisé le 16 mai 2020 un webinar sur la vaccination dans le contexte actuel de pandémie.
Une rencontre riche en informations au regard des différents thèmes pertinents abordés et d'actualité.
Plusieurs personnes ont regardé avec beaucoup d'engouement cette rencontre extraordinaire par visioconférence. Ce dernière a connu la participation du docteur Mohamed Lyoubi, directeur de la direction d'Epidémiologie au ministère de la Santé, qui a fait une présentation de la pandémie Covid-19 chez les enfants et de la situation épidémiologique au Maroc.
Le professeur Robert Cohen pédiatre infectiologue (Paris) quant à lui, a abordé les spécificités de Covid-19 chez les enfants.
Le professeur Mohamed Bouskraoui, doyen de la faculté de médecine et de pharmacie de Marrakech, a par contre traité de l'importance du suivi du calendrier vaccinal chez les jeunes enfants.
Le docteur Said Afif pédiatre à Casablanca, et président d'Infovac- Maroc, a abordé la problématique relative à la gestion des cabinets de pédiatrie en cette période de pandémie.
Tous ces praticiens sont unanimes pour dire d'une seule et même voix que les consultations de vaccination font partie des consultations urgentes autorisées par le ministère de la santé. Retarder la vaccination des enfants de moins de deux ans pourrait provoquer la recrudescence de dangereuses maladies infectieuses, soulignent ces professionnels de santé.
Pour finir, il faut savoir que tous les pédiatres ont pris des mesures préventives afin de protéger les nourrissons, les familles, et l'ensemble des professionnels qui exercent au sein des cabinets de consultation.
Les mesures barrières sont scrupuleusement appliquées lors des consultations vaccinales, et comprennent l'espacement des consultations, accueil de l'enfant avec un seul parent, aération des locaux, renforcement des mesures d'hygiène.
Grace a toutes ces informations qui sont très utiles, il n'y a donc plus aucune raison de priver ses enfants d'être correctement vacciner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.