La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'engagement documentaire
Publié dans Albayane le 27 - 05 - 2020


Mohammed Bakrim
Elle est partie dans la discrétion, dans le silence du confinement. La réalisatrice marocaine Dalila Ennadre est décédée, en effet, le 14 mai 2020 à Paris.
On la savait malade, elle menait depuis quelques temps déjà un héroïque combat contre un vilain cancer; «contre un cancer révélé en janvier 2018, que les médecins attribuent à une probable exposition à l'amiante dans sa jeunesse», explique la famille de la défunte. Née à Casablanca en 1966, Dalila est issue d'une famille d'artiste, son frère Touhami Ennadre est un photographe mondialement connu, célèbre notamment pour ses portraits des mains, en noir et blanc. Elle a ensuite rejoint la France.
Elle se passionne pour le cinéma et pour ce faire, voyage beaucoup dans le cadre de la production de films institutionnels. Elle apprend le métier en le pratiquant quasiment à tous les postes, de la production au montage. Elle est même passée devant la caméra pour le rôle d'une mère dans le beau film de Brahim Fritah, Chronique d'une cour de récré (2012).
En 1987, elle réalise son premier film, un documentaire, Par la grâce d'Allah qui ouvre la voie à une riche filmographie comptant près d'une dizaine de films. Avec des titres emblématiques où se décline sa démarche de cinéaste engagée pour la cause des femmes notamment : Elbatalette, femmes de la médina (2001) ; Fatma, une héroïne sans gloire (2004) ; Je voudrais vous raconter (2005) ; J'ai tant aimé (2008) ; Des murs et des hommes (2014).
Jusqu'à son dernier souffle, elle est restée fidèle à ce qui a fait sa raison d'être, ce qui a donné sens à sa vie : le cinéma et le documentaire en particulier. En 2018, elle était venue, à la commission de l'avabce sur recettes, en compagnie de la productrice marocaine, Lamia Chraibi défendre son nouveau et désormais ultime projet, Jean Genet, notre père des fleurs. Les deux professionnelles étaient magnifiques et brillantes ; ma voisine me chuchota à l'oreille : « elles sont belles et on ne se lasse pas de les écouter ».
Dalila était déjà atteinte mais était d'une grande sérénité et d'une grande lucidité. Le débat était de haute facture. Le projet partait d'une idée originale, celle d'aborder le destin du célèbre auteur à partir de sa tombe au cimetière de Larache. Après un échange fructueux, je lui avais promis de faire un détour du côté de Larache et d'aller saluer la mémoire du défunt.
Effectivement, lors d'un voyage au nord du Maroc quelques semaines après, j'ai fait un décrochage du côté du cimetière espagnol, sur un site splendide surplombant l'océan atlantique. Combien ma surprise fut grande quand j'ai fait la connaissance de la jeune femme qui s'occupe des lieux et qui m'a conduit vers la tombe de Jean Genet, avec tout près la tombe de son ami l'écrivain espagnol de Marrakech Juan Goytisolo.
Après la lecture de la Fatiha, j'ai dit à la jeune femme sympathique (elle m'a pris des photos en souvenir de la visite) qu'il y a une amie cinéaste qui prépare un film sur Jean Genet ; «ah oui bien sûr c'est Dalila» ajoutant les larmes aux yeux, «je l'ai appelée au téléphone; elle a subi la semaine dernière une opération chirurgicale». C'est le meilleur hommage à Dalila Ennadre ; le rapport aux gens qu'elle côtoie génère des l'émotion qui reste indélébile.
Ce projet écrit avec passion était en phase finale de post-production. La productrice du film m'a assuré qu'elle fera tout son possible pour le voir finalisé et abouti. C'est une femme qui honore ses engagements. Jean Genet reviendra sous le regard de Dalila Ennadre avec le soutien de Lamia Chraibi.
Pour Dalila Ennadre, il ne s'agit pas de filmer pour répondre à une commande. C'est un auteur qui s'engage dans la réécriture du monde pour donner forme à une idée. Le documentaire qu'elle travaille avec empathie, portant un point de vue, témoignant sur son époque, loin de tout exotisme, aux antipodes d'une esthétique à la carte postale.
Dans ses films, la primauté est donnée aux hommes et aux femmes face à leur destinée. Puisant dans des sujets sociétaux, elle refuse le voyeurisme, privilégiant la posture d'écoute. Son film, J'ai tant aimé, en est une parfaite démonstration. Le sujet relève après coup d'une déconstruction de l'imagerie coloniale. En abordant l'histoire de Fadma, engagée par les autorités coloniales comme travailleuse de sexe au service des militaires français dans leur guerre impérialiste en Indochine, Dalila Ennadre lève le voile sur une des pratiques les plus scandaleuses d'un empire colonial sur le déclin. Dalila Ennadre, pour rapporter cette histoire, est allée chez Fadma au cœur du Moyen Atlas marocain.
Elle l'a écoutée, elle l'a filmée dans son environnement naturel, au milieu des champs et des arbres ; un milieu d'où elle a été arrachée pour être embarquer dans une guerre au bout du monde. Elle a filmé son corps (Un corps aux tatouages ancestraux mais portant les stigmates d'une autre violence) ; ses gestes, ses silences, ses éclats de rire…Filmés avec empathie, avec une caméra pudique qui prend ses distances sans inflation de mouvements ni de gros plans excessifs. Deux scènes me semblent emblématiques de cette démarche. La scène du thé en ouverture : la caméra est là comme un personnage qui regarde les préparatifs du thé.
La mise en scène sobre et discrète met en place l'ambiance, instaure ce qui sera le rythme du film ou si j'ose dire, sa ligne éditoriale : prendre son temps pour écouter l'histoire de cette femme dans sa rencontre fracassante avec la grande histoire. L'autre scène est située dans les parages des cascades d'Ouzoud. On retrouve Fadma au milieu des marches qui permettent d'escalader la colline qui mène aux chutes d'eau ; les promeneurs de dimanche montent les marches alors que Fadma est assise en mendiante, attendant l'aumône.
Un contraste saisissant d'une grande éloquence: d'un côté le mouvement d'une histoire en cours, celle de ces gens qui s'en vont et de l'autre le statisme d'une histoire finie, celle de Fadma qui reste enfermée dans ses souvenirs et de son récit extraordinaire; notamment quand elle raconte son voyage en hélicoptère, blessée dans les tranchée, elle a été évacuée vers l'hôpital. Cela ne l'a pas empêchée de demander au militaire français de lui permettre de s'approcher du hublot pour voir le monde d'en haut. Tout le personnage est là: ce désir d'embrasser le monde.
Le film n'est pas une clôture. Fadma assoiffée d'amour ne regrette rien. Certes, elle aurait aimé avoir pu garder des documents pour réclamer réparation aux autorités françaises pour bénéficier du statut d'ancienne combattante. Mais ses vicissitudes avec les hommes en ont décidé autrement (l'une de ses connaissance éphémères lui a brûlé ses papiers). Cependant l'espoir est là avec la présence de l'un de ces deux enfants adoptifs Azzedine dont le regard azur est prometteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.