Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En avant la musique !
Publié dans Albayane le 06 - 07 - 2020

La rupture brutale dans le développement de la musique marocaine a commencé juste après l'indépendance en 1956. Quand le parti nationaliste a pris la responsabilité de la radio de Rabat, il a installé ses propres fonctionnaires et la programmation de ce qu'il pensait être la musique digne des oreilles des Marocains. Les musiques diffusées variaient entre la musique des pays du Moyen Orient, l'Egypte et le Liban en particulier et la musique andalouse. Tout ce qui était populaire fut banni des ondes de la RTM. Cette situation allait empirer quand le chanteur Ahmed Bidaoui fut désigné comme le directeur de l'orchestre de la radio marocaine.
Nous avons alors assisté à un rush vers le Caire de tous les jeunes marocains qui voulaient devenir chanteur. Ceux et celles qui n'y allaient pas n'avaient aucune chance de chanter à la RTM. Ahmed Bidaoui a installé une commission qui évaluait les paroles des chansons présentées à l'orchestre.
Il y avait déjà cette obnubilation de l'art propre, de la parole neutre et de la chanson langoureuse comme en on faisait en Egypte. Les orchestres populaires qui se composaient de 4 ou 5 musiciens furent remplacés par une vingtaine de musiciens encravatés, bien peignées, les cheveux gominés à la brillantine comme les chanteurs et les musiciens des films égyptiens.
D'ailleurs presque toutes les chansons de Bidaoui étaient en arabe classique. Il faut le comprendre il était le chanteur officiel du palais et de la classe supérieure. Pendant toute cette période jusqu'aux débuts des années 80 et bien après, tous les grands chanteurs et chanteuses égyptiens furent officiellement invités pour participer aux fêtes nationales et animer des soirées familiales.
La chanson marocaine existait ben avant l'indépendance et était d'une grande variété. Il s'agit ici de la musique dite moderne avec des instruments modernes. Plusieurs chanteurs célèbres avaient déjà enregistré des disques à Paris et étaient connus à travers toute l'Afrique du nord. On peut citer l'un des plus grands chanteurs populaires Hocine Slaoui et d'autres marocains comme Pinhas ou Zohra El Fassia et Fiteh et bien d'autres.
Mais les thèmes de ces chanteurs étaient trop populaires pour l'oreille délicate de la nouvelle classe au pouvoir au Maroc. C'est une musique née du peuple et pour le peuple. Si les thèmes des chansons de Slaoui sentaient la sueur de l'effort et la lutte pour la survie, les chanteurs juifs chantaient l'amour difficile et les sentiments complexes des hommes et des femmes en prise avec la vie.
La chanson populaire des origines comme la aita, assays, la gasba, izlane, les cheikhates, les gnaouas, le malhoune et tout un caléidoscope de musiques des régions, riches et variées fut complètement ignoré et jeté dans la poubelle de la nouvelle arabité immaculée des intellectuels marocains au pouvoir. Tout a été fait, très officiellement, avec des circulaires ministérielles, pour détruire la culture et les fêtes populaires et les réduire à un non-événement. Ils les ont vidés de leur portée symbolique, sociale et économiques qui s'inscrivait dans l'histoire des régions et des tribus pour en faire des événements folkloriques pour touristes.
Les danses et les chants ancestraux ont été manipulés souvent par des étrangers invités à travailler la chorégraphie ou les chants. Ils réduisirent une culture millénaire à des clichés de mouvements sans aucun sens et à la parquèrent dans des festivals bidons.
Les nouveaux maîtres du Maroc voulaient devenir des Egyptiens ou des Libanais sans l'avis de Moulay Abdallah Amghar ou de Sidi Hmad ou Moussa.
Au retour des jeunes chanteurs d'Egypte des orchestres se formèrent pour chanter des mélodies inodores et incolores qui parlent des amourettes des jeunes adolescents citadins ou des grandes des ronronnantes des poètes qui chantent des amours platoniques et douceâtres comme dans les rêves. Ils furent encouragés par les autorités qui les projetaient partout lors de toutes les fêtes officielles au Maroc et à l'étranger pour montrer que nous sommes devenus un pays aussi civilisé et aussi arabe que l'Egypte et le Liban.
Les chansons devaient être écrites en arabe classique ou en arabe des fokaha ou des gens qui ont fait quelques années au msid. Un mélange de darija expurgé et de fossha non encore bien maîtrisée. Une musique emphatique de flonflon et de pléthore de luths et de violons qui grinçaient pendant des heures à répéter des mowal longs comme un tunnel de train et des répétitions de phrases musicales qui ont fini par venir à bout de la patience des auditeurs marocains.
Si, de temps en temps, un auditeur courageux ou inconscient leur écrivait une lettre pour protester contre ce squat de la musique andalouse et ce monopole des encravatés de la RTM, le speaker répondait que celui qui ne veut pas écouter ces musiques qu'il éteigne sa radio ou qu'il capte d'autres chaine.
Ce que les gens n'ont pas hésité à faire. La plupart des gens captaient alors radio Alger et un peu plus tard la radio libyenne. Les caïds furent alertés et envoyèrent leurs indicateurs pour écouter les gens aux fenêtres et aux portes pour savoir quelle radio on écoutait. Un mokadam est allé même jusqu'à dire pendant la prière du vendredi en pleine mosquée : «Ecoutez villageois, le caïd m'a chargé de lui dire quelle radio vous écouter, alors si vous captez la Lybie je le lui dirai !».
Quand Nas Al Ghiouane ont percé d'une manière révolutionnaire avec une musique qui, tout en restant une musique profondément populaire marocaine, tout le Maroc se tourna vers eux. Mais ils furent interdits d'antenne longtemps. Une autre voix perça le ciel de la musique au Maroc et presque d'une manière involontaire, la voix de Najat Attabou. Tout la Maroc du Nord au Sud n'écoutait que Najat, Nas El Ghiouane et les autres groupes de jeunes qui ont apporté un air frais au peuple.
Tout le monde s'était reconnu dans cette musique que chacun comprenait, sentait et ressentait au profond de lui-même. Les autres musiques urbaines comme le hard rock, la pop music, la techno furent déclarées comme des pratiques sataniques. Cela a valu à quelques jeunes un procès retentissant et l'emprisonnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.