Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Fonds stratégique: Le projet de décret examiné en Commission    Damane Oxygène: 17,5 milliards de DH distribués    PME: la BERD accorde un financement au Maroc    Liban: Heurts, démission et conférence des donateurs...    Sidi Yahya du Gharb: L'hôpital de campagne dédié aux asymptomatiques    Stratégie    La Russie annonce un "premier" vaccin anti-Covid19    Botola Pro D1 : Le Raja confirme face au Hassania    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le WAC renoue avec la victoire et la pole position    Europa League : United et l'Inter au denier carré    Le Bayern part favori face au Barça    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    La course au vaccin bat son plein    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Des projets de l'INDH lancés à Zagora    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains revisité à Rabat    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Botola: le Covid-19 fait reporter IRT-Berkane    Production d'acide phosphorique: construction d'une nouvelle usine à Jorf Lasfar    Pêche au Maroc: de nouvelles amendes mises en place    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Maigre salaire et grosse déconvenue    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie
Publié dans Albayane le 09 - 07 - 2020

«Nous exhortons les autorités turques à conserver la basilique Sainte Sophie comme musée en tant qu'illustration de leur engagement à respecter les traditions culturelles et la riche histoire qui ont façonné la République turque et à assurer qu'elle demeure ouverte à tous».
C'est ce qu'a déclaré, le 1er Juillet dernier, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo suite à la décision prise par le président turc de transformer, en mosquée, ce lieu chargé d'histoire et au fait que ce dernier, qui considère que la transformation, en 1934, de cette basilique en musée avait été une «très grosse erreur», ait transmis, au plus haut tribunal administratif de Turquie, une requête afférente à la reconversion de cet édifice en mosquée alors même qu'il est classé en tant que musée au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Construite au VIème siècle, à l'entrée du détroit du Bosphore et de la Corne d'Or, cette basilique qui servait de siège au patriarche de Constantinople, était l'endroit où l'on couronnait les empereurs byzantins. Aussi, en se positionnant comme «éternelle protectrice des vestiges byzantins», la Russie est montée au créneau.
Surnommé, également, «la Grande Eglise», cet édifice qui n'est plus un lieu de culte mais un musée, depuis 1934, a accueilli, en 2018, plus de 2,5 millions de visiteurs; ce qui le place, désormais, au deuxième rang des musées les plus visités de Turquie.
Or, bien qu'étant, aujourd'hui, dénuée de toute morale religieuse, l'ancienne basilique Sainte-Sophie d'Istanbul se trouve au centre d'un énième incident diplomatique entre Moscou et Ankara car, dans la mémoire collective russe, Istanbul restera, pour l'éternité, Constantinople, c'est-à-dire la capitale de l'empire byzantin qui fut le chantre de la culture orthodoxe et dont, tout au long de son histoire, la Russie s'est positionnée comme étant l'héritière légitime.
Si, donc, en considérant que l'ancienne basilique Sainte-Sophie reste «l'un des plus grands monuments de la culture chrétienne», le patriarche de Moscou voit, dans sa transformation, une «menace pour l'ensemble de la civilisation chrétienne», il ne faut pas mésestimer le fait que, pour les turcs, cet édifice restera, avant tout, une mosquée puisque, dès la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, la basilique Sainte-Sophie avait été réhabilitée en ce sens et qu'elle le demeurera, jusqu'en 1934, lorsque le fondateur de la Turquie moderne, Mustapha Kemal Ataturk décidera d'en faire un musée pour «l'offrir à l'humanité».
Ceci est l'apparent... mais, ce qui l'est moins c'est qu'au-delà de l'aspect «patrimonial» du contentieux qui oppose les deux pays, Moscou vise surtout à entraver les projets d'Erdogan au Moyen-Orient et en Europe de l'Est dans une lutte d'influence qui est une résurgence de celle qui avait cours au XIXème siècle entre les deux grandes puissances d'alors qu'étaient, d'un côté, la Russie qui défendait fidèlement les Orthodoxes et, de l'autre, les Ottomans soucieux d'étendre leur sphère d'influence.
Le schéma n'a pas changé, aujourd'hui, puisque la Turquie d'Erdogan mène, dans les Balkans, une politique expansionniste alors même que ces pays relèvent historiquement de la sphère d'influence du Kremlin. C'est dans ce cadre, d'ailleurs, qu'en Février dernier Ankara a signé, avec le Monténégro, un accord en vertu duquel elle s'est engagée à le représenter dans 23 pays. Quelle réponse va apporter, par la suite, Vladimir Poutine, le nouveau Tsar de toutes les Russies, à ce pied-de-nez intervenu au moment où il était occupé d'un côté, par l'organisation de l'élection concernant ses nouvelles réformes constitutionnelles et, de l'autre, par la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus? Attendons pour voir...
Nabil El Bousaadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.