350 bénéficiaires de tablettes numériques : La Fondation Banque Populaire soutient les élèves des quartiers défavorisés    Commerce et industrie : Renault Maroc consolide son leadership    ONDA : Le trafic aérien en baisse de plus de 71% en 2020    Interdiction de fumer : Le niet gouvernemental !    BMCE Capital Research analyse les pistes de reprise : La relance économique tributaire de l'éradication de la Covid-19    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Liga : Mardi face à Alaves, En-Nesyri et Bounou étaient décisifs    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Lutte contre la corruption dans le secteur financier : 2021, une année de renforcement des capacités    Campagne de vaccination : Plus de 25.000 cadres de santé mobilisés    Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,88    Vaccination : le gouvernement envisage aussi d'autres mesures pour éviter les rechutes    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    Edito: Le maire doit partir    Retard de vaccination : El Othmani pointe du doigt les fournisseurs des vaccins    David Fisher: Nous soutenons fortement le plan d'autonomie    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Badr Hari refait surface sur Instagram    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Couvre-feu et semi-confinement : prolongation jusqu'au 3 février    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Les USA n'ont fait que dire tout haut ce que pensent les autres Etats et le Conseil de sécurité    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Euromed : Quel avenir ?    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parlementaires du PPS rejettent de manière catégorique toute tentative de nuire aux intérêts du Maroc
Publié dans Albayane le 09 - 07 - 2020

Les parlementaires du Parti du Progrès et du Socialisme, membres du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS) à la Chambre des représentants rejettent de manière catégorique toute tentative de porter atteinte aux intérêts du pays et de nuire à son image, selon la présidente du GPPS, Aicha Lablak, allusion faite au dernier rapport d'Amnesty international accusant à tort le Maroc d'espionnage téléphonique d'un journaliste.
Dans une déclaration au journal, la présidente du GPPS, également membre du Bureau politique du PPS, a toutefois souligné que la consolidation et l'immunisation du front intérieur à travers notamment la poursuite de l'édification démocratique et institutionnelle dans ses dimensions humanitaires, économiques et sociales constituent la meilleure réponse à ce rapport tendancieux de l'organisation.
Elle s'est déclarée aussi convaincue que le gouvernement va utiliser tous les instruments onusiens et tous les moyens pour défendre les intérêts du Maroc.
Elle a cependant estimé nécessaire pour le Maroc de faire preuve d'ouverture sur les institutions et les organisations internationales en rapport avec les droits de l'homme, sachant que le Maroc a franchi d'importantes étapes en la matière qu'il convient de conforter par la poursuite de la consolidation de l'édifice démocratique, la consécration des droits de l'homme, l'accélération des réformes et l'élargissement des droits et des libertés individuels et collectifs.
Pour la députée, la promotion des droits de l'homme est une revendication non seulement des mouvements de défense des droits humains, mais également de l'ensemble des forces vives de la société marocaine, qui avaient exprimé de manière civilisationnelle leur rejet du funeste projet de loi liberticide N°22-20, adopté en conseil de gouvernement.
Elle a par ailleurs fait savoir que son groupement a déposé, en coordination avec les groupes de l'opposition, une demande de réunion de la commission de la justice, de la législation et des droits de l'homme pour débattre de la situation des droits de l'homme au Maroc à la lumière du dernier rapport d'Amensty international rendu public le 22 juin dernier, exprimant l'espoir de voir le gouvernement interagir positivement avec cette demande.
Le groupe USFP : Niet aux rapports visant à nuire à l'image du pays
Pour sa part, le président du groupe parlementaire de l'USFP Chokrane Amame a souligné dans une déclaration similaire que le Maroc a accumulé des acquis en matière des droits de l'homme et que les deux dernières décennies ont connu de grandes réconciliations.
C'est dans ce cadre, a-t-il ajouté, que le Maroc a interagi en toute coopération et de manière ouverte avec les organisations de défense des droits humains, en leur permettant de travailler de manière aisée et d'agir de manière responsable avec leurs rapports, quoique manquant d'objectivité et d'impartialité.
Il a également rappelé que le gouvernement a demandé à Amnesty international de lui présenter les preuves sur lesquelles, l'organisation s'est basée pour produire son dernier rapport.
Mais le comble, a-t-il dit, c'est que l'organisation, qui n'a pas encore répondu à la demande du Maroc, l'accuse encore une fois à tort d'entraver son action.
Selon lui, le Maroc accorde à cette organisation un traitement transparent et est ouvert à toutes les organisations nationales et internationales des droits de l'homme. Mais le pays, a-t-il dit, est en droit de rejeter tout rapport truffé de contrevérités et de données erronées nuisibles à l'image du pays et à son parcours en matière des droits humains.
Selon lui, le Maroc a renforcé son immunité en la matière avec l'implication de défenseurs et d'acteurs responsables en matière des droits humains, qui veillent au respect de ces droits et ne peuvent pas rester inertes devant toute violation.
Pour lui, AI est appelée à produire les preuves de ses fausses accusations, à éviter de tomber dans les jugements préétablis et les évaluations qui n'ont rien à voir avec la réalité dans le pays quand elle dit par exemple qu'il n'y a point de liberté d'expression au Maroc. De tels rapports laissent entendre qu'ils sont instrumentalisés pour nuire à l'image du Maroc et au processus des mutations qu'il connait, ni plus ni moins, a-t-il dit.
La Chambre des représentants rejette le rapport d'AI
Lundi dernier 6 juin, rappelle-t-on, les présidents des groupes et du groupement parlementaires à la Chambre des représentants avaient fait part, lors d'une réunion avec le président de la Chambre, de leur «rejet catégorique» des mensonges et des informations infondées contenus dans le dernier rapport d'Amnesty international (AI) accusant à tort le Maroc d'espionnage téléphonique d'un journaliste stagiaire.
Ce document s'inscrit dans le cadre des rapports habituels, à travers lesquels l'organisation formule des accusations mensongères et tendancieuses pour mésestimer les acquis et les réalisations accumulés par le Maroc en matière des droits de l'Homme, tels qu'ils sont universellement reconnus, indique un communiqué de la Chambre, publié à l'issue de la réunion du 6 juillet du président de la Chambre avec les présidents des groupes et groupement parlementaires.
Compte tenu de ces données, les composantes de la Chambre appellent Amnesty International à rehausser son action et ses investigations au niveau de la noble mission dont elle est investie et à ne pas se servir de sa position pour nuire à l'image du Maroc.
Le gouvernement attend toujours la réponse d'AI
A noter que les autorités marocaines sont toujours en attente de la réponse d'Amnesty international à la lettre du Chef du gouvernement. Les autorités marocaines attendent toujours aussi les preuves scientifiques probantes qu'elles ont demandées.
Dans cette lettre adressée à Julie Verhaar, secrétaire générale adjointe d'Amnesty International, le chef du gouvernement avait en effet réclamé une réponse officielle de la part de cette organisation avec toutes les preuves matérielles auxquelles elle aurait eu recours pour produire son accusation contre le Maroc dans l'affaire dite d'espionnage téléphonique du journaliste stagiaire Omar Radi.
Le gouvernement marocain avait fait savoir le 2 juillet 2020 que le Maroc va prendre les mesures nécessaires pour défendre sa sécurité nationale et éclairer l'opinion publique nationale et internationale au sujet de ces allégations, qui ne sont pas les premières.
Tous les derniers rapports d'Amnesty International sont dictés par un agenda n'ayant aucun lien avec la défense des droits de l'homme en tant que valeurs universelles, indiquent les autorités marocaines, citant à cet effet les deux rapports publiés par l'organisation en octobre 2019 et en juin 2020 sur le Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.